Tagué: soi Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • Bernard Jean 16 h 43 mi le 28 February 2011 Permalien | Réponse
    Tags : , s'aimer, , soi   

    « Oser Être Soi » sans condition… prendre soin de Soi… 


    S’aimer plus, mettre de la Joie, exprimer, partager, faire confiance.

    Publicités
     
  • Bernard Jean 19 h 34 mi le 8 January 2011 Permalien | Réponse
    Tags : avoir, , faire, soi   

    Le temps est venu d’ÊTRE soi-même 


    En ces temps de grands changements…

    Qui Sommes Nous ? Qui choisissons nous d’être à PRÉSENT. C’est la seule chose qui importe. Être ou ne pas Être… la seule question en pertinence…

    Chaque geste est un acte d’autodéfinition de soi. Nous choisissons donc à chaque instant quel type de « grain » nous sommes (dans l’exemple du grain et de l’ivraie de l’article de Vieux Jade).

    « Ce qui est en haut est le reflet de ce qui est en bas… » Ce que l’on s’offre à soi-même on l’offre aussi à l’humanité. L’humanité est donc le reflet de nous-même. Elle est la traduction de la moyenne de nos consciences individuels. (Dans ce sens, si vous polluez votre propre organisme, comment pouvez vous travailler contre la « Pollution » dans le monde. Ce serait comme une père alcoolique en état d’ébriété qui dirait à son fils…. »Arrête de boire ! c’est pas bon pour toi ! »/ Ou si vous vous mentez à vous même, comment pouvez-vous revendiquer la vérité de la bouche des politiciens ?) Comme Ghandi le disait : « Si tu souhaites voir des changements dans ce Monde, soi toi même à l’origine de ses changements ». Et le meilleur endroit où commencer est en son propre intérieur individuel. C’est là qu’intervient la conscience individuel ! Si elle n’est pas trop étouffé et affaiblit par des techniques de manipulation mentale…

    Dans le même sens que le début du paragraphe précédant :

    Puisqu’un nombre grandissant d’entre-nous sommes en train de choisir d’abandonner nos attitudes égoïste, l’Humanité se voit donc en train de se défaire elle aussi de son voile « égoïque » pour enfin se metre à nue. D’exprimer enfin sa véritable nature, l’Amour, la Vérité, l’Harmonie, la Liberté, la Joie, le Changement, l’Évolution, la Conscience grandissante, etc. C’est un mouvement qui ira en s’accélérant de façon exponentiel à la façon d’une foule qui se met à applaudir à la fin d’un spectacle. De l’action d’un seul peut découler l’action de plusieurs. Là est notre force ! Soyons libres et le monde se libèrera.

    Mais avant de se défaire de l’influence dominante de notre égo, celui-çi ne se laissera pas vaincre facilement…

    Il n’est donc pas surprenant que l’humanité soit aussi perturbée à présent. Car lorque notre conscience supporte une volonté suffisante pour se débaraser de l’égo, une véritable libération s’oppère en nous, c’est une merveilleuse révolution intérieur. Mais tout juste avant de faire se choix, avec tout le courage que cela implique, l’ego en nous fait tout en son pouvoir pour nous en dissuader. Il fait des pieds et des mains et plein de tapages pour attirer l’attention désespérément (Comme un enfant qui ne veut pas obéir à ses parents au départ lors d’une visite, il se met en crise et angoisse à l’idée de partir. Il se débattra jusqu’à en pleurer. Mais le départ est inévitable. On ne peut changer la Réalité Ultime…mais on peut changer la façon d’ont on en fait l’expérience). À l’instant de notre libération donc, l’ego est rabaisser au rang des inutile, impuissant et enfin nous nous permettons à nous même de savourer la vie sans ses limitations. Nous en venons aussi à percevoir les forces influentes de l’ego d’autrui ou d’un autre système. La puissance de l’ego est fonction de notre soumission investie en lui. Mais il y a toujours de l’espoir.

