Tagué: respiration consciente Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • Bernard Jean 20 h 46 mi le 26 January 2011 Permalien | Réponse
    Tags : , , , , respiration consciente   

    L’art du Rebirthing 


    Nous n’apprenons pas à respirer, bien au contraire, les répressions, l’éducation, la société elle-même, nous amènent à bloquer le souffle. La respiration est pourtant la base de notre vie sur Terre. Sans elle, sans ce mécanisme subtil et instinctif, la vie ne serait pas là.

    La Respiration Consciente, ou Rebirthing, nous amène à retrouver cette libre respiration, source de santé et de vitalité. Par une technique douce et profonde, nous retrouvons cet espace du souffle spontané.

    Cette technique libère le corps des mémoires enfouies, des émotions réprimées et des pensées limitantes. Grâce à une pratique régulière de la Respiration Consciente, nous pouvons intégrer toutes les dimensions de notre être et jouir ainsi d’une vie rayonnante d’énergie.

    Anne-Marie de Vinci a plus de vingt années d’expérience, de pratique et d’enseignement. Elle partage ses connaissances avec autant d’intelligence que de coeur. Ce livre est une porte ouverte vers la sagesse du corps et de l’esprit. C’est un ouvrage de référence sur le sujet.

    Un livre à vivre.

    Publicités
     
  • Bernard Jean 13 h 51 mi le 26 January 2011 Permalien | Réponse
    Tags : , , , respiration consciente   

    REBIRTH, Le pouvoir libérateur du souffle 


    REBIRTH, Le pouvoir libérateur du souffle de René SIDELSKY, 1995. Guy Trédaniel Editeur. ISBN : 2-85707-721-1.

    Une séance de respiration consciente et particulière, en position couchée de préférence et les yeux clos, accompagnée par une personne compétente, ainsi se présente le rebirth. Respirer de cette manière revient à nous relier intensément à la vie, à harmoniser notre rapport avec elle, tandis que l’énergie ainsi suscitée purifie et réconcilie le corps et l’esprit.

    Malgré son extrême simplicité de moyens, le rebirth est comme un diamant aux multiples facettes dont la plus connue se réfère à son étonnante capacité de faire revivre des éléments de notre mise au monde et de notre vie périnatale. Ainsi, il est possible de nous libérer des séquelles des traumatismes de la naissance, dont l’impact est si grand sur notre personnalité.

    Le livre donne des informations précises et utiles sur les bienfaits qui pourraient résulter d’une nette amélioration des conditions humaines de la mise au monde ; la joie de vivre serait alors la norme et l’amour serait le mode de relation le plus naturel entre les humains. Une autre facette du rebirth éveille en nous la sagesse profonde qui guide le processus de libération par le souffle.

    Il peut arriver que la personne fasse pendant son rebirth, l’expérience de l’amour infini, de la joie absolue, de la conscience qui transcende toute compréhension et toute catégorie.

     
  • Bernard Jean 21 h 21 mi le 24 January 2011 Permalien | Réponse
    Tags : , , , , respiration consciente,   

    Rire, Amour, Rebirth 


    Dans ce livre paru aux Editions Trédaniel sont abordés les différents thèmes relatifs à l’analyse émotionnelle et au développement personnel.

    Comment vaincre les démons du narcissisme? Comment apprendre à s’aimer mieux soi-même pour mieux aimer l’autre? Claude-Marc Aubry nous apprend à lire entre les lignes pour y découvrir les grandes directions d’un chemin d’évolution qui passe par Le Rire, l’Amour et le Rebirth.

    Docteur M. Laudy

    Dans cet ouvrage aux multiples facettes, l’auteur nous conduit à une réflexion sur le vrai sens de l’existence puis aborde le Rire ses effets thérapeutiques, ses bienfaits ainsi que sa place dans la spiritualité ; il explique la signification symbolique du souffle, expose la technique du Rebirth et indique comment le pratiquer sans danger ainsi que la manière de travailler sur les chakras. Il nous dévoile les divers aspects de l’ouverture vers les autres, en passant de l’archétype au mythe et établit les trois niveaux de l’Amour. Il esquisse enfin une conclusion sur les trois plans : physique, psychologique et spirituel.

     
  • Bernard Jean 10 h 07 mi le 24 January 2011 Permalien | Réponse
    Tags : , , , respiration consciente,   

    Leonard Orr : Pourquoi le rebirthing a-t-il l’image d’une thérapie lourde, difficile physiquement et émotionnellement ? 


    Origine du texte >>> ICI

    Parce que beaucoup trop de gens en parlent sans l’avoir expérimentée ! Dans leur esprit règne une grande confusion. Ils mélangent tout : les psychothérapies cathartiques, le cri primal, le psychodrame, la programmation neurolinguistique, l’expression corporelle, la gym acrobatique, et que sais-je encore !
    J’ai l’enregistrement d’une émission de télévision française sur les psychothérapies dans laquelle il y avait un petit reportage de deux minutes sur le rebirthing qui montrait sommairement une séance normale. En plateau, un « expert » certifiait que ce n’était pas du rebirthing parce que c’était trop doux, et que « la véritable pratique est violente ». J’ai été atterré par cette débauche d’incompétence. Que cette personne le veuille ou non, le rebirthing est une méthode douce.
    Et j’en sais quelque chose : c’est moi qui l’ai inventée !

