Mises à jour de mai, 2014 Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • Bernard Jean 10 h 20 mi le 16 May 2014 Permalien | Réponse
    Tags : , castratrice   

    Relations Toxiques: LA MERE CASTRATRICE 


    grand-dessin-femmes-castatricesDes fils élevés près de leur mère ne deviennent pas des hommes qui sont proches des femmes mais des hommes qui bien souvent ont peur des femmes.

    Certaines personnes ne devraient pas être considerés « aptes » à la procréation, car n’étant pas équilibrées ne vont que causer des degâts irreversibles a leur progeniture.

    C’est souvent le cas de femmes qui engendrent un enfant, sans le consensus de l’homme.

    Et donc, l’homme, n’étant pas d’accord, il refuse d’accepter cette paternité « imposée » de façon totalement egoïste.
    Ce seront donc des pères absents, dans le sens propre o figuré.
    cela en revient au même car, en étant absent, il ne pourra donc pas donner une réference de masculinité.

    Et la mère va s’appropier son ou ses « fils » et projeter des désirs oedipiens sur eux, en donnant a l’énfant, la place du père.

    Il y aura mariage symbolique entre la mère et le fils parce que le père qui est l’accoucheur d l’enfant sur le plan psychique ne remplit pas sa fonction naturelle.
    Le ciment de l’union entre la mère et le fils sera la déception affective d’une femme qui, manquant d’attention de la part de son conjoint, fait se son fils un partenaire de remplacement.

    Cela conduira la mère et le fils a une sorte de mariage symbolique qui constitue un véritable inceste ne se déroulant pas sur le plan sexuel mais sur le plan affectif.
    Les conséquences sur les fils, notamment en ce qui a trait à la faiblesse de l’estime de soi, seront dans certains cas comparables à celles de l’inceste père-enfant.

    TOUT MARIAGE A SON CONTRAT

    Le fils restera dépendant de sa mère moyennant quoi celle-ci ne l’abandonnera jamais, en prendra toujours soin, lui pardonnera tout.

    En échange de ces menus services le fils pourra grandir mais… sans grandir.

    Il pourra devenir un homme mais à la condition expresse de toujours rester un petit garçon.

    Les deux parties ne pourront jamais se séparer. La présente décharge le fils et la mère de toute responsabilité quant aux problèmes qui pourront survenir dans les relations du fils avec d’autres femmes
    Difficultés d’engagement garanties.

    Dans cet inceste affectif, l’acte sexuel proprement dit n’est pas accompli, mais il y a quand même interdiction d’appartenir à une autre femme sur le Plan amoureux.

    La sexualité d’un homme peut ainsi devenir parfaitement séparée de ses sentiments. Il pourra faire amour avec quelqu’un d’autre mais il ne pourra pas s’engager tant que son monde sentimental appartiendra symboliquement à a mère.

    Il doit même tuer l’amour des êtres qui s’approchent de lui pour ne pas provoquer les foudres de ce dragon maternel.

    C’est ainsi que la manipulation commence depuis la naissance, donnant lieu a diverses sortes de « contrôle » sur le fils.

    Vouloir qu’il habite en proximité, avoir la clef de son appartement et ainsi pouvoir « rentrer » à tout moment, et fouiller partout, voir même se servir.
    Exiger qu’il vienne la voir régulièrement sous menaces diverses au cas ou il ne serait d’accord.

    Ceci donne lieu a un comportement pathologique qui est « accepté » ainsi par le fils.
    Alors rien n’a plus de limites.
    Intrusions dans sa vie privé, conflits avec les femmes qui fréquentent son fils, caprices en tout genre, et chantages allant jusqu’a la menace de suicide si le fils ne fait pas ce qu’elle lui impose.

    harcèlement en tout genre envers la compagne du fils, appels, ménaces le tout sans aucune retenue.

    J’en connais une qui, ne voyant pas son fils apres 2 jours elle est allé jusqu’a alerter la police sous pretexte qu’il avait disparu.
    S’en prenant a tout le monde et importunant même la famille de sa compagne.

    Ces femmes sont malades mais, ce qui est le plus triste, et qu’ils ruinent la vie de leur progéniture.