    Les tyrans, comme quiconque d’ailleurs, ne peuvent bénéficier longtemps de l’autorité sans le respect. Alors voici une idée de graffiti ! : « L’autorité sans le respect, JAMAIS ! » (Nous reviendrons à la notion de respect plus loin / respect de la Vie Vs Respect d’une idée))

    Notre Véritable nature est un « état d’Être », au présent. Alors que l’ego agit par un « état de FAIRE » et se préoccupe des questions du passé, du présent et de l’avenir. Nous sommes des Êtres Humain, non pas de Faire Humain. L’ego nous dit que nous avons quelques choses a faire…Nous n’avons en fait rien à faire mais tout à être (amour, partage, compassion, ami, etc.) Nous somme en vie pour Être tout ce que l’on puisse être non pas pour Faire quoi que ce soit. Mais en Étant, nous faisons…cette formule je l’appel la formule du bonheur. À l’inverse des gens Font pour Être (faire un voyage pour être heureux, faire une carrière pour être populaire, faire pour recevoir…etc) Cette dernière formule « Faire pour Être », est un cercle vicieux sans fin qui mène immanquablement au désespoir….l’égo ne sera jamais satisfait d’être (car se n’est pas sa fonction naturel)….il veut toujours être plus…et il nous impose des sensations d’obligations pour atteindre encore plus de richesse, de pouvoir, de popularité d’admiration, etc. lorsqu’on applique la formule du bonheur on est complet en soi et se sait pleinement satisfait avec se que l’on a…et la quiétude s’installe dans nos vies.

    Ce que nous sommes, c’est la Vie. La sagesse implique de se respecter soi-même à se niveau (La sagesse est la connaissances appliqué). L’ego lui, appel au respect des idées (pensé=État de Faire). Ce qui se produit à l’heure actuel dans notre société égoiste s’est qu’on nous demande de respecter des idées qui ne respectent pas la vie (le système nous encourage désespérément dans ce sens à grand coup de récompenses pour l’égo). Par conséquent, on trahit notre Véritable nature à chaque fois qu’on se soumet à cette invitation égoiste. Cela relève toujours d’un choix qui traduit notre niveau d’évolution.

    Notre Niveau d’évolution est le reflet de l’expression consciente de nous-même.

    Comme il faut parfois se regarder dans le miroir pour avoir un aperçu de notre allure, l’humanité s’offre maintenant à elle même la vision d’elle même, avec tout ses événements. Cela pourrait nous choquer à un tel point que nous serions dégouté de nous même. « Regarde-toi en face et sache que tu es responsable de se que tu vois…tes choix t’y ont mené. » Maintenant que choisit-tu ? Connais toi toi-même et sache que tu es responsable de se qui t’arrive à tout les niveaux….l’ego en incombera la cause sur les autres, évitant ainsi les remises en question intérieur (changement intérieur=évolution=éveil=sagesse grandissante). L’ego déteste changer…il cherche à contrôler la situation et se croit le plus fort et parfait…il prétend donc à la supériorité par défaut. Notre véritable nature n’entretient pas de pareilles attitudes, à ce niveau nous savons que nous sommes sur le chemins de l’évolution et non au summum de celle-ci. C’est une attitude très primitive de se croire supérieur….tel est l’état d’évolution de notre espèce, malgré tout ces avancés technologiques. À moins que cela ne soit en train de changer…

    Les événements impliquant notre réseau social terrestre est à l’image de la conscience moyenne des individus de ce monde (conscience sociale), de même que les événements de notre propre vie est à l’image de notre propre état d’évolution individuel. Cela est valable à chaque instant. Nous avons le pouvoir de changer l’instant suivant avec chacun de nos choix. Par l’auto-définition de soi, nous participons à la fois à la définissons du cour de l’humanité. Nos choix collectifs entraineront la collectivité dans un sens particulier. Le temps est venue de prendre responsabilité de nos expériences et devenir Qui Nous Sommes Vraiment, sans interférence de notre égo.

