Tagué: argent Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • Bernard Jean 8 h 38 mi le 14 December 2011 Permalien | Réponse
    Tags : argent, le monde, nouvel ordre mondial   

    Thrive Fr 


    THRIVE est un documentaire non conventionnel qui lève le voile sur ce qui se passe réellement dans notre monde en suivant l’argent en amont — la découverte de la consolidation mondiale du pouvoir dans presque chaque aspect de nos vies. Tisser des liens plus avancées de la science, la conscience et le militantisme, THRIVE offre des solutions concrètes, nous l’autonomisation des stratégies sans précédent et audacieux pour récupérer nos vies et notre avenir.

    Je vous incite fortement à acheter comme moi le DVD afin de soutenir ces gens qui ont l’audace de divulguer ce genre d’information !

    http://www.thrivemovement.com/

    Autre film a voir !! ( activer les sous titre en cliquant sur CC en bas de la vidéo )

    http://www.youtube.com/watch?v=alcav1Ox9bg&list=PL99867B4F1A6A0B7B&in…

    Quelques liens nourrissants :

    http://www.thrivemovement.com/
    http://www.refuge7.com/reservation.html
    http://www.damanhur.fr/
    http://nature-construction.com/carnet-de-voyage/france/une-maison-autonome-et…
    http://www.heol2.org/
    http://www.freedomservice.ws/
    http://www.magnetoculture.com/magnetoculture/Bienvenue.html

    Publicités
     
    • roger 17 h 26 mi le 14 décembre 2011 Permalien | Réponse

      merci bernard de m’avoir envoyé cet excellent film.

      il me rend beaucoup d’espoir d’un monde vraiment meilleur et me fait prendre conscience que je ne suis pas seul au monde à m’engager dans une nouvelle voie.
      j ‘expérimente régulièrement ,à travers ma famille que j’aime sincèrement , le controle mis en place par ce nouvel ordre mondial et qui veut que l’on s’attire la réprobation générale lorsque l’on ne pratique pas la pensée unique.
      aujourd’hui je ne combats plus rien n je suis dans le lâcher prise et la communication non-violente.
      j’ai compris que ce à quoi tu résites ,persistes.
      donc, je pratique la technique de l’aikido , qui me parait la mieux adaptée à cette situation.
      quand j’avais 14 ans , j’ai lu 1984 de georges orwell et j’en ai fait une élocution.
      ce livre n’a cessé de m’interpellé depuis , car je me suis rendu compte année après année comme orwell avait vu si juste dans le contrôle du monde.
      je me suis d’ailleurs toujours demandé d’où lui était venu l’inspiration de ce livre.
      par exemple , il parlait d’un télécran qu’on ne sait jamais arrêter et qui contrôle chaque maison en permanence et aujourd’hui on a l’ordinateur et internet.
      google vient de lancer en toute discrétion un gigantesque programme d’espionnage afin de savoir qui est qui au travers de vos emails.
      pour ma part , j’ai très bien ressenti le pouvoir des banquiers dans ma vie personnelle et cela fait longtemps que je sais qu’une poignée de personnes seulement dirige le monde.
      il y a le système financier bien entendu mais il y aussi la santé et je sais parfaitement bien qu’il existe aujourd’hui beaucoup de moyens pour garder une excellente santé , mais que la médecine « omet » de vous en parler. la médecine est le plus beau cas de conflit d’intérêt au monde , en effet d’un côté se trouve le médecin qui est là pour soigner et guérir et de l’autre se trouve le patient qui est le gagne-pain du médecin.
      alors pour un médecin ,faut-il des gens bien-portants ou des malades ?
      je rejoins également l’idée que ce nouveau monde pourra se construire uniquement sur la vérité.

      encore un tout grand merci et excellente journée

      roger

    • AMBRE 7 h 44 mi le 15 décembre 2011 Permalien | Réponse

      Grand Merci pour ce document et de l ‘avoir publié!
      Je partage sans modération….http://antahkarana.forumzen.com/
      Nathalie Ambre

  • Bernard Jean 15 h 11 mi le 8 August 2011 Permalien | Réponse
    Tags : argent, attali   

    Tous ruinés dans dix mois ? – Jacques Attali 


    Tous ruinés dans dix mois ? – Jacques Attali.

    Les marchés ne laissent aucun répit aux peuples aussi longtemps que les hommes politiques ne se conduisent pas en hommes d’Etat.

    Cette vieille loi, valable depuis des siècles, est aujourd’hui d’une cruelle actualité.