    Si ces femmes arrivent à avoir plusieurs fils, c’est souvent le même sort qui leur est réservé.

    Ceci donne lieu a des hommes qui ne sont pas adultes, incapables d’assumer un comportement mature vis à vis d’une situation qui est invivable.

    Et ainsi faisant, souvent, le fils développe dens tendances homosexuelles, ce qui est en fait pour ne pas trahir leur propre mère.

    Dans d’autres cas, cela donne lieu a des hommes affectés de différentes sortes de pathologies, en allant du manque d’estime de soi, jusqu’a des problèmes d’ordre psychiatrique.

    Ces femmes sont non seulement hautement hystrioniques, egoïstes, manipulatrice et toxiques, et sous couvert d’un « amour » inexistant, ruinent littéralement la vie de leur progéniture, et qui, ne se gênent absolument pas, de rendre coupable d’une telle aberration toute femme qui puisse approcher leur « fils ».

    Comme toute situation toxique, il faut être deux pour l’accepter: Le marionettiste et… la marionette.

     
    • elisabo 16 h 07 mi le 11 novembre 2014 Permalien | Réponse

      j’ai la même , qui nous fait mener une vie d’enfer , et il est vrai que le fils lui donne toujours raison, j’ai eue la descente de police chez moi , elle met son nez partout , elle a fait casser 3 unions de son fils et son mariage , avec moi c’est plus difficile , mais j’avoue que quelques fois j’en ais un peu assez de tout cela . Je lui ais écit en lui joignant la copie  » de la mère castratrice  » elle n’as pas vraiment aimé et ne me parle plus . Il n’y a pas longtemps , elle est descendu sur le parking voir son fils car je n’ai plus le droit d’aller chez elle , et bien elle m’as serré la main en parfaie etr

    • vava 12 h 42 mi le 11 janvier 2016 Permalien | Réponse

      Bonsoir, mon frère à 43 ans, a vendu son appartement et a acheté un terrain dans la brousse près de nos parents, il vit maintenant chez eux alors qu’il est drogué depuis ses 15 ans,
      Il les battait à chaque visite et en autre psychiquement, il essayait de se rebeller de notre mère mais en vain plus le temps passait plus les choses s’aggravaient ses 4 compagnes l’on quitté à cause de notre mère, il est devenu fou.
      Elle critiquait toujours tout et ses copines rien n’était bien pour lui, il est seul(…) depuis des années ne sachant pas s’attacher , toutes les filles sont des P. sauf maman???.
      Lorsqu’il était chez lui, il devait toujours venir chez elle le dimanche quoi qu’il arrive sinon gare…les besoins à lui étaient bafoués, et j’en passe .
      Comme mon frère se rebellait constamment en même temps revenait comme un petit chiot elle me prenait comme bouclier et maintenant je sais qu’elle s’est toujours comportée comme cela, puis un jour j’ai décidé de ne plus intervenir car quoi que je fasse j’étais nulle et oui je suis sa sœur.. et là revirement de situation mon frère est collé à ma mère est gentil ne les agresses plus ne se drogue plus(…) vit avec elle prends la place de mon père (courses sorties…) et moi je n’existe plus à leurs yeux je ne sers plus à rien puisque la paix règne bien mieux sans moi .
      N’ayant pas ce qu’elle voulait de mon frère elle se servait de moi pour les basses besognes et lui à sont tour venait chez moi me saouler à propos de ses « merdes » désolé comme ils les as toujours appelés.
      Voila ma petite histoire qui me fait vraiment mal évidemment cela fait 40 ans que ça dure et je pourrais écrire un livre sur ma mère cette castratrice, manipulatrice, folledingue qui va dévorer mon frère puisque mon père trop malade ne sert plus à rien.
      Je ne peu pas sauver mon frère, personne ne le peux sauf lui, je prie pour qu’il se fasse aider c’est le seul moyen,
      comment une mère peut elle séparer ses enfants pour son bien être , comment vivre avec cela, j’ai 2 enfants et elle a tenté la même chose avec eux et j’ai revu toute mon enfance en quelques minutes.
      C’est atroce: donne moi ce que je veux et tu auras ce que je veux voilà la devise de ma chère maman.
      Bon courage à vous tous et toutes………….