    Lorsque vous parlez d’énergie, vous vous référez à la définition chinoise du qi dont on parle dans le qi gong ou le tai-chi ?

    Oui, c’est une bonne image. Ce qui frappe dans le qi gong, c’est cette extraordinaire fluidité des mouvements qui permet de faire circuler l’énergie en soi et autour de soi. Mais dans les arts martiaux, on utilise le souffle pour faire circuler l’énergie ; alors que dans la respiration consciente, on ne l’« utilise » pas, on « est » le souffle.
    Dès que l’on a assimilé la technique, on se laisse aller, et le souffle devient le rythme de respiration le plus naturel qui soit. Je vous donne une image : vous partez faire une balade à vélo. Vous êtes sur une route de campagne et, sans forcer, vous pédalez, pédalez… A un moment, vous ne vous en apercevez peut-être pas, mais vous ne faites plus d’efforts : le vélo pédale tout seul ! Vos jambes continuent de tourner, mais vous vous laissez porter par le mouvement naturel du vélo. Voilà ce qu’est la respiration consciente.

    Peut-on pratiquer le rebirthing si l’on suit déjà un travail de développement personnel avec une autre méthode ?

    Tout à fait ! Chacun a le droit de tester différents outils pour choisir celui ou ceux qui lui conviennent le mieux, cela ne m’a jamais intéressé d’enfermer les gens dans un système unique. De nombreux thérapeutes ont d’ailleurs compris qu’il n’y avait pas de contre-indication à associer différentes méthodes. Et j’aime ce genre de démarche, car je pense que plus on fait d’expériences, plus on s’enrichit.

    Propos recueillis par Erik Pigani

    Le rebirth en bref

    • Le rebirth, ou rebirthing, est une technique de « respiration consciente » qui ne laisse aucune pause entre l’inspiration et l’expiration. L’exercice consiste à respirer par le nez pendant une heure sans interruption, ce qui permet de se détendre complètement et favorise ensuite l’émergence des mémoires du corps. Des situations traumatisantes peuvent parfois être revécues, notamment celles qui se sont déroulées au moment de la naissance.
    • Une séance dure environ une heure et demie et compte deux temps. Le premier est consacré à la technique de respiration proprement dite. Le second, à un retour sur ce que le patient vient de vivre : le praticien analyse et discute avec lui pour l’aider à dépasser ses blocages.
    • Le rebirth est indiqué dans les états anxieux ou dépressifs, les phobies, en cas de stress ou de trac. C’est avant tout un outil de développement personnel.


     
  • Bernard Jean 12 h 04 mi le 29 July 2010 Permalien | Réponse
    Tags : , , , , , respiration consciente,   

    L’air, la respiration, les émotions 


    Pour expérimenter la puissance de la respiration dans la ville de Québec à domicile >> ICI. Première séance gratuite.

    Pour information : oseretresoi@me.com

    Air pur

    L’air pur est un élément essentiel à la vie sur toute notre planète. L’air pur est constitué d’un cinquième d’oxygène et de quatre cinquièmes d’azote; quelques autres éléments en font aussi partie comme les gaz suivants : l’argon, le xénon, l’hélium, le néon, le krypton, l’oxygène de carbone et de la vapeur d’eau.

    L’analyse chimique ne permet pas de déceler toutes les substances énergétiques qui y sont contenues. C’est en collaboration avec l’oxygène que se déroule tous les processus vitaux.

    La respiration

    La respiration commence à la naissance et se termine avec le dernier soupir. L’être humain est ce qu’il mange, ce qu’il assimile, ce qu’il pense mais aussi ce qu’il respire. L’air fortifie, régénère et reconstitue l’organisme. C’est une nourriture indispensable aux muscles, aux cellules, aux nerfs, au cerveau et au sang.

    Un adulte respire en moyenne une quinzaine de fois à la minute ce qui représente environ 26 000 fois par jour et s’il cesse de respirer plus de cinq minutes, il meurt. Il peut brasser et absorber jusqu’à 500 litres d’oxygène pendant vingt-quatre heures. Ces chiffres nous donnent une idée de l’importance d’une bonne respiration. C’est par la respiration que l’organisme se débarrasse d’une grande partie de ses déchets, soit environ 70 %.

    L’oxygène est absorbé par le sang et nourrit les cellules. Les déchets du métabolisme cellulaire et l’acide carbonique prennent le circuit veineux pour retourner vers cette sorte d’usine que sont les poumons. L’appareil respiratoire agit comme le grand régulateur de l’organisme. Tout le fonctionnement du corps est relié à lui.

    Respiration et émotions

    Une mauvaise habitude respiratoire acquise à la naissance fait qu’on respire trop rapidement pour garder notre réserve d’air. Or, plus le rythme respiratoire est rapide, plus il y a de tensions, plus il est lent, le calme est présent. La respiration joue un rôle dans le degré d’acidité du sang (pH). Une sous-respiration acidifie le sang, l’hypothalamus est ainsi bloqué et enregistre beaucoup plus de stress. Le manque d’air amplifie l’angoisse et l’anxiété. Au contraire une sur-respiration alcalinise le sang et l’hypothalamus peut ainsi libérer ses tensions.

