Tagué: séparation Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • Bernard Jean 11 h 35 mi le 13 May 2014 Permalien | Réponse
    Tags : conflits, , , séparation   

    Aliénation parentale ou conflit sévère de séparation? 


    Définition et caractéristique entre l’aliénation parentale et l’exposition aux conflits sévères de séparation. Les pistes d’intervention à privilégier et les pièges à éviter.

    Aliénation parentale ou conflit sévère de séparation?

    Le Groupe de réflexion sur l’aliénation parentale du CJM-IU a récemment produit un bilan de ses discussions et prises de position. Le document qui en découle se veut un premier soutien pour la compréhension des situations d’aliénation parentale telles que rencontrées dans la pratique. Plus précisément, il vise à mieux faire connaitre le phénomène, à distinguer les situations où l’aliénation est déjà bien avérée de celles, plus courantes, où l’on retrouve un conflit sévère de séparation sans exclusion de l’un des parents, de même qu’à cerner les manifestations du phénomène et les rôles de chaque parent et de l’enfant. Il vise enfin, au plan plus clinique, à formuler des recommandations susceptibles de guider l’intervention.

    Pour en savoir plus, vous pouvez visionner la vidéo avec Claire Malo et Élise-Mercier Gouin:

     

    Origine de l’article  de juillet 2013 : ICI

    Publicités
     
  • Bernard Jean 22 h 32 mi le 8 April 2010 Permalien | Réponse
    Tags : , , , , séparation   

    La réussite ou l’échec dans la relation de couple… 


    Origine de l’image  >>

    Source: MONTIEL, Richard. Lumière, Vol. 5 No.4, Septembre/Octobre 1996.

    En Amérique du Nord, cinq couples sur dix se séparent et trois sur dix vivent ensemble par convenance. Il en reste donc deux sur dix qui sont heureux ! Ces statistiques ne sont probablement pas nouvelles pour vous. Pourquoi est-ce ainsi ?

    Le docteur John Gottman a effectué une recherche de plus de 20 ans auprès de 2000 couples afin de répondre à cette question : «Pourquoi les couples réussissent ou échouent ?» Il a résumé le résultat de ses recherches dans son livre Why marriages succeed or fail, publié aux éditions Simon and Schuster.

    Voici ce qu’il a découvert : «Lorsque dans une relation de couple il y a cinq fois plus de temps consacré à l’appréciation qu’à la critique, alors le couple demeure heureux durant des années.» Il mentionne également que lorsque cet équilibre est rompu et que le blâme, la critique et le jugement occupent une place de plus en plus prédominante, alors le couple se dirige progressivement vers une séparation. D’autres recherches ont également démontré que lorsque la colère, le ressentiment, le blâme, la critique et le jugement occupent plus de 20% du temps de communication dans la relation de couple, cela entraîne des effets négatifs sur la santé et la durée de vie des conjoints.

    Quels sont les facteurs responsables de la séparation des couples ? En fait, la racine de tous les problèmes vécus par les couples se résume en un mot «croyance». Les croyances avec lesquelles les garçons et les filles ont été élevés jouent un rôle prépondérant dans l’échec (ou la réussite) de la relation de couple. Les enfants héritent souvent des problèmes de relation et de communication qui n’ont pas été résolus par leurs parents. Lorsque ces enfants deviennent des adultes, ils ont tendance à attirer dans leur vie un partenaire qui reflète les croyances acquises durant l’enfance. Plusieurs de mes clients m’ont avoué vivre dans leur relation de couple des problèmes similaires à ceux que vivent leur parents.