    Il ne sert à rien de refaire l’Histoire ; de répéter que si les décisions prises au dernier sommet européen l’avaient été 18 mois plus tôt, il n’y aurait pas de crise de l’euro aujourd’hui, car l’eurozone disposerait de l’outil technique et de l’arme juridique pour contrer la spéculation. En particulier, les banques ne pourraient plus, en même temps et au sein du même établissement, constater des pertes sur les emprunts d’Etat d’un pays et vendre à découvert ces mêmes obligations.

    Il est désespérant d’avoir à répéter qu’existe aussi une solution aux problèmes structurels de l’Euro zone ; une solution que beaucoup proposent depuis des années : la mutualisation d’une part plus grande de la TVA européenne, pour financer le service d’eurobonds émis par une entité ad hoc de l’euro zone. Ces eurobonds pourraient utilement se substituer à une partie des dettes nationale et permettre à l’Europe de réinventer son avenir industriel, entrepreneurial et technologique. Cela ne dispenserait pas d’effort les pays les plus endettés ; c’est à leur portée : il suffirait par exemple de taxer pendant dix ans de 1,5% la fortune privée des Italiens (qui est, en proportion, près de 25% supérieure a celle des autres européens) pour faire disparaître la dette publique de ce pays.

    Seulement voilà : les dirigeants européens, sous l’influence de groupes de pression a courte de vue, et incapables de penser la politique hors des exigences de la finance, n’ont pas cru à la gravité de la dynamique en marche depuis la fin de 2007. Ils se sont contentés de naviguer au plus près, d’illusoires sommets européens en G20 de pacotille , repoussant les échéances par des mesures minuscules et des déclarations contradictoires.

    S’ils ne veulent pas rester dans l’Histoire comme les fossoyeurs de l’euro, et de l’Union, les dirigeants européens, et d’abord, Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et Jean-Claude Trichet, doivent agir très vite. Ils doivent convoquer un nouveau sommet de l’eurozone, qui décidera enfin de ce pas nécessaire vers le fédéralisme en Europe. Et qui, en attendant que cela puisse entrer en vigueur, après le vote des parlements nationaux – qui devront pour cela être convoqués au plus tôt – autoriserait la BCE à défendre la valeur de l’euro et la liquidité du système bancaire par tous les moyens à sa disposition, même les moins orthodoxes.

    S’ils ne le font pas, ou s’ils ne réussissent pas à convaincre leurs partenaires de le faire avec eux, les événements continueront de s’enchaîner vers le pire. Ceux qu’on accusait, il y a peu encore, de pessimistes, passeront alors pour de doux rêveurs. En particulier, dans ce cas, les élections présidentielles françaises se dérouleront dans un contexte de débandade, de remise en cause de l’existence même de l’union et d’une récession plus grave encore que celle de 2008.

    Alors, les peuples rappelleront à ceux de leurs dirigeants qui n’auront pas su maintenir l’Europe comme la région économique la plus riche et la plus prospère du monde la dimension tragique de l’Histoire.

     
  • Bernard Jean 16 h 36 mi le 6 August 2011 Permalien | Réponse
    Tags : argent, bourse   

    Il faut acheter des pièces d’or 


    Il est urgent d’acheter des pièces d’or, mais surtout pas des lingots sur papier, car ils peuvent être vendus plusieurs fois et ils peuvent être faux et uniquement en tungstene avec un placage en or. La perte de la note AAA des USA déclenche le signal de la panique des banques qui ne possèdent pas assez d’argent liquide en stock actuellement. Les assurances et les banques commencent è licencier des employés par milliers. ICI…

    Origine du texte >>> ici

    La Bourse saoudienne perd 5,46%
    AFP Publié le 06/08/2011 à 17:01 Réactions (9)
    La Bourse saoudienne, la première place boursière mondiale à réagir à la dégradation de la note souveraine américaine, a perdu 5,46% samedi en clôture, dans un marché inquiet de cette décision sur les États-Unis et aussi affecté par la situation dans la zone euro. Ouverte le samedi alors que les autres places financières sont fermées, la Bourse de Ryad, la plus importante du monde arabe, est la première à réagir à la décision historique, prise vendredi par l’agence de notation financière Standard et Poor’s, d’abaisser la note souveraine des Etats-Unis.