    Alors la meilleur façon, DONC LA FAÇON LA PLUS EFFICACE, de guérir le monde est de s’offrir la guérison à soi-même, en redevenant Qui Nous Sommes Vraiment, et totalement détaché de notre ego. Cela implique de faire des choix conscient dans l’instant présent….de perdre la tête et d’arrêter de PENSER…car la pensé est du domaine de l’EGO. Les SENTIMENTS sont nos véritables repères. Nos pensées ont trop souvent été manipulés et souiller par des techniques égoïste (satanique) d’ingénierie sociale. Nous ne pouvons plus nous fier pour l’instant à notre bon sens….car trop d’idée que nous entretenons ne supportent pas convenablement la Vie…. (Nous en sommes même venue à avoir des idées sur la façon dont on devraient se sentir ! C’est par la maîtrise de soi qu’on parvient à faire la différence entre un sentiment Véritable, libre de s’exprimer naturellement et une idée égoïste travestie en sentiment). Et le temps est venue de supporter la vie car nous la perdrons si nous lui offrons pas un espace où elle peut s’épanouir. En tant que race nous pourrions déclarer haut et fort aux politiciens du Monde : « Nous ne supporterons pas vos idées à moins que celles-çi ne supportent d’abord la VIE ». Ainsi, tout systèmes tyranniques verraient venir leur fin rapidement. La fin de la domination égoïste amène le début d’un règne nouveau, celui du choix libre et conscient, en dehors de toutes formes de manipulations mentales ! Les motivations de nos gestes serons nos propres sentiments profonds et non plus des idées (qui, ne nous le cachons pas, se contredisent elles-mêmes….d’où la confusion des masses d’aujourd’hui).

    La VIE est une fonction qui s’auto-enrichit. Qui tend vers l’harmonie et plus de fonctionnalité encore. Faute de fonctionnalité, l’adaptabilité s’impose…à moins que ce ne soit la fin…. mais nous Sommes vivant et donc programmé à vivre…notre adaptation maintenant est de se défaire de la composante égoïste de l’expérience humaine. Ceci est autant valable au niveau individuel que collectif. L’égoïsme pour l’homme pourrait être considéré comme le capitalisme pour l’humanité. L’ego s’est un mot mignons pour le satanisme individuel (force ayant pour tendance la satisfaction de l’ego).

    Cette adaptation qui s’impose maintenant à l’humanité, s’est de réactiver notre Être Véritable qui a été pour plus de 10 000 ans dominé par l’ego de l’humanité. C’est la Révolution tant attendue…seulement elle ne s’opèrera pas à l’extérieur de vous et vous ne pourrez la savourer que lorsque vous vous l’aurez offert à vous-même.

    Et n’oubliez-pas…. Ce que vous vous offrez à vous même, c’est à l’humanité que vous l’offrez… à un niveau correspondant.

    Le processus est en lui-même plaisant…

    La connaissance de soi et l’expérience engendrent la sagesse et la confiance en soi (la foi en soi/en sa propre divinité intérieur). Nous apprenons donc à cultiver notre propre pouvoir intérieur au lieu d’implorer les services d’un dieu ou d’une influence extérieur. Méfiez-vous donc des sauveteurs du Mondes ! Seul une planification égoïste cherche à se faire voir comme un plan « Sauveur ». Connais-toi toi-même et tu n’auras point peur, au contraire !! Tu connaitras la Vie dans toute sa splendeur !

    Allons !!! Soyons donc nous-même !

    La meilleur façon d’agir sur autrui, dans ce sens, est d’être soi-même un exemple….les gens aspirent naturellement à un état plus élevé d’eux-même… Soyez donc des exemples, des maîtres de vos propres vie… et vous fournirez la meilleur incitation pour vos frères.

    N’oubliez pas, la sagesse est la connaissance appliqué !

    Il n’y a rien à faire. La question concerne l’Être.

    Qui êtes-vous là maintenant face à cet article.

    Qui choissisez-vous d’être ??

    Origine du texte>>> ICI

     
  • Bernard Jean 18 h 05 mi le 28 March 2010 Permalien | Réponse
    Tags : communiquer, , courage, soi   

    Oser communiquer en conscience 


    Le courage d’être soi : l’art de communiquer en conscience par Jacques Salomé. Le pouvoir d’OSER.