    On doit donc bien oxygéner les cellules nerveuses pour améliorer la capacité d’attention, de jugement, de compréhension. Cette bonne oxygénation permet de mieux se sentir et d’être plus sûr de soi.

    Selon le docteur Tissié, spécialiste en rééducation respiratoire, libérer les poumons c’est aussi libérer le cerveau.

    Ce n’est pas tout de respirer, il faut bien le faire. Une mauvaise respiration entraîne la maladie et une bonne amène la santé.

    Une bonne respiration

    La respiration abdominale est la façon naturelle de respirer. En redressant la cage thoracique lors de la respiration, le cœur et les poumons deviennent plus efficaces et permettent une meilleure purification du sang, l’élimination du gaz carbonique, l’oxygénation du sang et des cellules. La circulation est activée, ainsi que toutes les fonctions nutritives du corps.

    Un diaphragme puissant et une respiration ample contribuent à :

    masser le cœur qui fait une pression sur le foie pour ainsi en activer la circulation sanguine et la sécrétion biliaire ;

    activer la circulation au niveau de tous les organes abdominaux pour faciliter la digestion et l’assimilation ;

    favoriser la profondeur du sommeil ;

    améliorer la qualité des globules rouges ;

    améliorer le fonctionnement des glandes endocrines parce que à l’état normal, l’activité sécrétrice d’une glande est proportionnelle à la teneur du sang en oxygène. Cela est particulièrement vrai pour la thyroïde qui a une grande influence sur le psychique et le physiologique.

    rendre de grands services dans les cas suivants: chez la femme enceinte, pour le travail intellectuel ou physique ou tout simplement aérer le cerveau, etc.

    Les effets d’une bonne respiration seront avantageux spécialement dans les cas suivants :

    troubles de croissance, bronchite, pneumonie, asthme, déprime, neurasthénie, affection pulmonaire, troubles cardiaques, asymétrie thoracique, paresse scolaire, timidité, phobies, etc.

    Selon Lavoisier un individu au repos consomme 24 litres d’oxygène à l’heure, tandis qu’au travail, il peut en consommer jusqu’à 252 litres.

    Alors pour bien respirer, il faut s’activer, inspirer et expirer par le nez et développer au maximum les poumons.

    Bon air

    Ce n’est pas tout de bien respirer, l’air doit être  » nutritif  » et le moins pollué possible. Aérer quotidiennement la maison, tout particulièrement pendant l’hiver. La nuit, selon la saison, garder les fenêtres des chambres ouvertes ou entrouvertes, car, une chambre mal aérée est à l’origine de l’accumulation de gaz carbonique et le dormeur l’inspire. Un manque d’oxygène peut aussi affecter certaines fonctions du corps qui agissent durant la nuit. L’assimilation de divers nutriments peut être réduite si le corps manque d’air frais.

    La respiration est importante pour plusieurs fonctions du corps, il faut apprendre à bien respirer et s’accorder le plus souvent possible une bonne qualité d’air. Quitter régulièrement le centre ville pour respirer l’air de la mer ou de la montagne. L’atteinte de l’équilibre physiologique et émotionnel en est facilité.

    Le bain d’air

    Le bain d’air consiste à laisser respirer la peau nue. Une tenue vestimentaire appropriée est de rigueur, une robe ample en tissus naturel ou en costume « d’Adam ». Il stimule la circulation du sang. Le taux d’hémoglobine du sang augmente de 85 % pendant le bain d’air tandis qu’il augmente que de seulement de 45 % lors d’un bain d’eau. Une bonne aération permet aussi une meilleure évacuation d’aérosols naturels de la peau, une meilleure réception de la chaleur et de la lumière du soleil, une adaptabilité plus facile du corps aux différentes températures.

    Les personnes dévitalisées devront agir avec progression.

    La respiration et l’air pur sont indissociables de la vie. Il est donc essentiel d’en tenir compte dans un processus de retour ou du maintient de la santé.

    Origine du texte >>> ICI

     
  • Bernard Jean 11 h 22 mi le 28 June 2010 Permalien | Réponse
    Tags : , respiration consciente, ,   

    Déroulement d’une séance de Rebirth Thérapie 


    Déroulement d’une séance

    La personne est invitée à s’allonger sur un matelas, dans un endroit calme et protégé, de préférence dans une semi-obscurité, et de fermer les yeux.

    L’accompagnateur va l’inviter dans un premier temps à prendre conscience de sa respiration, sans la modifier ; puis de prendre une série de respirations amples et profondes ; enfin d’accélérer la cadence, tout en gardant le rythme. Il est important de bien lier les respirations, sans marquer de pause, de mettre l’énergie sur l’inspiration et de relâcher sur l’expiration.

    L’action du Rebirth va s’exercer aux niveaux tant physique et organique, qu’émotionnel, énergétique et spirituel.

    Niveau physique et organique

    Dans la majorité des cas, la personne va ressentir au bout de quelques minutes de cette respiration intense, des fourmillements dans les doigts, les mains, autour de la bouche, éventuellement dans d’autres parties du corps. Ces fourmillements vont progressivement se transformer en engourdissement, voire en paralysie, dressant en quelque sorte une carte de nos tensions latentes. Ces paralysies, qui peuvent être un peu douloureuses, s’effaceront en cours de séance et se feront de plus en plus légères, avant de disparaître complètement, dans la suite du processus de Rebirth.