    A la clôture samedi, l’indice vedette Tadawul All-shares (TASI) a terminé à 6.073,44 points et la baisse a concerné toutes les valeurs de l’indice. Le marché saoudien a réagi au coup de tonnerre créé par la décision de l’agence de notation financière Standard and Poor’s (S&P) de priver les Etats-Unis de sa notation « AAA » attribuée à sa dette publique, pour la première fois de leur histoire. « La décision de S&P et les problèmes (de dette) en Europe (…) effrayent les investisseurs », a déclaré un analyste financier Abdulwahab Abou Dahesh.

    Les actions des grandes banques ont perdu 4,7% (Al-Rajhi a cédé 5,2% et Samba Bank -6,98%). Celles des compagnies pétrochimiques ont reculé de 6,7% comme les actions du groupe Sabic (-5,54%). Les valeurs liées aux groupes de construction ont également abandonné 6,4%, tout comme celles du secteur des télécommunications avec les actions de STC, qui ont lâché 2,56% et celles de Zain KSA (-6,15%). Etihad Etisalat a aussi perdu 5,9%.

    « Les actions saoudiennes ont réagi à deux facteurs: les fortes pertes enregistrées sur les marchés financiers (ces derniers jours, NDLR), la baisse des cours pétroliers et la décision de S&P sur la dette américaine », a indiqué l’économiste Mohammed al-Omran dans un entretien à la chaîne de télévision Al-Arabiya.

    Voir aussi les liens suivants :

    http://www.leap2020.eu

    GEAB N°56-Spécial Eté 2011 est disponible! Crise systémique globale – Dernière alerte avant le choc de l’Automne 2011 : Quand 15.000 milliards USD d’actifs financiers partiront en fumée

    Et encore ceci :

    http://www.jovanovic.com/blog.htm

     
  • Bernard Jean 20 h 48 mi le 28 March 2011 Permalien | Réponse
    Tags : argent, dépression. faillite, islande   

    Inside Job – le documentaire primé aux Oscars 


    Un film important a regarder pour comprendre la géopolitique actuelle.

    Réalisé par Charles Ferguson
    Avec Matt DamonChristine LagardeDominique Strauss-Khanplus

    Long-métrage américain . Genre : Documentaire
    Durée : 02h 00min Année de production : 2010
    Distributeur : Sony Pictures Releasing France

    Synopsis : La dépression mondiale, dont le coût s’élève à plus de 20 000 milliards de dollars, a engendré pour des millions de personnes la perte de leur emploi et leur maison. Au travers d’enquêtes approfondies et d’entretiens avec des acteurs majeurs de la finance, des hommes politiques et des journalistes, le film retrace l’émergence d’une industrie scélérate et dévoile les relations nocives qui ont corrompu la politique, les autorités de régulation et le monde universitaire. Narré par l’acteur oscarisé Matt Damon, le film a été tourné entre les Etats-Unis, l’Islande, l’Angleterre, la France, Singapour et la Chine.

    Voir le film complet 1 heure 50 minutes >>> ICI

    Parmi les singularités de la crise financière de 2008, on retiendra que l’une des chroniques les plus impitoyables en a été tenue dans un magazine destiné justement à ceux qui l’avaient provoquée (Vanity Fair) et que le documentaire qui en dépeint le mieux le mécanisme est distribué par une multinationale, Sony. C’est qu’Inside Job est un film catastrophe, un genre que défend souvent le studio japonais – souvenez-vous de 2012. On tremble, on est indigné, on souhaite que les héros s’en sortent malgré tout. Mais la fin est déjà écrite et ces héros défaits par les forces du mal – les ouvrières d’une usine chinoise, les chômeurs d’un camp de toile en Floride – n’occupent pas l’écran très longtemps. Ce sont les méchants qui ont gagné – et le film leur donne abondamment la parole.

    Charles Ferguson – qui avait déjà réalisé en 2007 un documentaire sur l’engagement américain en Irak, nommé aux Oscars mais resté inédit en France – est un virtuose de cette forme de documentaire qui a été façonnée par l’expérience télévisuelle. Les séquences sont courtes, soulignées d’une musique dramatique mais discrète, due à Alex Heffes, jeune compositeur britannique très couru par les réalisateurs ces temps-ci ; les interlocuteurs sont filmés de près entre talk-show et interrogatoire de police ; de temps en temps, un hélicoptère survole les lieux du drame (l’Islande, Manhattan, Washington) pour en souligner encore l’ampleur.