    L’ouvrage le plus personnel de Jacques Salomé nous interpelle sur l’art de communiquer en conscience. Riche de son itinéraire, de son expérience et de ses rencontres, il propose quelques balises pour : Explorer les zones d’ombre ou de méprise dans notre personnalité, les pièges et les malentendus qui nous enchaînent dans notre relation avec autrui et avec nous-mêmes ; Apprendre à dépasser violences, blessures et souffrances ; Sortir des fidélités contraignantes et aller de la fidélité de l’autre à la fidélité à soi ; Différencier ressentis et sentiments ; Affronter les risques et les obstacles au changement personnel ; Vivre les deuils successifs de notre existence qui nous permettent de grandir ; Apprendre à vivre les séparations et les ruptures mais aussi les cadeaux de la vie ; Reconnaître les synchronicités ; Avoir l’audace d’exister ; Découvrir l’espoir de divin en chacun de nous. Un livre-clé pour notre époque car il est urgent d’établir le fondement de cette science, de cet art qu’est la communication relationnelle. Un livre qui est aussi une charte du mieux-être avec soi-même et avec autrui.

    Sommaire du film

    1- Les 7 grandes relations de notre vie
    2- Les 6 grands besoins relationnels
    3- Qu’est ce qu’une relation vivante ?
    4- Comment aller vers la réconciliation avec soi-même ?
    5- Comment faire la restitution d’une violence ?
    6- Comment venir à bout des plus grandes blessures ?
    7- Une grande découverte…
    8- Comment rentrer en relation avec son obésité ?
    9- Qu’est ce que la relation de couple ?
    10- Qu’est ce qu’une relation de qualité ?
    11- Les deux bouts d’une relation

    Bonus
    12- Autre exemple sur la restitution d’une violence
    13- Les deux bouts d’une relation, la restitution et l’objet symbolique
    14- La symbolisation
    15- Pourquoi y a-t-il autant de cancer ?
    16- La restitution symbolique et la réconciliation avec soi-même
    17- Comment décoder les messages de nos enfants ?
    18- La communication à l’école
    19- Ce n’est pas l’amour qui maintient deux êtres ensemble…
    20- Nous sommes des infirmes de la communication
    21- Comment faire le nettoyage intérieur

     
  • Bernard Jean 15 h 52 mi le 8 February 2010 Permalien | Réponse
    Tags : , soi   

    S’abandonner à Soi 


    Origine de l’image >>

    Connaissance de soi

    La connaissance de soi est le savoir qu’une personne acquiert sur elle-même, en termes psychologiques ou spirituels, au cours de sa vie à l’occasion de ses expériences.

    La connaissance de soi est un ordre particulier de connaissance dans la mesure où, à son foyer même, le sujet connaissant et l’objet à connaître sont confondus, il est «juge et partie». Cette difficulté centrale rend impérative une recherche exigeante de l’objectivité si cette connaissance doit être de quelque conséquence.

    La connaissance de soi sollicite la rectitude de la pensée, l’esprit critique et une certaine considération pour le «regard» extérieur des autres. Par sa nature subjective, elle sollicite pour se consolider les exigences métacognitives et en retour, le gain de lucidité sur les caractéristiques personnelles rend possible un savoir plus consistant.

    Les balados de passeportsante.net

    Imagerie guidée par la musique
    Pour le plaisir de s’abandonner à soi (20 min.)

    http://medias.passeportsante.net/balado/balado_imagerie.mp3

     
  • Bernard Jean 23 h 00 mi le 16 January 2010 Permalien | Réponse
    Tags : adultes, , moi, , soi   

    État du Moi 


    Connaissance de soi

    La connaissance de soi est le savoir qu’une personne acquiert sur elle-même, en termes psychologiques ou spirituels, au cours de sa vie à l’occasion de ses expériences.

    La connaissance de soi est un ordre particulier de connaissance dans la mesure où, à son foyer même, le sujet connaissant et l’objet à connaître sont confondus, il est «juge et partie». Cette difficulté centrale rend impérative une recherche exigeante de l’objectivité si cette connaissance doit être de quelque conséquence.