    Niveau émotionnel

    Vont surgir au cours des séances, de façon le plus souvent tout à fait inattendue, des émotions qui ont été refoulées et bloquées tout au long de notre existence :

    • des peurs, généralement liées à des évènements où nous avons senti notre vie en danger : accidents, opérations chirurgicales, expériences proches de la mort, et, bien entendu naissance ;
    • des tristesses, des désespoirs, souvent en liaison avec des sentiments intenses d’abandon ;
    •  des colères qui remontent parfois à l’âge du nourrisson, avec les cris, les gestes, l’envie de frapper avec les poings et les jambes ;
    •  et parfois aussi des fou rires qui relâchent d’un coup les tensions accumulées en particulier au niveau du ventre.

    Lorsque de telles émotions surgissent, il est recommandé à la personne, de les accueillir et de les exprimer dans toute leur intensité, puis de revenir au souffle qui permet de traverser ces souffrances passées et de revenir dans un présent où elles n’ont plus d’existence réelle.

    Autour de la naissance

    Il est fréquent de revivre en Rebirth, de façon parfois incroyablement précise et réaliste, des évènements directement liés à la naissance ou à la phase intra-utérine, et les émotions ressenties à l’époque. L’accompagnateur remplit alors une fonction importante de « reparentage » et de réparation.

    Niveau énergétique et spirituel

    Certains vivent des expériences énergétiques se rapprochant de celles rencontrées dans la pratique du Yoga ou de la méditation. Il arrive également que le Rebirth ouvre sur des prises de conscience spirituelles qui peuvent modifier les croyances de la personne sur sa véritable nature, le sens de la vie, la rencontre avec l’autre, l’amour et le pardon.

    Durée des séances

    La durée du cycle de respiration est pratiquement standard . Dans 95% des cas, entre trente cinq et quarante cinq minutes. Si l’on ajoute les temps de parole pour faire le point sur ce qui s’est passé depuis la précédente séance, puis pour partager et intégrer le vécu en fin de séance, il faut compter aux environs d’une heure et demie au total.

    La fin de la séance

    Après toutes ces expériences, ces émotions, ces découvertes, ces prises de conscience, la personne va revenir progressivement à sa respiration habituelle. Elle prendra tout le temps nécessaire pour goûter l’état de relaxation profonde, où elle se sentira à la fois lourde et légère. Certains parlent même de « champagne dans les veines ». Puis ouvrira les yeux et partagera avec son accompagnateur ce qu’elle vient de vivre, afin d’en faciliter l’intégration.

    Fréquence des séances et durée du cycle

    La fréquence hebdomadaire est recommandée au début ; puis les séances peuvent s’espacer tous les quinze jours ou trois semaines.

    La durée du Processus est variable. Il arrive qu’une seule séance, si elle se situe à un moment crucial ’ permette de débloquer une situation existentielle figée et apporte à la personne les prises de conscience et les changements désirés. Mais dans la majorité des cas, un cycle de Rebirth se boucle entre dix et vingt séances. Il sera toujours possible par la suite de refaire une ou plusieurs séances si l’on en ressent le désir ou le besoin. Les Rebirths changent alors de nature, et se situent davantage dans une optique de méditation que de psychothérapie.

    Séances individuelles ou Rebirth en groupe ?

    Le choix entre Rebirth en séances individuelles se fera généralement lors du premier entretien, en fonction des besoins, des désirs, et parfois des peurs du client.

    Les séances individuelles constituent souvent une bonne façon d’amorcer le processus, la personne se sentant en complète sécurité du fait qu’elle bénéficie de toute l’attention de son thérapeute.

    Dans les groupes, du fait de la synergie et de l’émulation, l’expression des émotions est généralement plus intense. Le Rebirth mutuel permet d’autre part aux participants de prendre conscience qu’accompagner un partenaire dans son travail apporte parfois autant que de vivre son propre Rebirth.

    Il est tout à fait possible de combiner Rebirth en séances individuelles et en groupe.

    Préconisations

    Le Rebirth est particulièrement indiqué pour les personnes qui se trouvent en période de crise ou dans un passage difficile, qui souffrent d’angoisse et de dépression.

    Il a souvent des effets positifs chez les enfants et les adolescents (pour autant qu’ils aient vraiment envie de s’engager dans l’expérience … )

    Les femmes enceintes peuvent pratiquer le Rebirth, avec douceur. C’est une excellente préparation à l’accouchement. Lorsque leur propre naissance a été « dédramatisée », les femmes accouchent avec plus de confiance et de facilité. Un gynécologue formé à la pratique du Rebirth, avait instauré cette méthode dans sa clinique avec beaucoup de succès.

    Le Rebirth est utilisé avec beaucoup d’efficacité pour aider les drogués à sortir de leur compulsion, même si, chez des personnes ayant fréquenté les drogues dures, il peut faire remonter les peurs rencontrées dans de mauvais voyages.

    Contre-indications

    Lorsque les « voies de l’émotion » n’ont pas encore été frayées, le Rebirth risque de susciter des tensions et de raviver des peurs. Il vaut mieux amorcer la psychothérapie avec des techniques moins intenses.

    La prise régulière de certains médicaments, antidépresseurs, calmants, somniferes, a généralement pour effet de ralentir le processus dans des proportions parfois impressionnantes.