    Cette nervosité spectaculaire est ici mise au service d’une grande rigueur intellectuelle. Non seulement Inside Job offre une analyse détaillée des mécanismes qui ont conduit à l’effondrement du système financier international à l’automne 2008, mais il ajoute des informations, des pistes de réflexion qui étaient restées jusqu’ici à l’arrière-plan, ou tout simplement cachées.

    Enfin, Inside Job est une vraie comédie, qui tourne en ridicule quelques-uns des membres de ce groupe aux frontières floues qui a inventé et promu les machines étranges que sont ces produits financiers qui ne finançaient rien d’autre que les institutions financières qui les émettaient.

    Avant de se faire cinéaste, Charles Ferguson est devenu millionnaire à l’occasion de la première bulle Internet. Si bien qu’il parle d’égal à égal avec ses interlocuteurs. Il faut voir l’exaspération de Glenn Hubbard, professeur d’économie, lorsqu’il comprend que son interrogateur est en mesure de le confondre. On pourrait presque les prendre en pitié, comme Frederic Mishkin, qui explique sa démission du conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale à l’été 2008 par l’urgence qu’il y avait à mettre à jour un manuel universitaire. Sa confusion est d’autant plus spectaculaire qu’il ressemble à Darry Cowl.

    C’est la seule consolation qu’offre ce constat terrible : un peu de joie mauvaise devant l’embarras de ces hommes, tout en se disant que les sales quarts d’heure que leur fait passer Charles Ferguson seront leur seule sanction.

    Origine du texte >>> ICI

     
  • Bernard Jean 11 h 04 mi le 7 February 2011 Permalien | Réponse
    Tags : argent, ,   

    Vivre sans argent : le cheminement de Heidemarie 


    Origine du texte >>> ICI

    Publié par Marc Lafontan
    En 1989 , Heidemarie Schwermer , une professeur fin quarantaine, émergeant d’un divorce difficile, décide de déménager avec ses deux enfants en ville à Dortmund, dans la région du Rhin en Allemagne. 

    Elle nota immédiatement que la population des sans-abris était en croissance constante . Sa réaction immédiate fut d’être choquée « ce n’est pas normal, il faut faire quelque
    chose » , elle a donc lancé ce qu’on appele en Allemagne un Tauschring , un espace où les gens peuvent échanger leurs compétances ou leurs possessions , une zone sans argent, où une coupe de cheveux peut être échangée contre des réparations mécaniques, où un grille pain sera échangé contre un manteau . Elle appela cet espace Gib and Nimm ( Donner et prendre).

    Cela avait toujours été la croyance de Heidemarie que les sans abris n’avaient pas juste besoin d’argent pour re-entrer dans la société, mais qu’en leur redonnant une estime de soi malgré les dettes, le manque de travail ils retrouveraient leur place dans le monde. »Même quand tu n’as rien, tu vaux beaucoup » dit elle souvent.
    Mais les sans abris de Dortmund ne participérent pas beaucoup au « Donner et prendre » , peu utilisérent le Tauschring, et certains lui jeterent même à la face qu’une femme de la classe moyenne avec une éducation comme la sienne ne pouvait pas comprendre les circonstances de leur déchéance sociale. Au contraire, ce furent les chômeurs et les retraités qui commencérent littéralement à inonder son Tauschring, avec des tonnes de matériel inutilisés depuis des années dans leur maison, ou des compétances qu’ils n’exerçaient plus. Des coiffeurs retraités qui échangent une coupe de cheveux contre une réparation électrique, des profs retraités
    qui donnent des leçons privés en échange de sortie pour leur chien, le point étant que jamais une seule piéce de monnaie ne fut échangée.

    Le succés du Tauschring fit poser à Heidemarie de nouvelles questions sur elle même et sa manière de vivre  » J’ai commencé à réaliser que j’avais beaucoup trop de choses inutiles. J’ai alors décidé que je n’achéterai quelque chose que si je donnai quelque chose , c’est comme ça que j’ai commencé. Puis j’ai pensé à ce dont j’avais réellement besoin, et je me suis rendu compte que je pouvais fonctionner très bien en vétements par exemple avec ce que j’accroche sur 10 porte manteaux , donc j’ai donné le reste. j’avais tellement de choses superflues, c’était fou ! »
    Après quelques temps, c’est sa vaste collection de livres qu’elle remarqua dans sa maison , donc un jour elle marcha jusqu’à une bouquinerie usagée avec sa bibliothéque au complet.  » j’ai pensé que donner mes livres était une bonne chose, j’adore les livres, mais il me fallait les sortir. Ils ne me manquent pas, ce qui me surprend toujours, je voulais revenir à l’essentiel ».