    Quelles croyances avez-vous conclues en observant la relation de couple de vos parents à ce moment- là ? Quelles croyances avez vous apprises dans le milieu familial concernant le rôle des hommes et des femmes ? Quelles croyances avez-vous acquises concernant l’amour lorsque vous étiez encore enfant ? Il y a beaucoup de personnes qui croient qu’en évitant de se rappeler des moments difficiles de l’enfance, ceux-ci ne se reproduiront plus. Il n’y a rien de plus faux. Les problèmes non résolus reviennent encore et encore dans notre vie, tant et aussi longtemps qu’une solution véritable n’est pas appliquée. Réalisez que ce que vous vivez aujourd’hui dans votre relation de couple est basé sur les croyances que vous avez apprises durant votre enfance. Il est donc nécessaire d’apprendre à redécouvrir celles-ci et de les changer si vous voulez améliorer vos relations avec les autres.

    COMMENT AMÉLIORER VOTRE RELATION DE COUPLE

    1. Apprendre à écouter vraiment
    Plusieurs personnes n’écoutent pas ce que les autres disent car elles sont trop occupées à écouter leurs propres pensées pendant que les autres parlent.

    2. Interagir positivement
    Lorsque deux personnes défendent leurs positions mutuelles, alors aucune des deux ne peut changer la situation. Apprenez à interagir positivement.

    3. Démonter de l’intérêt
    90% des gens recherchent quelqu’un qui soit intéressé par ce qu’ils ont à dire. Cela signifie qu’il n’y a que 10% des gens qui sont réellement intéressés, devenez membre de ce 10%.

    4. Savoir apprécier
    Simple, offrez à votre conjoint trois compliments par jour tous les jours et faites-le jusqu’à ce que cela devienne une habitude solidement ancrée.

    5. Être responsable de ce que vous ressentez
    De prime abord, il semble beaucoup plus facile de blâmer l’autre lorsque l’on se sent mal face à son comportement, que de prendre la responsabilité de notre propre malaise.

    6. Le choix d’aimer est vital
    Vous choisissez d’aimer un partenaire à cause de ce qui vous «plaît» en elle ou en lui. Vous choisissez également de mettre fin à une relation à cause de ce qui vous «déplaît» en elle ou en lui. Lorsque l’amour est suffisamment fort il aura une préséance sur ce qui vous déplaît. En fait, ce que vous n’aimez pas de votre partenaire et chez les autres est, la plupart du temps, relié au fait qu’il vient déranger quelque chose à l’intérieur de vous.

    7. Apprenez à changer vos croyances
    Les images, émotions et sensations que vous avez dans votre esprit, concernant votre conjoint et les autres, dépendent de vos propres croyances. Si ces croyances sont négatives, les images, émotions et sensations que vous avez de votre conjoint et des autres seront aussi négatives. 99.99% des échecs dans les relations que nous avons avec les autres dépendent de nos croyances.

    8. Avoir une attitude positive
    Cela signifie être capable de prendre le négatif que vous percevez en vous et autour de vous et de le rendre positif.

    9. Savoir s’adapter
    Savoir s’adapter, c’est apprendre à se sentir confortable et ouvert face aux divergences d’opinions et aux situations confrontantes de la vie.

    10. Être libre et laisser libre
    Pour être libre et laisser libre, il est nécessaire d’avoir une grande confiance en soi et cette confiance est mutuellement partagée entre les deux personnes dans l’acceptation des différences au niveau de la personnalité, du style, du caractère et des besoins.

    11. Cultiver le bonheur
    Le bonheur se cultive de toutes sorte de gestes quotidiens avec le conjoint et les enfants. Le bonheur est à la fois notre raison d’être et notre carburant dans la vie. Le bonheur est cette énergie vivante et vibrante qui donne le goût d’entreprendre, de faire des choses, d’être utile à la société qui nous entoure. Le bonheur est aussi le reflet de notre capacité à être réellement nous-mêmes.

     
    • HANAN 5 h 11 mi le 13 octobre 2010 Permalien | Réponse

      j’ai aucun ami pour l’aimer

    • HANAN 5 h 13 mi le 13 octobre 2010 Permalien | Réponse

      la methode pour aimer une personne est echouée chez moi

      • Bernard 19 h 07 mi le 13 octobre 2010 Permalien | Réponse

        Bonjour Hanan,

        En lisant le commentaire, je pense qu’il y a un ami que tu peux aimer et que tu connais très bien qui est toi.
        S’aimer plus, apprendre à aimer plus, “développer son estime de soi, deviens amoureux de toi-même”.

