Respiration Consciente

Origine de l’image >>

Maîtrise de Soi

Notre but est la maîtrise de soi; maîtriser les attributs de l’être : le corps, la mentalité, l’âme, l’esprit. Pour cela, il nous faut commencer à la base et nous élever progressivement jusqu’aux degrés supérieurs, dans un développement sûr et continu. Nous ne pouvons réaliser ce que signifie la VIE dans toute sa plénitude avant que notre corps soit apte à manifester cette vie. Notre premier objectif sera de maîtriser ce corps entièrement, c’est-à-dire jusque dans ses fonctions organiques. La plus importante de ces fonctions et la première à considérer est celle de la respiration.

Tout être vivant devient conscient en respirant ; il ne devient conscient qu’en respirant ; en respirant consciemment nous devenons de plus en plus conscients.

Or, à la différence des autres êtres vivants, l’homme seul a la faculté de contrôler consciemment sa respiration. L’animal respire inconsciemment ; sa respiration est régie entièrement par le système nerveux sympathique; et l’homme, tant qu’il ne contrôle pas consciemment sa respiration, acte qui dépend du système nerveux cérébro-spinal, reste esclave de ses instincts et est livré à toutes les influences du milieu, de la nature, même des forces cosmiques, qui le mènent et l’entraînent malgré lui. Cependant, il est libre : il peut se régir lui-même et, non seulement contrôler les influences extérieures et les éviter, mais encore les transformer à son propre avantage. Un tel contrôle ne s’obtient que par la RESPIRATION CONSCIENTE.

Pour qu’on retire le plus de bien possible des exercices que nous allons décrire, nous devons attirer l’attention sur quelques points de la plus haute importance.

La POSITION du corps doit être minutieusement étudiée et observée. Assis, comme debout, le buste doit rester parfaitement droit ; ne s’appuyer à aucun dossier. Le corps doit être complètement détendu, sauf les muscles nécessaires pour maintenir la position, mais même ces muscles ne doivent jamais être crispés et l’attitude doit toujours être aisée et dégagée ; l’abdomen maintenu en retrait ; les épaules tombant naturellement en arrière.

Le fait de hausser les épaules en inspirant n’augmente pas la capacité, mais dénote d’autre part un état de tension chez l’individu. Tenir la poitrine haute et aussi ouverte que possible pendant l’inspiration et ne pas la laisser choir pendant l’expiration. Les poumons doivent pouvoir se mouvoir librement à l’intérieur de la cage thoracique. Par suite d’insuffisance respiratoire, il se forme fréquemment des adhérences entre les poumons et la cage thoracique, mais cela disparaît peu à peu par la pratique consciencieuse de ces exercices.

L’inspiration se fait toujours par les narines ; l’expiration aussi, sauf, naturellement, dans le chant, la récitation et dans certains cas spécifiés. L’appel d’air dans les poumons ne doit pas être dû à une succion dans la région du nez, mais au mouvement des muscles pulmonaires et du diaphragme. On ne doit, même en respirant à fond, jamais entendre le passage de l’air dans le nez. Pour inspirer, retirer d’abord le diaphragme vers le haut, remplir le haut des poumons, puis, en abaissant un peu le diaphragme, remplir le bas. Pour exhaler, vider d’abord le bas, en retirant le diaphragme, puis le haut, mais sans laisser choir la cage thoracique, qui reste toujours bombée comme une cuirasse.

La RESPIRATION est le principe sous-jacent de la vie, et le RYTHME de l’inspiration et de l’expiration, avec ses temps de rétention et d’arrêt, détermine le développement physique, psychique et mental…….

Exercice de respiration consciente >>

Peaceful moment in full concentration just a minute before sunrise at the pier in the vilage of Ory, Haruku Island in Indonesia.
Tranquility!

Ferryvn

Advertisements