    Ces prises de conscience provenaient en partie après ces séances de psychanalyse, qu’elle suivait suite à son divorce.  » C’était une année difficile, se souvient elle. je pleurais à chaque session, mais en bout de compte, je voulais juste vivre plus simplement, et être plus heureuse .. » Elle a donc commencé à suivre des cours pour devenir elle aussi psycho-thérapeute afin d’aider d’autres personnes. d’autres choses vinrent s’ajouter à ces changements. Elle commença à faire de la méditation, et bientôt réalisa à quel point elle était insatisfaite de son travail. «  j’étais tout le temps malade, et n’avais pas encore fait la relation entre mes symptomes physiques et mon mécontentement au travail ».
    Donc, en plus du Tauschring et de ses cours en psycho-thérapie, elle commença à exprimenter d’autres types de travail «  j’ai travaillé dans une cuisine au salaire minimum et les gens n’arrêtaient pas de me dire quel dommage d’avoir étudié à l’université pour faire ce genre de boulot ! Mais moi je répondais, pourquoi un professeur ou un thérapiste devrait avoir plus de valeur qu’une cuisinière ?  »

    Plus elle vivait libérée des choses, et plus elle devenait heureuse. En 1995, toujours impliquée dans le Tauschring, elle commença à échanger de l’hébergement contre des travaux ménagers … Elle n’achetait plus rien .. » quand j’avais vraiment besoin de quelque chose, on dirait que cela me tombait dessus dans la vie. « .

    En 1996, elle décide d’aller encore plus loin, et prend la décision la plus radicale de sa vie : vivre sans argent. Elle a donné son appartement , renoncé à son travail de prof, et a commencé à vivre en nomade, bougeant de maison en maison, en échange de petits travaux. Elle s’était donné 12 mois comme période de tests , mais en bout de compte elle a tellement aimé ça qu’en 2011, à 67 ans, ce n’est pas fini.


    « la Vie est devenue de plus en plus belle, je ne pourrai jamais plus revenir en arrière, j’ai tout ce qu’il me faut, un sens de la Joie profond, et physiquement je me sens en pleine forme « .
    Elle a des économies d’urgence ( 250$/200 euros) et donne tout l’argent qu’elle peut gagner. Elle collecte sa retraite pour se payer ses billets de trains et donne le surplus. Elle n’a aucune assurance médicale et a donc développé sa propre méthode d’auto-guérison  » Quand j’ai mal quelque part, je mets mes mains et je me dis que j’ai le pouvoir de me guérir moi même .. mourir ? je me suis déjà préparé à mourir plusieurs fois .. il est arrivé que je pensais que ça y est, je vais mourir, et hop, je me levais la journée d’après en pleine forme ! » 

    Son monde tient dans une valise à roulette et un petit sac à dos. Pas de photographies  » Je n’en aie plus besoin« . Elle a eu quelques relations amoureuses  » je peux tomber en amour, mais me demander de rester dans une maison avec quelqu’un, impossible ». Elle a écrit deux livres racontant ses aventures et donné les royalties, a déjà été invité à la TV au milieu de millionnaires et gagnats de loto où tout le monde fut renversée par cette dame qui avait tout donné. «  je n’aime pas passer à la télévision, cela me rend nerveuse, mais au moins je peux toucher beaucoup de monde « .


    « je me vois comme plantant des graines dit elle. Peut être que des gens vont me rencontrer et décider de consommer moins, ou d’autres vont méditer, le point étant qu’il est possible d’avoir un autre type de société . Je voudrai que le gens se demandent : mais de quoi j’aie réellement besoin, comment est ce que je veux réellement vivre ? chaque personne devrait se demander qui elle est, et où elle veut aller, ce qui va automatiquement créer une recherche en soi … nous vivons comme nous vivons parce que nous suivons le systéme, nous achetons tout ce que nous voulons, mais en fait nous n’avons pas besoin de toutes ces choses, il est ridicule de penser que ce systéme est le seul possible »

    Traduction perso tirée d’un article trouvé dans le Times.

    Publié par Marc Lafontan
     
    • sylvie alice 13 h 25 mi le 7 février 2011 Permalien | Réponse

      Une formidable expérience! Merci de nous la partager!

