Tagué: économie Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • Bernard Jean 20 h 24 mi le 8 February 2011 Permalien | Réponse
    Tags : économie, , , palette   

    Maisons en palettes de bois 


    Origine de l’article >>> ICI

    17 janvier 2011 par Kat

    logement_palettes_bois.jpg

    Non, ne jetez pas vos palettes de bois ! Après les chaises en palettes de bois ou le bureau design en palettes de bois à Amsterdam, voici une maison en palettes de bois.

    C’est tout d’abord le résultat d’un prototype de logements rapides construit pour les populations ayant subi les catastrophes naturelles. Le but de l’opération était de réaliser un logement plus confortable et plus pratique qu’une simple tente. En effet, 80 palettes de bois suffisent à faire un logement pour un faible coût.

    La palette en bois est l’idéale selon les créateurs (i-Beam) car elle est robuste, peu coûteuse et se trouve facilement.

    maison_palettes_bois.jpg

    Aujourd’hui, la société i-Beam la développe également pour un logement préfabriqué à faible coût. Elle est modulaire ce qui permet des variations de structure dans le temps. Elle peut devenir une maison permanente avec l’ajout de plâtre, de contreplaqué, de chanvre etc… En fait, selon vos propres envies.

    palettes_bois_recyclees.jpg

    Les palettes sont polyvalentes, recyclables, durables et faciles à assembler. Le coût de transport est négligeable, car elles sont utilisées pour transporter des chargements de vêtements, de nourriture et de fournitures médicales dans les zones sinistrées.

    Voici également l’exemple d’un garage en palettes de bois devenu permanent :

    garage_palettes_de_bois.jpg

     
    • pilates exercises for back 2 h 31 mi le 5 janvier 2012 Permalien | Réponse

      I have read a few of the articles on your website now, and I really like your style of blogging. I added it to my favorites site list and will be checking back soon. Please check out my site as well and let me know what you think.

  • Bernard Jean 11 h 23 mi le 31 October 2010 Permalien | Réponse
    Tags : architecture, économie,   

    Micro maison 


    Microarchitecture, l’art de vivre dans 6,8 m2

    La micro compact home est une habitation compacte et légère pour une ou deux personnes : un cube de 2m60, habillé d’aluminium et inspiré des recherches aéronautiques et automobiles, les finitions intérieures pouvant être personnalisées. Son espace fonctionnel permet de répondre à tous les besoins quotidiens grace à la modularité de son intérieur, il contient des espaces fonctionnels pour dormir, travailler, manger, cuisiner et se laver.

    C’est le professeur britannique Richard Horden et des étudiants de l’Université de Munich qui ont créé la micro compact home. On peut envisager la micro-maison compacte comme logements d’étudiants, abri d’urgence, chambre d‘enfant délocalisée, appartement «short-stay» pour hommes d’affaires, , logement temporaire sur des parkings ou dans des sites en développement…

    La Mch est mobile, c‘est un produit autonome comme une voiture, avec un appareillage de communication et de sonorisation intégré et son système énergétique déjà entièrement pré-installé en usine.

    En réduisant la dimension d’une structure on réduit aussi la quantité de matière utilisée, la quantité d’énergie nécessaire à la production et au transport. Plus une structure est petite plus la quantité d’énergie nécessaire pour chauffer ou refroidir l’espace intérieur sera réduite.

    La Micro compact home coute de 25 000 à 34 000 euros selon les équipements (prix sortie d’usine, c’est à dire sans le transport, le montage…)

    Origine de l’article >>> ICI

    http://www.microcompacthome.com/

     
  • Bernard Jean 11 h 12 mi le 25 August 2010 Permalien | Réponse
    Tags : , économie, , éolienne,   

    Éolienne verticale sur sa maison 


    Origine du texte ICI >>>

    Caroline Rodgers, collaboration spéciale

    LA PRESSE

    (Montréal) Avoir une éolienne sur le toit de son immeuble ou de sa maison, pourquoi pas? Une jeune entreprise québécoise, UrWind, offre depuis peu cette possibilité.

    Sa petite éolienne verticale d’environ six mètres carrés permet de réduire de 20% à 40% la consommation d’électricité d’une maison moyenne, selon Jean-Christophe Mortreux, président d’UrWind et diplômé en génie mécanique de Polytechnique.

    «Et si la maison est efficace au point de vue énergétique, si elle est bien isolée et bien bâtie, on peut aller chercher jusqu’à 50% ou 70% d’économies», dit-il.

    «L’idée, c’était de concevoir une éolienne facile à intégrer au milieu urbain, à faible bruit et à faibles vibrations, légère et facile à fixer sur les toits. Son côté compact la rend facile à accepter visuellement au sein d’une architecture urbaine. Et le fait qu’elle soit verticale lui permet de prendre le vent de toutes les directions.»

    L’électricité produite par l’éolienne est convertie dans un onduleur qui alimente le réseau d’Hydro-Québec. L’électricité produite est créditée sur la facture d’électricité du client.

    La société d’État encourage en effet l’autoproduction d’électricité à partir d’énergies renouvelables pour les clients résidentiels, les clients d’affaires de petite puissance et les clients agricoles.

    Le tout est basé sur un système de tarification spécial appelé «option de mesurage net».

    Cette option permet aux consommateurs d’injecter leurs surplus d’électricité dans le réseau d’Hydro-Québec.