    Les effets du Rebirth

    Un premier résultat du Rebirth porte sur le bon fonctionnement de l’organisme. On constate bien souvent une amélioration de la respiration. Certains cessent de fumer, sans effort. Beaucoup de tensions musculaires disparaissent. La sexualité peut bénéficier du travail de Rebirth.

    La redécouverte du corps vécu assure plus d’énergie, plus de sérénité et un meilleur équilibre émotionnel.

    Mais les effets les plus essentiels se font sentir au niveau de la personne prise dans sa totalité. Le Rebirth débouche sur une confiance et une autonomie accrues, qui s’exprime par des phrases telle que : « Aujourd’hui, je me suis donné naissance à moi-même », « J’ai rendez-vous avec la vie », « Je me sens en sécurité avec les autres ».

    Origine du texte ICI >>

     
    • Blue 8 h 34 mi le 9 février 2012 Permalien | Réponse

      Le Rebirth est vraiment une pratique magnifique vers laquelle je serais bien revenue si seulement vous n’étiez pas si loin… merci pour vos articles qui sont d’une grande richesse.

      • Misora 12 h 01 mi le 27 décembre 2015 Permalien | Réponse

        Bonjour, l’autonomie et l’écoute de votre corps saura vous guider si vous faites des séances seules. En commençant d’abord par une relaxation totale du corps puis un accompagnement avec sa conscience dans le voyage de l’inspire-expire, et y’a plus qu’à laisser aller.
        Faites confiance en vous même, vous savez intuitivement quand il faut lâcher pour ne pas lutter et laisser aller le souffle librement, c’est un jeu de force intérieur qui demande un gros lâcher prise et une confiance total en son Etre divin intérieur.
        Mais votre commentaire date et peut être que vous avez acquis de l’expérience depuis ?
        Au plaisir de partager 🙂

      • Misora 20 h 04 mi le 30 décembre 2015 Permalien | Réponse

        mon commentaire n’a pas été validé, est-ce que j’ai dit quelque chose qui ne convenait pas ?

    • Noética Galactica 4 h 16 mi le 4 janvier 2016 Permalien | Réponse

      Bonjour et Merci Misora,

      Oui je reconnais là la pertinence de ces propos et j’ai pu en effet depuis le temps, revenir doucement à diverses pratiques de la respiration et pu y trouver mes propres rythmes inspirés par mon corps lui-même puisque celui-ci posséde sa propre intelligence relié au Tout et est apte à nous guider à tout instant pour s’y peu que l’on y soit attentif et dans le lacher prise.
      Tous mes voeux pour cette nouvelle année.

  • Bernard Jean 12 h 27 mi le 4 April 2010 Permalien | Réponse
    Tags : , , , , respiration consciente,   

    Le « Rebirth » ou « Rebirthing » ou encore « Respiration Consciente » à domicile à Québec 


    Origine de l’image >>

    Le rebirth a été (re)découvert par Leonard Orr dans les années 70. Le Rebirth est une méthode d’évolution personnelle qui utilise la respiration et qui peut être pratiquée en psychothérapie. Il est basé sur un mode respiratoire particulier qui favorise la circulation d’énergie dans tout l’être.

    Or, de par notre histoire passée et notre présent, nos retenues, nos freins à notre énergie de vie, nos freins à notre envie de vivre, ce qui est réprimé en nous, se manifestent par des restrictions respiratoires et des blocages, des crispations musculaires et articulaires, des retenues, des spasmes ou des troubles viscéraux et organiques.

    Au cours du processus de Rebirth, une respiration spécifique est utilisée. C’est elle qui favorise la rencontre avec ces retenues, blocages, obstacles à la libre respiration, à la libre circulation de l’énergie. C’est elle aussi qui va permettre de les dépasser par l’attitude d’ouverture et d’accueil de la personne qui rebirthe, et de son accompagnateur : ce qui a été retenu, réprimé, bloqué dans le passé ou le présent émerge et peut être accueilli, libérant ainsi la personne du poids de son passé et de ses schémas restrictifs.

    Le Rebirth est une véritable méditation avec le souffle au sens de l’accueil de ce qui émerge, auquel s’ajoute un processus d’amplification, d’activation (par la respiration) pour accélérer le processus de libération.

    Ainsi au cours du processus de Rebirth peuvent se manifester des sensations physiques, énergétiques, du ressenti affectif, émotionnel, des images, la résurgence de souvenirs du passé, la prise de conscience claire de schémas mentaux, de notre vision de la vie, ainsi que parfois des éléments transgénérationnels ou transpersonnels. Un revécu de naissance peut parfois émerger avec la prise de conscience de l’empreinte physique, psychique et émotionnelle qu’il a laissé, pour être ensuite libéré et élaboré : c’est de cette expérience que vient le nom de Rebirth qui en anglais signifie : « re-naissance ».

    De façon plus générale, le Rebirth est un processus de renaissance à soi-même, à sa vérité profonde, et à son énergie de vie, qui permet de pouvoir vivre cette énergie et cette vérité de façon plus libre pour une vie plus épanouie.