    La connaissance de soi sollicite la rectitude de la pensée, l’esprit critique et une certaine considération pour le « regard » extérieur des autres. Par sa nature subjective, elle sollicite pour se consolider les exigences métacognitives et en retour, le gain de lucidité sur les caractéristiques personnelles rend possible un savoir plus consistant.

    Définition

    Un État du Moi est «un système de sentiments accompagné par un système lié de types de comportement», ou encore « un ensemble cohérent de pensées et de sentiments directement associé à un ensemble correspondant de comportement». L’Analyse Transactionnelle identifie trois États du Moi qui sont :

    • l’État du Moi Parent, souvent nommé Parent orthographié avec un P majuscule, ou désigné par la lettre P
    • l’État du Moi Adulte, souvent nommé Adulte orthographié avec un A majuscule, ou désigné par la lettre A
    • l’État du Moi Enfant. souvent nommé Enfant orthographié avec un E majuscule, ou désigné par la lettre E

    Ils sont symbolisés habituellement comme dans la figure ci-contre appelée diagramme structural de premier ordre.

    Description de chaque État du Moi

    «Je peux penser et ressentir et porter des jugements de valeur à partir de n’importe lequel des États du Moi.» Il est à noter la structure temporelle des États du Moi : quand je suis dans l’Adulte, je réagis aux situations avec toutes mes ressources actuelles de grande personne, quand je suis dans le Parent ou dans l’Enfant je reproduis des comportements des sentiments de mon passé.

    • Le Parent : « Dans cet état-là, la personne pense, agit, parle, sent et réagit exactement comme le faisait l’un de ses parents » ou une figure d’autorité, quand elle était petite. Quand une personne est dans le Parent, elle porte souvent des jugements de valeur, ou a un comportement nourricier.

    Nous enregistrons dans l’État du Moi Parent tout ce que nous apprenons des figures d’autorité, tout au long de notre vie : l’essentiel s’enregistre « Avant six ans » comme l’écrit Fitzhugh Dodson, mais bien d’autres ajouts peuvent intervenir avec puissance. Sous la présidence de François Mitterrand, un grand nombre d’hommes politiques avaient une élocution comparable à la sienne, il en fut de même sous Charles de Gaulle.

    Il existe 4 subdivisions du Parent :

    • le Parent Normatif (ou Critique) : il donne les lois et les normes dans la justesse et la justice
    • le Parent Persécuteur : il donne les lois et les normes de manière autoritaire et exagérée
    • le Parent Donnant (ou Bienveillant) : il soutient, encourage et aide efficacement
    • le Parent Sauveur (ou Sauveteur) : il se veut aidant mais n’est jamais efficace (voir le Sauveteur dans le triangle de Karpmann).
    • L’Adulte : C’est « l’état du moi, dans lequel la personne examine objectivement son environnement, en calcule les possibilités et probabilités sur la base de l’expérience passée ».
    • L’Enfant : « Tout être humain porte en soi un petit garçon ou une petite fille qui pense, agit, parle, s’émeut et réagit exactement de la même façon que lorsqu’il était un enfant. ».

    Il existe 3 subdivisions de l’Enfant :

    • L’Enfant Adapté Soumis : il suit les règles et les normes
    • l’Enfant Adapté Rebelle : s’oppose aux lois et aux normes
    • l’Enfant Libre : il est créatif, indépendant et spontané

    Comment identifier les États du Moi

    Il existe quatre manières de reconnaître les États du Moi :

    • Le diagnostic comportemental:

    Il résulte de l’observation des mots, des intonations, des gestes, des postures, des mimiques de la personne observée. Plusieurs informations sont nécessaires pour établir le diagnostic. Dans certains cas il peut être utile de poser des questions pour lever un doute sur le diagnostic. Ceci est à rapprocher du Calibrage en PNL.

    • Le diagnostic social:

    L’idée sous-tendue est d’utiliser le diagnostic de l’état du moi d’une personne pour diagnostiquer celui de son interlocuteur, les États du Moi des deux personnes étant souvent complémentaires.