    • roger 15 h 54 mi le 7 février 2011 Permalien | Réponse

      bonjour,

      moi aussi j’essaie de vivre plus simplement sans avoir de possession ,car je sais que le détachement matériel , c’est le début du bonheur.
      hélas ,trois fois hélas ,je n’arrive pas à convaincre ni mon épouse ni mes enfants et nous entrons régulièrement en conflit à propos de cela.
      je me vois très bien vivre dans une yourte ou un tipi entouré de la nature et des choses véritables et simples.
      je suis passionné des dernières tribus nomades comme les zoés ,par exemple ,parfois je les envie.
      quelqu’un a-t-il des suggestions au sujet d’un autre mode de vie plus simple.

      merci et bonne journée

      roger

      • Bernard Jean 16 h 03 mi le 7 février 2011 Permalien | Réponse

        Bonjour,

        La seule chose que je peux te suggérer est de commencer par vivre toi-même ce que tu sens juste pour toi, en simplifiant tes pensées, en supprimant tes peurs. Il est préférable de ne rien imposer aux autres. Ton exemple aura automatiquement une influence sur les autres. Tu peux changer ta façon de consommer, tu peux changer ta façon d’acheter, tu peux vendre ou donner ce qui n’est pas utile, sans rien imposer aux autres.

        Bernard

    • vivre sans argent 9 h 31 mi le 16 septembre 2011 Permalien | Réponse

      Je suis sur le point de partir vivre une grande aventure et sans un sous! J’invite les gens à se poser une question: Peut-on vivre autrement!
      A plus dans l’bus!
      Nico

  • Bernard Jean 11 h 22 mi le 20 November 2009 Permalien | Réponse
    Tags : argent, , dollar, or   

    La Société Générale tire la sonnette d’alarme 


    Origine de l’image >>

    Origine de l’article dans Le Figaro >>

    Dans un rapport adressé à ses clients, la banque française les appelle à dessiner une stratégie d’investissements de défense afin de se préparer à l’explosion éventuelle de nouvelles bulles financières.

    Le pire pourrait être devant nous. C’est une des hypothèses qui ressortent d’un rapport de la Société Générale, intitulé « le pire scénario de la dette», selon lequel les récents plans de sauvetage mis en place par les gouvernements mondiaux ont simplement transféré des passifs du secteur privé au secteur public, créant une nouvelle série de problèmes. Premier d’entre eux, le déficit. «Le niveau de la dette paraît tout à fait insoutenable à long terme. Nous avons pratiquement atteint un point de non retour en ce qui concerne la dette publique», précise le rapport de 68 pages.

    L’endettement global est beaucoup trop élevé dans la plupart des économies des pays développés, par rapport à leur PIB. Aux Etats-Unis et dans l’UE, la dette publique représentera ainsi 125% du PIB dans deux ans. Au Royaume-Uni, elle s’élèvera à 105% et au Japon, à 270%. Le problème de la dette sous-jacente est plus important qu’il n’était après la seconde Guerre Mondiale, alors que les taux nominaux étaient similaires. Sauf que cette fois-ci, les gouvernements seront pris à la gorge, le vieillissement de la population rendant plus difficile qu’auparavant l’effacement de cette dette avec la croissance. Les pays émergents ne seraient pas non plus épargnés, même si leur marge de manoeuvre sera plus importante qu’au sein des grandes économies occidentales.

    Parmi les pires scénarios envisagés, le rapport évoque une nouvelle chute des marchés, une inflation galopante ainsi qu’une forte chute du dollar. Or quand la crise bat son plein, tout le monde se retourne vers la valeur refuge par excellence, l’or. Dans ce contexte, le prix du métal jaune atteindrait des sommets jamais vus. En plus du métal jaune, le rapport table qu’une autre valeur refuge devrait tirer son épingle du jeu, les denrées alimentaires. A contrario, la banque conseille de se désengager du dollar et des valeurs cycliques, telles que les technologiques ou celles liées au secteur de l’automobile.

     
  • Bernard Jean 18 h 49 mi le 19 November 2009 Permalien | Réponse
    Tags : argent, , banques,   

    La Société Générale conseille ses clients !! 


    Origine de l’image >>

    http://www.telegraph.co.uk/finance/economics/6599281/Societe-Generale-tells-clients-how-to-prepare-for-global-collapse.html

    Société Générale a conseillé des clients à être prêt pour un possible «effondrement de l’économie mondiale » au cours des deux prochaines années, à dessiner une stratégie d’investissements de défense pour éviter la destruction de richesses.

    Lire la suite >>

     
c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler
%d blogueurs aiment cette page :