    • pascale 2 h 40 mi le 31 mars 2016 Permalien | Réponse

      Je viens d’une famille où la manipulation affective était plus subtile mais très forte. Je ne définirais pas ma mère de castratrice car elle était plutôt « abandonnante » et pourtant, centrée inconsciemment sur ses besoins affectifs inassouvis, et ne pouvaient pas considérer ses enfants comme des personnes à part entières .
      Le problème pour moi est plus général : une « dépendance affective » qui touche tous les membres, une absence d’amour saine et respect d’autonomie. Quand l’amour ne se décline pas dans la confiance et le respect, mais dans la peur du manque d’amour et le contrôle, les membres d’une famille s’asservissent les uns les autres et c’est la « dépendance affective » ; beaucoup de gens confondent cela, surtout quand il n’y a pas trop d’excès !!, avec de l’amour.
      L’amour exige la liberté et l’autonomie des ressentis (être un sujet ).

    • Popaul 19 h 32 mi le 18 janvier 2018 Permalien | Réponse

      Issu d’une famille yper nombreuse,7 filles et 4 garçons, moi étant le 10ième enfant (non-désiré) j’ai vécu ce calvaire de me trouver entre ma petite soeur (11ième enfant) et le reste de la famille comme si j’étais dans un trou d’espace intersidéral ! Une maman castratrice et dépressive (ce n’est pas totalement de sa faute) mais le pire c’est que cela s’est transmis à certaines de mes soeurs et lorsque ces dernières essuyaient des échecs amoureux, elles me le faisaient payer d’une manière ou d’une autre ! Maltraitance et rabaissement psychologiques et j’en passe plus un papa brave gars mais assez effacé. Je suis né en 1960 et il y a quelques années avant que ma mère ne décède je lui demandai pourquoi avoir fait tant d’enfants si elle n’en voulait autant ce à quoi elle me répondit que les femmes n’avaient rien à dire si ce n’est d’écouter leurs maris, monsieur le curé, monsieur l’instituteur et le bourgmestre ou monsieur le maire si vous préférez. Comme me le faisait remarquer un jour un beau frère, avec des policières ainsi ce n’est pas de l’éducation mais du drill ! D’après certains potes, le service militaire était bien plus plaisant à vivre ! Pas de flirt à l’adolescence puis aucune relation sérieuse en tant que jeune adulte plus moqueries et humiliations que doivent subir les puceaux tardifs (jouissif je vous assure) eh oui à l’époque j’ai dû attendre la majorité qui était atteinte à 21 ans seulement pour tenter de découvrir au moins un tant soi peu les mystères du sexe au bordel ! Pas très glorieux tout çà ! Surtout ne rien dire à d’éventuelles copines sinon c’était railleries, moqueries et humiliations et comme par hasard devant un maximum de monde. Vous allez rire mais j’ai évité le suicide de peu grâce à quelques flirts avec deux copines allemandes; 1977 j’avais 17 ans ! (ben qu’est-ce qu’elles me trouvaient ces charmantes demoiselles ?) et la trouille si c’était découvert !C’est en y repensant que j’ai évité le pire mais cela m’a plongé dans l’alcoolisme jusqu’à l’âge de 36 ans et heureusement j’ai toujours pu bouloter et j’ai arrêté l’alcool par moi-même (j’ai au moins réussi cela) mais malgré-tout, sur le plan relationnel je m’aperçois que j’ai tout loupé et que j’ai occulté ma vie affective par mon boulot et mes activités sportives tout en déployant des façades acceptables pour me protéger des autres eh oui on fait ce qu’on peut pas ce qu’on veut ! Certains diront « oui mais y a qu’à faire ceci ou tu n’as qu’à faire cela » mais ceux qui parlent comme cela n’ont pas connu la pauvreté dans TOUS les sens du terme ! Et certaines de ces personnes se demandent pourquoi je les évite maintenant ! Je leur réponds que si j’avais été moins amoché par leurs conneries, j’aurais eu le courage de les foutre à poil et de les jeter dans un tas d’orties sans autre forme de procès ! Mais la justice divine fait parfois bien les choses …Que de mariages partis en couilles, de problèmes d’argent et parfois plus grave de santé eh bien vous chantiez des lendemains qui chantent, dansez maintenant; vous avez vécu de belles années au moment qu’il fallait moi c’est toute ma vie qui est out ! Amen !