        Nous ne pouvons pas aimer les autres, sans s’aimer soi-même.

        S’aimer plus, mettre de la Joie, exprimer, partager, faire confiance.

        Bernard

  • Bernard Jean 22 h 58 mi le 5 January 2010 Permalien | Réponse
    Tags : amitié, , , , séparation   

    Peut-on rester amis après une rupture? 


    Origine de l’image >>

    Quand un couple se sépare, au terme d’une relation amoureuse où chacun était profondément engagé, l’amertume et le ressentiment rendent parfois l’amitié très difficile.

    Bons amis
    La rupture
    Les obstacles à l’amitié
    Les problèmes pratiques
    Les enfants
    Un nouveau partenaire
    Espacer les rapports amicaux
    La valeur de l’amitié

    Bons amis

    « Peut-on rester bons amis ? » C’est une question que se posent souvent les membres d’un couple qui viennent de rompre.

    Malheureusement, il n’y a pas de réponse facile à cette question. Les chances que l’on possède de réussir à maintenir des liens d’amitié après une rupture dépendent en grande partie de l’existence de ces liens, de sentiments de chaleur, d’affection et de confiance entre les partenaires, avant la séparation. Or, ces sentiments peuvent sembler avoir disparu au moment de la rupture.

    Par ailleurs, il semble souvent plus facile, au départ, d’essayer de rester bons amis pour atténuer le choc de la séparation. Cela vaut mieux que de se voir brusquement obligés de supporter les effets d’une rupture totale.

    Mais, dans la plupart des cas, les problèmes émotifs et les tensions de la séparation font naître une certaine amertume entre les deux partenaires, ce qui nuit considérablement à leur amitié. Toutefois, si le couple comprend ces problèmes, l’amour brisé a des chances de se transformer en amitié profonde et durable.

    La rupture

    Il n’est jamais facile pour un couple de couper les liens émotifs, et une rupture s’accompagne souvent d’aigreur et de récriminations. Si, auparavant, les deux toléraient leurs défauts réciproques pour « acheter la paix », il se peut, quand la relation commence à se désagréger, qu’ils formulent certaines critiques pour la première fois.

    Sous l’impulsion du moment, ils peuvent exagérer ou même se reprocher des défauts inexistants. En l’occurrence, la méfiance et le ressentiment se manifestent, entravant l’amitié pour quelque temps ou, dans certains cas, pour toujours.

    Bien sûr, les ruptures ne sont pas toutes orageuses. Mais même si les discussions se font dans le calme, en se comprenant et en se rassurant l’un l’autre, un des partenaires, ou les deux, peut se sentir blessé ou coupable. Ces obstacles à l’amitié doivent être décelés et écartés très rapidement si les deux partenaires souhaitent rester amis.

    Les obstacles à l’amitié

    La culpabilité, en particulier, peut souvent faire obstacle à l’amitié. Quand les partenaires se sentent responsables ou même honteux de leurs façons d’agir l’un envers l’autre, ils peuvent très bien vouloir éviter de se revoir. Ils ont alors l’impression que des contacts rendraient leurs sentiments de culpabilité encore plus aigus ou ils craignent que l’ex-partenaire ne se serve de ces sentiments pour les persuader de renouer.

    Ou alors, ils peuvent tenter de surmonter leurs sentiments de culpabilité, non pas en évitant leur ex-partenaire, mais en maintenant des contacts par sens des responsabilités et du devoir. Dans ce cas, la « relation amicale » cessera probablement quand il deviendra évident que l’ex-partenaire peut très bien se débrouiller seul.