    En échange, ils reçoivent des crédits sous forme de kilowattheures qui sont appliqués au solde de leur facture. En-dehors de l’éolienne, les formes d’énergies admissibles au programme sont la géothermie, la bioénergie, l’hydroélectricité et l’énergie photovoltaïque, ou énergie solaire.

    Commercialisation

    La commercialisation du produit vient de commencer et la PME, née il y a deux ans, compte s’attaquer au marché nord-américain.

    «Il y a beaucoup d’intérêt pour les éoliennes au niveau nord-américain et, dans certaines régions, il y a des incitatifs offerts pour l’achat du produit, dit Jean-Christophe Mortreux. Certaines municipalités, en dehors du Québec, financent leurs citoyens pour qu’ils implantent des mesures d’efficacité énergétique. Avec l’économie d’électricité qu’ils réalisent, ils remboursent des prêts sans intérêt et après 10 ans, l’achat de l’éolienne est complètement rentabilisé.»

    Au Québec, il faut obtenir un permis de sa municipalité pour pouvoir installer une éolienne sur sa maison.

    «Étant donné que c’est nouveau, certaines municipalités ont des règlements, mais plusieurs n’en ont pas et vont devoir donner un premier avis sur la façon de procéder, dit l’entrepreneur. Nous avons déjà obtenu un permis pour en installer une à Montréal, et plusieurs municipalités se sont montrées ouvertes, notamment à Mirabel et en Montérégie. L’important c’est d’amener le plus d’informations possible aux responsables pour leur montrer comment les installations sont faites, et quel en est l’impact visuel, pour qu’ils prennent une décision éclairée.»

    L’entreprise fonctionne d’ailleurs avec une équipe qui fera en sorte de rendre l’intégration visuelle la plus harmonieuse possible par rapport au voisinage. Quant au prix, il varie en fonction du site et de la facilité d’installation.

    «Notre éolienne est la plus abordable sur le marché, nous avons mis l’accent là-dessus, dit Jean-Christophe Mortreux, qui préfère ne pas révéler le prix exact à La Presse. Le coût dépend du site, et la rentabilité de l’achat peut se faire sur 10 ans. Avoir une éolienne chez soi offre aussi l’avantage de ne plus être dépendant des fluctuations du réseau et de bénéficier d’une forme d’énergie gratuite, le vent, qui sera toujours disponible.»

    UrWind est le premier fabricant à faire certifier sa petite éolienne à axe vertical selon les standards du American Wind Energy Association

    Site internet de URWIND >>>

     
  • Bernard Jean 11 h 22 mi le 20 November 2009 Permalien | Réponse
    Tags : , économie, dollar, or   

    La Société Générale tire la sonnette d’alarme 


    Origine de l’image >>

    Origine de l’article dans Le Figaro >>

    Dans un rapport adressé à ses clients, la banque française les appelle à dessiner une stratégie d’investissements de défense afin de se préparer à l’explosion éventuelle de nouvelles bulles financières.

    Le pire pourrait être devant nous. C’est une des hypothèses qui ressortent d’un rapport de la Société Générale, intitulé « le pire scénario de la dette», selon lequel les récents plans de sauvetage mis en place par les gouvernements mondiaux ont simplement transféré des passifs du secteur privé au secteur public, créant une nouvelle série de problèmes. Premier d’entre eux, le déficit. «Le niveau de la dette paraît tout à fait insoutenable à long terme. Nous avons pratiquement atteint un point de non retour en ce qui concerne la dette publique», précise le rapport de 68 pages.

    L’endettement global est beaucoup trop élevé dans la plupart des économies des pays développés, par rapport à leur PIB. Aux Etats-Unis et dans l’UE, la dette publique représentera ainsi 125% du PIB dans deux ans. Au Royaume-Uni, elle s’élèvera à 105% et au Japon, à 270%. Le problème de la dette sous-jacente est plus important qu’il n’était après la seconde Guerre Mondiale, alors que les taux nominaux étaient similaires. Sauf que cette fois-ci, les gouvernements seront pris à la gorge, le vieillissement de la population rendant plus difficile qu’auparavant l’effacement de cette dette avec la croissance. Les pays émergents ne seraient pas non plus épargnés, même si leur marge de manoeuvre sera plus importante qu’au sein des grandes économies occidentales.

    Parmi les pires scénarios envisagés, le rapport évoque une nouvelle chute des marchés, une inflation galopante ainsi qu’une forte chute du dollar. Or quand la crise bat son plein, tout le monde se retourne vers la valeur refuge par excellence, l’or. Dans ce contexte, le prix du métal jaune atteindrait des sommets jamais vus. En plus du métal jaune, le rapport table qu’une autre valeur refuge devrait tirer son épingle du jeu, les denrées alimentaires. A contrario, la banque conseille de se désengager du dollar et des valeurs cycliques, telles que les technologiques ou celles liées au secteur de l’automobile.

     
  • Bernard Jean 18 h 49 mi le 19 November 2009 Permalien | Réponse
    Tags : , économie, banques,   

    La Société Générale conseille ses clients !! 


    Origine de l’image >>

    http://www.telegraph.co.uk/finance/economics/6599281/Societe-Generale-tells-clients-how-to-prepare-for-global-collapse.html

    Société Générale a conseillé des clients à être prêt pour un possible «effondrement de l’économie mondiale » au cours des deux prochaines années, à dessiner une stratégie d’investissements de défense pour éviter la destruction de richesses.

    Lire la suite >>

     
c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler
%d blogueurs aiment cette page :