    Mais le Rebirth est aussi un processus relationnel où la personne qui rebirthe s’ouvre à sa vérité profonde et à son énergie de vie en présence de son accompagnateur (son rebirtheur, son thérapeute) : celui-ci est témoin de cette expérience, oreille attentive à cette vérité et cet élément là est aussi facteur de changement: c’est un des aspects thérapeutiques de la rebirth-thérapie.

    Pour résumer, faire un Rebirth, c’est s’ouvrir à la respiration, amplement, consciemment, et la laisser effacer les retenues qu’elle rencontre… C’est se libérer des éléments non intégrés du passé… Naître à chaque séance un peu plus à soi-même… Faire confiance à la force de vie en soi… Sentir grandir en soi la confiance en la vie…

    Le Rebirth, ‘renaissance’, ou ‘yoga guidé par le souffle’, apporte beaucoup :

    • à qui cherche un accès à la fois physique, émotionnel et mental au mieux-être.
    • à qui veut se libérer de ses peurs, de ses retenues et de ses blocages.
    • à qui désire compléter une thérapie de forme verbale par une approche corporelle.

    Découvrir et expérimenter le « Rebirth » dans la région de Québec

    Je vais ajouter une précision complémentaire. La pratique du « Rebirth » est chaque fois bénéfique, car cela permet de respirer mieux, donc déjà de vivre mieux et en meilleure santé. Avant une séance il ne faut pas être dans l’attente de quoi que ce soit, seul le corps sait ce qui est le mieux à exprimer dans le moment présent.

    Cette méthode est utilisée pour aider des personnes en difficulté, mais elle est fortement bénéfique pour toutes les personnes qui veulent faire un travail de développement personnel. Participer à des séances de « rebirth » (individuelles ou en groupes) n’est pas du tout envoyer le message aux autres ——> « je suis en thérapie, je suis malade, j’ai besoin de me soigner, je ne suis pas dans la norme etc. ». C’est simplement faire un nettoyage des mémoires anciennes et tout le monde a du nettoyage à faire sans exception. Au bout de 20 séances chaque personne peut ensuite pratiquer des séances de « Rebirth » en étant seule de manière à faire un ménage régulier en fonction des émotions frustrantes vécues dans le présent, afin d’éviter de les garder en mémoire et de les stocker et surtout pour éviter qu’elles ne produisent dans le futur des maladies, ou des tensions dans le corps physique.

    Nous prenons des bains, des douches pour nettoyer l’extérieur du corps des pollutions quotidiennes, il serait souhaitable de faire régulièrement des exercices de respiration pour nettoyer l’intérieur du corps en développant notre capacité respiratoire et en faisant circuler l’énergie de vie du souffle dans toutes les cellules du corps.

    Travailler avec la puissance du souffle régulièrement permet d’arrêter de fumer, de perdre du poids, de rendre le corps plus souple (peau et articulations), d’augmenter sa confiance en Soi, d’augmenter sa capacité d’écoute, d’améliorer la communication avec son entourage, de mettre de la Paix et de la Joie dans sa vie, de s’aimer plus, de vivre pleinement le moment présent.

    Sans air la vie est impossible, respirer à moitié c’est vivre en mode de survie, respirer pleinement c’est dire oui à la vie.

    Ne pas oublier que 70% du système de désintoxication de notre organisme dépend en fait de la respiration, que seulement 3% des déchets sont éliminés par les selles, 7% par l’urine, et 20% est filtré par la peau.

    Pour découvrir et expérimenter le « Rebirth » dans la région de Québec, en sécurité chez vous à domicile me contacter, prévoir un temps minimum de 3 heures :

    Courriel : oseretresoi@me.com

    S’aimer plus, mettre de la Joie, exprimer, partager, faire confiance.

    0

    0

    Bernard

    0

    =————–>>>>>> En construction actuellement, la page des témoignages et des commentaires >> ICI

    Témoignages et commentaires concernant le « Rebirth », l’accompagnement et les séminaires proposés par Bernard

    J’ai beaucoup apprécié la démarche en « rebirth » réalisé avec toi, cher Bernard. Même si c’est inévitablement des moments de grandes émotions (peines, mais aussi joies intenses), je me suis toujours sentie en confiance, non jugée, et totalement soutenu de ta part. À terme, et avec le recul, cette dizaine de séances m’a certainement apporté une plus grande prise avec ma vie, m’a « groundé », m’a reconnecté avec la certitude d’être au bon endroit… là où je suis. Merci du fond du coeur ! Sylvie Alice (Stoneham).

    0

    © 2010 Oser Être Soi

     
  • Bernard Jean 19 h 04 mi le 11 January 2010 Permalien | Réponse
    Tags : , respiration consciente,   

    Respiration Consciente 


    Origine de l’image >>

    Maîtrise de Soi

    Notre but est la maîtrise de soi; maîtriser les attributs de l’être : le corps, la mentalité, l’âme, l’esprit. Pour cela, il nous faut commencer à la base et nous élever progressivement jusqu’aux degrés supérieurs, dans un développement sûr et continu. Nous ne pouvons réaliser ce que signifie la VIE dans toute sa plénitude avant que notre corps soit apte à manifester cette vie. Notre premier objectif sera de maîtriser ce corps entièrement, c’est-à-dire jusque dans ses fonctions organiques. La plus importante de ces fonctions et la première à considérer est celle de la respiration.