    Certaines personnes réagissent de façon excessive à une rupture et, consciemment ou non, exagèrent la profondeur de leur peine. En agissant ainsi, elles tentent peut-être de rendre l’ex-partenaire coupable, pas nécessairement pour le persuader de tout recommencer, mais simplement en guise de vengeance.

    Un autre obstacle à l’amitié entre ex-partenaires est l’orgueil. Le rejet, en plus de la douleur émotive qu’il peut provoquer, peut porter un grand coup à l’orgueil personnel. Si c’est le cas, la réaction peut être de refuser l’amitié de l’ex-partenaire.

    L’homme ou la femme dont l’orgueil a été blessé lors de la rupture peut, en rencontrant l’ex-partenaire, le traiter avec désinvolture ou même tout simplement ne faire aucun cas de sa présence. Il espère ainsi prendre sa revanche et satisfaire son amour-propre blessé en simulant l’indifférence.

    Parfois, il arrive que l’amitié entre ex-partenaires naisse pour des raisons purement sociales, surtout si les deux partagent les mêmes amis ou ont l’habitude de fréquenter les mêmes endroits dans leurs sorties ou leurs loisirs. Cependant, quand l’amitié dépend des hasards de la vie sociale au lieu d’être le fruit d’une attirance naturelle, elle peut vite devenir une simple relation mondaine. Les ex-partenaires peuvent même commencer à voir d’un mauvais oeil la présence continuelle de l’autre sur ce que chacun considère comme son propre territoire.

    La rupture peut avoir une espèce d’effet à retardement : les partenaires se séparent apparemment d’une façon amicale, en douceur, puis restent amis quelque temps. Puis, l’un des deux commence à être troublé par des sentiments de manque, de douleur ou de colère.

    Cela peut se produire quand les partenaires, par le passé, n’ont pas pu ou voulu exprimer vraiment leurs sentiments et leurs émotions, au point qu’ils en ignoraient eux-mêmes la profondeur. Si ces sentiments refont surface plus tard, ils peuvent gêner l’évolution de l’amitié entre les ex-partenaires, qui confondront amour et amitié.

    Dans certains cas, surtout quand l’entente sexuelle était le seul dénominateur commun entre les ex-partenaires, ils peuvent s’apercevoir qu’ils avaient très peu en commun, et que les liens qui restent ne suffisent pas à créer l’amitié.

    Malheureusement, les décisions qui vont influencer l’état de la relation future entre les partenaires se prennent souvent dans la période très émouvante et confuse de la séparation même. Les deux partenaires doivent donc laisser les choses se tasser un peu avant de conclure. En s’efforçant de prendre du recul et en considérant avec réalisme leur relation passée, ils ouvrent déjà la voie au maintien de leur amitié.

    Le succès d’une telle démarche repose souvent sur l’accord de l’un et l’autre de ne pas se revoir pendant un certain temps après la rupture. Mais en pratique, ce n’est pas toujours possible ; le fait même que les ex-partenaires soient obligés à de fréquents contacts, par exemple pour se partager les meubles, peut causer de plus grandes tensions et nuire à leur amitié.

    Les problèmes pratiques

    Pour les couples qui travaillent ensemble, il est encore plus difficile de rester amis. Les contacts quotidiens, après le choc de la séparation, prolongent la période d’adaptation. Toute leur amertume peut ressortir au travail, pour ainsi entretenir l’aigreur et rendre l’atmosphère des plus stressantes. En pareil cas, un des partenaires peut même se sentir forcé de changer d’emploi avant que l’amitié ne redevienne à nouveau possible entre eux.

    Chez les couples qui ont des attaches financières, par exemple une affaire commune ou une maison, la rupture comporte encore d’autres difficultés. La vente d’une maison qui a été meublée et décorée avec amour, ou la liquidation d’une entreprise lancée avec enthousiasme et de grands espoirs, ne manquent pas de susciter certains problèmes.

