Tagué: borderline Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • Bernard Jean 10 h 36 mi le 19 July 2014 Permalien | Réponse
    Tags : borderline   

    Le borderline dans le couple 


    image-couple-borderline« J’ai la certitude que je vais devenir folle. Je sens que nous ne pourrons pas supporter encore une de ces périodes terribles. Je sens que je ne m’en remettrai pas cette fois-ci. Je commence à entendre des voix et ne peux pas me concentrer. Alors je fais ce qui semble être la meilleure chose à faire. Tu m’as donné le plus grand bonheur possible… »
    Virginia Woolf a écrit à son mari ces mots avant de se jeter dans une rivière.

    Le borderline dans le couple

    Il n’est pas facile pour le borderline de vivre en couple, ni pour lui ni pour son partenaire.
    Le borderline est un personnage qui dans sa relation à l’autre, même lorsqu’il s’agit d’une relation amoureuse, peut être dans une grande souffrance ; la personne vivant proche de ce borderline, se trouve elle aussi dans une forme de souffrance, mais elle essaie de rester présente à l’autre qui ne reconnaît pas ses efforts d’implication.

    Dans son couple, le borderline aura tendance à adopter les comportements suivants :

    mise en place d’une déficience identitaire ;
    sensation de vide, ressent le besoin de se remplir de l’autre ;
    est toujours dans la peur de l’abandon de l’autre, il veut sans cesse être rassuré, ce qui va induire à la longue un sentiment de lassitude chez le partenaire. Ce sentiment permet à la personnalité borderline de valider ses croyances « on me quitte toujours, je ne peux être aimé ».
    J’ai évoqué plus haut le DSM IV, je vais à travers cette grille de lecture vous parler de ce que va faire la personnalité borderline face à son ou sa partenaire. Il va être interprétatif de ses faits et gestes, se trouver en proie à une crise de panique qui va déclencher soit une rage, soit le poser dans le désespoir, et le pousser de ce fait dans une forme d’attente élevée qu’il exprimera par des supplications visant à rester auprès de lui ou d’elle. Un patient borderline, auquel vous posez un cadre, va trouver cela violent, il va alors avoir une montée de rage à tendance destructrice, ou va manifester un désespoir culpabilisant à l’égard de l’autre, attitude qu’il adopte également dans son couple.

    La personnalité multiple va souvent avoir des relations interpersonnelles particulièrement instables, fortes, ce qui va la placer dans un positionnement qui va alterner entre l’extrême idéalisation et la dévalorisation, nous pourrions appeler cela du clivage. Le borderline clive la réalité, étant noyé dans sa propre réalité, ne pouvant pas entendre, ni comprendre, ce que lui dit l’extérieur.

    Il va tenter d’aller trouver à l’extérieur ce qu’il est incapable de s’offrir :

    une estime de soi ;
    de la reconnaissance ;
    une approbation, et donc, pour ma part, une recherche de validation du délire de ce qu’il est et fait ;
    une rigidité identitaire.
    La personnalité borderline va être dans l’attente que l’autre lui donne l’amour infini, l’amour inconditionnel (gratuit) dont souvent il se sent exclu ou qu’il n’a pas reçu dans son enfance. S’il sent qu’il perd ce pseudo amour, ce sera vécu pour lui comme une forme de petite mort (« Si tu ne m’aimes plus, je me tue », forme de chantage que je peux entendre parfois, dans ces pathologies).

    Je pourrais dire que le borderline ne s’aime pas et qu’il ne connaît pas la valeur de ce qu’est l’amour, il a des troubles et des doutes concernant sa propre estime de lui, il va aussi par conséquent nourrir des soupçons face à l’amour que va lui porter son ou sa partenaire.

    Il arrive dans certains cas, que le borderline se mette dans une position de quitter pour ne pas avoir à subir la séparation lui-même, d’avoir des colères ingérables, de chercher à se mutiler, de tout faire pour captiver, ou même parfois dans certains cas, tromper son ou sa partenaire, il bascule dans une forme de mise en danger.

    Angélique Veillard
    Psychosomatoanalyste, Sexologue, écrivain, Coach, Auteur.
    Membre de la Fédération Française des Psychosomatothérapeutes et de l’Ordre National des Sexologues, Directrice du Centre Mosaïque Paris.
    Centre Mosaïque Paris Rive Droite & Ile de la Réunion
    http://www.psycho-ressources.com/sexologue/paris/angelique-veillard.html

    Texte complet PDF:
    http://www.psycho-ressources.com/angelique-veillard-les-borderlines.pdf