    Tout être vivant devient conscient en respirant ; il ne devient conscient qu’en respirant ; en respirant consciemment nous devenons de plus en plus conscients.

    Or, à la différence des autres êtres vivants, l’homme seul a la faculté de contrôler consciemment sa respiration. L’animal respire inconsciemment ; sa respiration est régie entièrement par le système nerveux sympathique; et l’homme, tant qu’il ne contrôle pas consciemment sa respiration, acte qui dépend du système nerveux cérébro-spinal, reste esclave de ses instincts et est livré à toutes les influences du milieu, de la nature, même des forces cosmiques, qui le mènent et l’entraînent malgré lui. Cependant, il est libre : il peut se régir lui-même et, non seulement contrôler les influences extérieures et les éviter, mais encore les transformer à son propre avantage. Un tel contrôle ne s’obtient que par la RESPIRATION CONSCIENTE.

    Pour qu’on retire le plus de bien possible des exercices que nous allons décrire, nous devons attirer l’attention sur quelques points de la plus haute importance.

    La POSITION du corps doit être minutieusement étudiée et observée. Assis, comme debout, le buste doit rester parfaitement droit ; ne s’appuyer à aucun dossier. Le corps doit être complètement détendu, sauf les muscles nécessaires pour maintenir la position, mais même ces muscles ne doivent jamais être crispés et l’attitude doit toujours être aisée et dégagée ; l’abdomen maintenu en retrait ; les épaules tombant naturellement en arrière.

    Le fait de hausser les épaules en inspirant n’augmente pas la capacité, mais dénote d’autre part un état de tension chez l’individu. Tenir la poitrine haute et aussi ouverte que possible pendant l’inspiration et ne pas la laisser choir pendant l’expiration. Les poumons doivent pouvoir se mouvoir librement à l’intérieur de la cage thoracique. Par suite d’insuffisance respiratoire, il se forme fréquemment des adhérences entre les poumons et la cage thoracique, mais cela disparaît peu à peu par la pratique consciencieuse de ces exercices.

    L’inspiration se fait toujours par les narines ; l’expiration aussi, sauf, naturellement, dans le chant, la récitation et dans certains cas spécifiés. L’appel d’air dans les poumons ne doit pas être dû à une succion dans la région du nez, mais au mouvement des muscles pulmonaires et du diaphragme. On ne doit, même en respirant à fond, jamais entendre le passage de l’air dans le nez. Pour inspirer, retirer d’abord le diaphragme vers le haut, remplir le haut des poumons, puis, en abaissant un peu le diaphragme, remplir le bas. Pour exhaler, vider d’abord le bas, en retirant le diaphragme, puis le haut, mais sans laisser choir la cage thoracique, qui reste toujours bombée comme une cuirasse.

    La RESPIRATION est le principe sous-jacent de la vie, et le RYTHME de l’inspiration et de l’expiration, avec ses temps de rétention et d’arrêt, détermine le développement physique, psychique et mental…….

    Exercice de respiration consciente >>

    Peaceful moment in full concentration just a minute before sunrise at the pier in the vilage of Ory, Haruku Island in Indonesia.
    Tranquility!

    Ferryvn

     
  • Bernard Jean 23 h 45 mi le 3 December 2009 Permalien | Réponse
    Tags : immortalité, , orr, , respiration consciente   

    Léonard Orr, portrait d’un immortel 


    Origine de l’image >>

    par Richard Cummings

    Reconnu comme l’initiateur du rebirth et pour ses enseignements sur la prospérité, Orr croit aussi à l’immortalité physique.

    Il est assis en demi-lotus sur une table nappée de blanc, égrenant un mala (chapelet rituel) tantôt de la main gauche, tantôt de la main droite. Les cheveux très courts, à peine remis d’un rasage intégral, laissent apparaître des zones d’une calvitie naissante. Le regard est doux, les oreilles attentives, et le visage parfois traversé par un bref sourire qui se fige sur la lèvre supérieure. La voix est posée, effacée, presque monotone, un peu comme si le conférencier était las de s’entendre dire et répéter les mêmes choses depuis plus de vingt-cinq ans.

    «J’enseigne la philosophie immortaliste depuis 1962, mais cela fait à peine deux à trois ans que l’intérêt du public s’est éveillé à cela et qu’il en redemande», de préciser Léonard Orr.

    Sa quête spirituelle
    Son itinéraire spirituel a débuté à l’université, où il étudiait la philosophie et les sciences religieuses. Ce séjour fut marqué par une révélation spirituelle et par une rencontre, en 1961, avec Joelle Teutsch, paralytique de naissance, née aveugle, sourde et muette. Cette dernière, un jour, fut guérie miraculeusement à la suite de la visite d’un être de lumière qui lui enseigna, durant des mois, les préceptes d’une science spirituelle qui lui permirent de retrouver la vue, l’ouïe et la parole. Cette dernière enseigna à Léonard Orr l’essentiel de cet apprentissage, à savoir que « la réalité est créée par nos pensées ». L’étudiant eut tôt fait de mettre à profit cette notion et devint consultant auprès d’hommes d’affaires pour leur enseigner à doubler leurs revenus (de 1967 à 1974), créa la technique du rebirth en 1974 et fondera l’organisation Renaissance internationale en 1979.