    • Le diagnostic historique:

    Pour faire ce diagnostic, on pose des questions pour savoir comment la personne était lorsqu’elle était enfant, ou sur le comportement de ses figures parentales.

    • Le diagnostic phénoménologique:

    Il est mis en œuvre lorsque la personne fait plus que de se souvenir de son passé, mais le revit.

    Utilité des États du Moi

    Gysa Jaoui (Analyste transactionnelle) affirme: c’est « un outil simple et efficace pour comprendre les Transactions, les Jeux, les Scénarios de vie qui sous-tendent les relations humaines et aussi à comprendre notre fonctionnement intrapsychique. »

    Les vicissitudes des États du Moi

    Le schéma habituel des 3 États du Moi avec les cercles de même taille et contingents représente celui d’une personnalité équilibrée. Il y a plusieurs types de distorsions :

    Contamination et exclusion

    Par « contamination » on désigne ce qui fausse le jugement. On peut trouver :

    • La contamination de l’Adulte par le Parent : des pensées et propos qui sonnent juste mais qui sont en fait des préjugés.
    • La contamination de l’Adulte par l’Enfant. Toutes croyances qui là aussi semblent sonner justes mais sont en fait des illusions.
    • Il existe aussi des cas de contamination de l’Adulte par le Parent et par l’Enfant.

    Par « exclusion » on rencontre des individus où le Parent est évacué, ils sont sans pensées, ou l’Enfant, on les décrirait comme sans émotions, voire les deux États du Moi.

    Dysharmonie des États du Moi

    Les trois États du Moi sont ordinairement représentés comme ayant la même taille – il y a ainsi le même quantum énergétique. Mais il peut apparaître qu’une personne peut avoir un État du Moi Adulte d’un volume plus important que les deux autres qui corrélativement apparaîtront alors diminués. On peut aussi trouver des personnalités ayant un Enfant surdimensionné et donc ayant un Parent et un Adulte diminué.
    Un des principes de l’AT est que l’on ne peut agir par la diminution d’un État du Moi surdimensionné mais par le renforcement de celui ou ceux qui est/sont diminué(s).

    Symbiose

    Il peut aussi se trouver des systèmes relationnels où, par exemple, une personne active ses États du Moi parent et Adulte et vient chercher l’Enfant d’une seconde personne.
    On peut trouver aussi des chaînes symbiotiques entre plusieurs personnes, chacune ayant en symbiose l’Enfant, par exemple, de la précédente ou de la suivante.

     
    • GinTonHic 10 h 30 mi le 17 janvier 2010 Permalien | Réponse

      Bonjour,

      Votre note est fort intéressante.

      Que se passe-t-il dans le cas d’une personne adulte, très intelligente, qui est incapable d’éprouver de l’emphathie pour qui ou quoique ce soit ? Qui prend tout au premier niveau, i.e. qui est incapable d’aller au delà des apparences ? Qui a des excès de colère ?

      Cette personne aurait-elle un enfant trop fort malgré des apparences d’adultes forts ? Serait-ce l’inverse ?

      Sujet fort intéressant, vous l’avais-je dit ?

      Au plaisir,

      • Bernard 10 h 45 mi le 17 janvier 2010 Permalien | Réponse

        Bonjour,

        Il est difficile de répondre, car la description de cette personne est très courte, mais nous pouvons supposer que cette personne est enfermée dans une grosse carapace. Il faudrait voir comment fonctionne le corps physique, les maladies, les opérations, les blocages, la souplesse des articulations et regarder quelles sont les croyances et les peurs de cette personne.
        Mais en effet il est très possible que cette personne cache et protège un enfant blessé qui ne veut pas grandir et qui se retrouve comme dans une prison. Car aller au delà des apparence mettrait cette personne en grand danger en faisant remonter des émotions anciennes ingérables refoulées qui peuvent remonter aux peurs de la mère pendant la grossesse ou dans la petite enfance avant l’apprentissage du langage. Il faudrait aussi voir comment cette personne respire, si elle fume, si elle limite au minimum la circulation de l’air dans ses poumons.