     
    • lilynoiroublanc 19 h 46 mi le 15 juillet 2015 Permalien | Réponse

      Souffrant de trouble de la personnalité borderline, je suis consciente de ce que je peux faire vivre à mon partenaire et c’est très culpabilisant. Je le vois souffrir face à mon insatisfaction chronique alors qu’il fait tout pour me rendre heureuse. J’en suis consciente mais parfois je ne peux m’empêcher d’agir ainsi. Je culpabilise énormément après avoir été horrible avec lui. Mais j’ai peur qu’il ne m’aime plus, je lui demande toujours de me le prouver, ça doit l’épuiser. Je suis en thérapie actuellement. Le voyant malheureux, je ne peux lui infliger tout ça. On a décidé de se séparer pour se sortir de cette relation aliénante qui me bouffe également. J’aurai aimé qu’il soit plus dur avec moi mais il se sent impuissant. Ce que je comprends. J’ai très peur de me retrouver seule. Mais si c’est d’être seule qui me fait peur, c’est justement pour cela qu’on doit se séparer. Il n’est pas mon objet. Je n’ai pas le droit de continuer cette relation avec lui pour cette raison abjecte.
      Je veux qu’il soit heureux, et que ma thérapie m’aide à me sentir vivante avec moi même. Ne plus avoir peur de la solitude avant de reconsidérer une autre relation dans le futur. Sinon ça sera un cercle sans fin.
      Merci pour l’article qui n’a fait que confirmé le dysfonctionnement relationnel quand on a une personnalité borderline. Se remplir soi meme au lieu de se nourrir de l’autre.
      Le partenaire n’est pas la pour combler une carence de l’enfance. Mais pour aimer et être aimé.
      N’hésitez pas à passer sur ma page, je suis nouvelle

  • Bernard Jean 22 h 54 mi le 22 December 2009 Permalien | Réponse
    Tags : , borderline   

    Dans l’émotion d’une borderline (état limite) guide à l’usage des praticiens, des patients et des familles 


    Auteur : Alain Tortosa
    préface de Gérard Vachonfrance
    Éditeur : Archilogue, Six-Fours-les-Plages (Var)

    Description : 272 pages; (21 x 15 cm)

    EAN13 : 9782918100010

    Résumé

    L’auteur, psychothérapeute, se place lui-même en situation d’état limite afin d’aider à la compréhension de la pathologie borderline, qu’il décrit comme une incapacité à comprendre ses propres émotions. Il donne les clés pour aider le patient à se libérer de ses schémas culpabilisants et à exprimer des émotions qu’il veut nier afin de se protéger du présent.

    Quatrième de couverture

    «Grâce à ce livre, on comprend que le trouble borderline est dû à une difficulté dans la gestion de l’expression émotionnelle. La patiente connaît ses émotions, peut les décrire, les intellectualiser, les rationaliser, mais ne sait pas se les approprier et se retrouve dans un flux d’émotions culpabilisantes. Alain Tortosa nous permet de repenser les émotions comme une réaction normale et non plus pathologique à condition de savoir se les approprier. Les émotions doivent être vécues, affrontées… Les méthodes et outils proposés complètent l’aspect théorique pour que nous, praticiens, puissions aider au maximum nos patients. Ce livre m’a permis d’approfondir mes connaissances : comment mieux entendre, écouter, répondre, aider au quotidien et déculpabiliser patients et familles. Je tiens à remercier l’auteur pour son apport clinique et pratique.»

    Marie-Aude Accard, psychologue clinicienne.

    «En prenant le parti de se mettre dans la «peau» d’une patiente Borderline, Alain Tortosa s’est projeté dans une dimension où peu de «psys» oseraient s’aventurer. Que le lecteur ne s’y trompe pas : Il ne s’agit pas d’un exercice de contre-transfert ni d’une démonstration d’empathie, mais plutôt d’une sorte de visite guidée dans la psyché, où les émotions vivent, se multiplient, explosent parfois, en venant perturber une conscience débordée. Ce guide à l’usage des praticiens nous permet de comprendre comment se construit, se développe, s’exprime ce trouble de l’émotion que l’on nomme paradoxalement l’état limite.» Pierre Nantas, psychothérapeute, Addictologue «Le domaine des états limites domine l’addictologie et s’inscrit dans le contexte social actuel. Il est intéressant qu’un auteur expérimenté s’exprime et mette l’accent sur les émotions, ces chocs parfois continus et intenses qui entraînent des réactions affectives et comportementales qui conduisent inévitablement à l’angoisse, une imprévisibilité, une instabilité bien connues. Les personnes qui souffrent d’un état limite cherchent à échapper à leurs émotions à tout prix ou à y résister au prix de souffrances indicibles.. Or notre temps n’est pas facile, le narcissisme, l’hédonisme, entraînent l’indifférence à l’autre, l’isolement, la solitude. Le thérapeute a lui besoin d’idées nouvelles pour étendre et approfondir sa réflexion et sa pratique. Alain Tortosa nous incite à écouter et comprendre les émotions de nos patients afin qu’ils puissent enfin oser les ressentir sans en avoir peur.»

    Dr Gérard Vachonfrance, psychiatre, fondateur de l’Institut de Recherche et d’Enseignement des Maladies Addictives.

     
c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler
%d blogueurs aiment cette page :