    En 1988, il s’affiche comme candidat indépendant à la présidence des États-Unis et compte sur l’appui des « nouvel-âgistes » américains – qu’il évalue à environ 30 millions de personnes – pour promouvoir ses idées de démocratie à «ras de terre» basée sur une représentativité accrue des élus politiques (un élu pour 1000 citoyens). Sa principale préoccupation demeure cependant l’enseignement de la philosophie immortaliste et des pratiques hygiénistes immortalistes.

    Les recettes de l’immortalité physique
    « C’est très facile de devenir immortel, mais cela demande une éternité pour le demeurer », précise-t-il avec une pointe d’humour à la Orr. Le secret, beaucoup plus accessible que celui de la Labatt bleue, consiste en une intime communion avec les quatre éléments: l’air, l’eau, la terre et le feu. Cette recette lui fut révélée par un certain Bhartaji, un être qui aurait la particularité insigne de vivre depuis 9669 ans, qui fut l’un des maîtres de Jésus et qui réside toujours en Inde, dans le village de Barthara situé au Rajastan dans le district d’Alwar. D’après les photos qu’il nous a montrées, l’être en question se porte à merveille et est singulièrement beau. La recette, dites-vous?

    Tout d’abord, se débarrasser de sa pulsion de mort, « énergie très subtile et complexe » qui nous fait croire en l’inévitabilité de la mort physique. La méthode: « Chaque fois que vous rencontrez une pensée anti-vie, tuez-la . » C’est l’aspect psychologique du travail. Au plan des idées – la philosophie immortaliste – il s’agit «d’être plus intéressé à vivre qu’à mourir et de croire en notre trinité Corps-Mental-Esprit».

    Au plan physiologique et énergétique, il faut suivre une hygiène particulière: pratiquer les techniques respiratoires du rebirth (air); prendre un bain deux fois par jour (eau). Au plan du rapport avec l’élément terre, il faut s’alimenter convenablement et jeûner avec des liquides une fois par semaine (la liqueur d’ambroisie, vous connaissez?) et faire de l’exercice quotidiennement, soit l’équivalent de marcher autour d’un pâté d’immeubles (la taille des immeubles n’est pas précisée). Finalement, il s’agit de s’asseoir devant le feu entre cinq à dix heures (par jour?) afin de développer une relation consciente avec l’esprit du feu, « sinon vous allez mourir ». Pour l’ex-étudiant en théologie qu’est Léonard Orr, les quatre éléments sont les attributs éternels de l’Esprit saint et ils dispensent automatiquement la Grâce puisqu’ils sont les sacrements éternels. Et de rappeler comment « l’on se sent toujours bien après un bon bain, une bonne inspiration profonde, un jeûne ou même après une séance devant un feu de foyer ». Certes, mais l’immortalité?

    Il serait trop aisé d’ironiser sur un sujet telle l’immortalité physique et plus d’une assertion de Léonard Orr prête le flanc à la critique (ne serait-ce que par des affirmations intempestives du genre: «Le mouvement de rebirth a le plus bas taux de mortalité au monde » (où sont les statistiques à l’appui?) ou: «L’on sait maintenant très bien que Jésus a passé plus de la moitié de sa vie en Inde», déclarations qui s’adressent beaucoup plus à la foi des adhérents qu’à leur esprit critique). Cela dit, l’homme semble y croire profondément, assez du moins pour en parler ouvertement – sans prosélytisme agressif – et au risque de passer pour « l’idiot du village» (« the fool of the place ») auprès de la très grande majorité. Mais au fond, cette quête de l’immortalité n’est-elle pas issue d’une très grande peur de la mort?

    «Non, je ne crois pas. Les gens évoluent spirituellement et deviennent de plus en plus sophistiqués à ce niveau. Et l’immortalité physique est une notion qui refait surface et s’inscrit dans le cours naturel de l’évolution spirituelle de l’humanité. »

    Immortels qui vivent depuis des milliers d’années et qui ont été les maîtres de Jésus; ascètes, dignes émules de Star Trek, capables de dématérialiser et rematérialiser les corps à volonté, de s’amuser à pratiquer l’ubiquité ou la lévitation; capables aussi de changer de sexe ou d’apparence en claquant des doigt etc. Tout cela fait beaucoup penser aux aventures de La vie des maîtres, Baird T. Spalding, ce classique de spiritualité-fiction. Mais s’agit-il seulement de fiction?

    L’immortalité physique est-elle possible? J’en doute, mais si cette croyance peut vous garder en quelques années de plus – après tout, Spalding est mort à 95 ans! – pourquoi pas? Ce qui est vrai par contre, c’est la nostalgie que j’ai lue dans les yeux de Léonard Orr lorsqu’il parlait de ses maîtres et de cette région particulière des Himalayas… Nostalgie du sage et de « l’illuminé » qui s’illusionne? Qui vivra verra!

    Oups! une dernière question M. Orr: Quel âge avez-vous? (il fait entre 45 et 50 ans) «Vous ne le saurez jamais, c’est un secret métaphysique. » Ouf! suis rassuré de constater que les immortels conservent leur coquetterie! Je vous laisse, je dois prendre mon bain…

    Cet article a été publié dans la revue Guide Ressources, vol. 3, no. 5, pp. 29-30. Tous droits réservés par Richard Cummings.

     
c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler
%d blogueurs aiment cette page :