        Paix et Joie,
        Bernard

  • Bernard Jean 19 h 04 mi le 11 January 2010 Permalien | Réponse
    Tags : , , soi   

    Respiration Consciente 


    Origine de l’image >>

    Maîtrise de Soi

    Notre but est la maîtrise de soi; maîtriser les attributs de l’être : le corps, la mentalité, l’âme, l’esprit. Pour cela, il nous faut commencer à la base et nous élever progressivement jusqu’aux degrés supérieurs, dans un développement sûr et continu. Nous ne pouvons réaliser ce que signifie la VIE dans toute sa plénitude avant que notre corps soit apte à manifester cette vie. Notre premier objectif sera de maîtriser ce corps entièrement, c’est-à-dire jusque dans ses fonctions organiques. La plus importante de ces fonctions et la première à considérer est celle de la respiration.

    Tout être vivant devient conscient en respirant ; il ne devient conscient qu’en respirant ; en respirant consciemment nous devenons de plus en plus conscients.

    Or, à la différence des autres êtres vivants, l’homme seul a la faculté de contrôler consciemment sa respiration. L’animal respire inconsciemment ; sa respiration est régie entièrement par le système nerveux sympathique; et l’homme, tant qu’il ne contrôle pas consciemment sa respiration, acte qui dépend du système nerveux cérébro-spinal, reste esclave de ses instincts et est livré à toutes les influences du milieu, de la nature, même des forces cosmiques, qui le mènent et l’entraînent malgré lui. Cependant, il est libre : il peut se régir lui-même et, non seulement contrôler les influences extérieures et les éviter, mais encore les transformer à son propre avantage. Un tel contrôle ne s’obtient que par la RESPIRATION CONSCIENTE.

    Pour qu’on retire le plus de bien possible des exercices que nous allons décrire, nous devons attirer l’attention sur quelques points de la plus haute importance.

    La POSITION du corps doit être minutieusement étudiée et observée. Assis, comme debout, le buste doit rester parfaitement droit ; ne s’appuyer à aucun dossier. Le corps doit être complètement détendu, sauf les muscles nécessaires pour maintenir la position, mais même ces muscles ne doivent jamais être crispés et l’attitude doit toujours être aisée et dégagée ; l’abdomen maintenu en retrait ; les épaules tombant naturellement en arrière.

    Le fait de hausser les épaules en inspirant n’augmente pas la capacité, mais dénote d’autre part un état de tension chez l’individu. Tenir la poitrine haute et aussi ouverte que possible pendant l’inspiration et ne pas la laisser choir pendant l’expiration. Les poumons doivent pouvoir se mouvoir librement à l’intérieur de la cage thoracique. Par suite d’insuffisance respiratoire, il se forme fréquemment des adhérences entre les poumons et la cage thoracique, mais cela disparaît peu à peu par la pratique consciencieuse de ces exercices.

    L’inspiration se fait toujours par les narines ; l’expiration aussi, sauf, naturellement, dans le chant, la récitation et dans certains cas spécifiés. L’appel d’air dans les poumons ne doit pas être dû à une succion dans la région du nez, mais au mouvement des muscles pulmonaires et du diaphragme. On ne doit, même en respirant à fond, jamais entendre le passage de l’air dans le nez. Pour inspirer, retirer d’abord le diaphragme vers le haut, remplir le haut des poumons, puis, en abaissant un peu le diaphragme, remplir le bas. Pour exhaler, vider d’abord le bas, en retirant le diaphragme, puis le haut, mais sans laisser choir la cage thoracique, qui reste toujours bombée comme une cuirasse.

    La RESPIRATION est le principe sous-jacent de la vie, et le RYTHME de l’inspiration et de l’expiration, avec ses temps de rétention et d’arrêt, détermine le développement physique, psychique et mental…….

    Exercice de respiration consciente >>

    Peaceful moment in full concentration just a minute before sunrise at the pier in the vilage of Ory, Haruku Island in Indonesia.
    Tranquility!

    Ferryvn

     
c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler
%d blogueurs aiment cette page :