    Dans ces circonstances, la question financière suscite beaucoup d’amertume et pousse les partenaires à des querelles quasi quotidiennes sur le partage des biens. Une telle situation peut soulever beaucoup de ressentiment et de colère, autant à cause de la douleur qui accompagne la rupture que de la difficulté d’avoir à changer de milieu de vie ou de travail.

    L’amitié devient alors presque impossible, du moins jusqu’à ce que les partenaires aient retrouvé, chacun de leur côté, une certaine stabilité affective et personnelle.

    Les enfants

    La garde des enfants, s’il y a lieu, est une autre source d’embûches. Mais les enfants peuvent aussi être des gages d’amitié entre leurs parents, du moins en apparence, en servant de trait d’union. Une telle amitié a de bonnes chances d’être fructueuse, puisque l’amour et l’affection envers l’enfant unissent parfois profondément le couple, même après la disparition de tout lien affectif et sexuel.

    Un nouveau partenaire

    Si le couple se sépare à cause des relations extra-conjugales de l’un des partenaires, l’amitié devient très difficile, car, très souvent, le partenaire trompé éprouve de profonds sentiments de rejet et une grande amertume. Mais il est tout aussi difficile pour les ex-amants de rester bons amis lorsque l’un tombe amoureux de quelqu’un d’autre, et cela même si les ex-partenaires ont rompu depuis longtemps.

    L’apparition d’un nouveau partenaire peut susciter la jalousie, ou inciter à retirer son amitié, de crainte que le nouveau membre du couple ne sache l’accepter et l’assumer.

    Parfois l’amitié peut être mise à rude épreuve, non pas en raison du comportement des ex-partenaires, mais à cause de celui de la nouvelle passion, qui se montre méfiante ou jalouse. En effet, les liens d’amitié entre ex-partenaires sont souvent perçus comme une « relation particulière » par le nouveau venu, qui se sent alors menacé ou inquiet. La jalousie de celui-ci peut non seulement ébranler cette amitié, mais aussi engendrer de graves tensions chez le couple nouvellement formé.

    Espacer les rapports amicaux

    Quand l’amitié des ex-partenaires repose sur des sentiments profonds et une confiance mutuelle, bien des problèmes de ce genre peuvent être évités : il suffit d’en discuter à coeur ouvert entre amis et d’agir en conséquence.

    Une des solutions consiste à espacer les rapports amicaux entre ex-partenaires, du moins temporairement. Mais le plus sage, et le plus difficile, consiste sans doute à tenter de faire partager son amitié à sa nouvelle passion, pour éviter qu’elle ne se sente exclue, et qu’elle y voie une relation « exclusive » ou « particulière ».

    Cela peut toutefois entraîner des malentendus ou blesser des susceptibilités. Parfois, la nouvelle personne se lie très étroitement avec l’ex-partenaire de son conjoint et celui-ci peut en prendre ombrage.

    La valeur de l’amitié

    Quand la rupture survient dans un couple jusque-là uni, il arrive spontanément que les deux partenaires s’évitent quelque temps. Mais une fois les blessures cicatrisées, des personnes qui ont un peu de maturité sont capables de se retrouver pour renouer leur amitié. Cependant, certaines personnes ont relativement peu de problèmes lors de la rupture et leur relation passe facilement de l’amour à l’amitié.

    Entre ex-partenaires, l’amitié repose souvent sur des liens solides, issus d’expériences et d’émotions partagées très intimement. Une telle amitié peut être particulièrement enrichissante. Les ex-partenaires peuvent en effet connaître certains aspects de la personne de l’autre qui demeurent parfois inconnus, même des amis très proches.

    C’est pourquoi ils peuvent souvent se soutenir et s’entraider, et ce, d’autant plus qu’ils sont libérés des différentes « conventions » qui existent dans une relation « établie ». Et l’amitié peut leur permettre de formuler certaines critiques constructives ou de donner des conseils, ce qu’ils n’auraient peut-être pas osé faire avant, de peur d’offenser l’autre.

    Auteur inconnu

     
c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler
%d blogueurs aiment cette page :