  • Bernard Jean 13 h 53 mi le 6 May 2014 Permalien | Réponse
    Tags : , règles   

    Parlons des règles, femmes libres et sans couches 


    Témoignage de Marina, une information incroyable, mais qui bouleverse de nouveau, les croyances acquises.

    Un acte de libération essentiel pour les femmes en ne faisant rien. Bravo !
    Partager cette information le plus possible, et expérimenter ce changement de croyance qui pousse les femmes à acheter des protections inutiles et à avoir besoin de béquilles.

    Notre corps est parfait.

    Pour en savoir plus sur ce sujet : ICI

    Parce que les protections périodiques ne sont pas une fatalité, que les tampons et coupes menstruelles peuvent nous couper de nos sensations, il est intéressant de savoir que l’on a le choix !

    femmeslibresetsanscouches

     
  • Bernard Jean 12 h 28 mi le 5 May 2014 Permalien | Réponse
    Tags : ,   

    TEASER – La Guerre des Graines – Le 27 mai sur France 5 


    Voici le Teaser du documentaire « La Guerre des Graines » .
    Diffusion en mai 2014 sur France 5 ( Emission Le Monde En Face )
    En attendant, venez consulter le blog du film : http://blog.francetvinfo.fr/guerre-de…

    http://blog.francetvinfo.fr/guerre-des-graines/

     
  • Bernard Jean 14 h 56 mi le 30 April 2014 Permalien | Réponse
    Tags : ,   

    Pervers narcissiques : « La meilleure protection, c’est la fuite » 


    Comment reconnaître un pervers ? Réponse avec Geneviève Reichert-Pagnard, psychiatre et spécialiste de la manipulation, auteur d’un roman, « Crimes impunis » (Prime Fluo Editions) qu’elle a écrit pour permettre « de mieux comprendre pourquoi la victime s’enlise dans un mécanisme fatal sans même s’en rendre compte et jusqu’où cela peut l’entraîner ».

    3275241-pervers-narcissiques-la-meilleure-protection-c-est-la-fuite-1

     

    À LIRE AUSSI

    Pervers narcissiques : 20 pistes pour les reconnaître

    Comment distinguer une personnalité perverse d’un « simple » caractériel?

    • Le « simple caractériel » au sens populaire du terme, explose de temps à autre, mais le reste du temps il a un comportement normal et empathique. En revanche, les manipulateurs destructeurs abreuvent leurs victimes de propos dévalorisants, de reproches en tout genre, voire d’insultes. Ils se montrent constamment insatisfaits, égocentriques, refusent de se remettre en question et cherchent à isoler leurs victimes, ce qui est un comportement pathologique.

    Nous sommes tous capable de manipulation et de dissimulation. C’est même nécessaire à la vie en société. A partir de quel moment cela devient-il pathologique ?

    • Il existe différentes façons de manipuler les autres, par exemple pour séduire, dans un but constructif. La manipulation destructrice, en revanche, vise à détruire systématiquement les autres, notamment en mettant à mal leurs points de repères, leurs convictions, morales, politiques ou religieuses, pour mieux les fragiliser et asseoir l’emprise. Cela relève d’un comportement pathologique. Les manipulateurs destructeurs sèment des « cadavres psychologiques » derrière eux, tout au long de leur vie. Ils peuvent pousser leurs victimes au suicide. Les plus dangereux peuvent même aller jusqu’au meurtre physique, y compris de toute une famille.

    Vous récusez le terme de « pervers narcissique ». Or dans vos livres, sous le nom de « manipulateurs destructeurs », vous décrivez la même chose. En quoi la terminologie du psychanalyste Paul-Claude Racamier, descripteur-pionnier de ce mal, serait inappropriée ?

    Geneviève Reichert-Pagnart, psychiatre, est l’auteur d’un ouvrage grand public remarquable sur la manipulation : « Les relations toxiques » (Idéo), très pointu sur les effets du parent pervers sur l’enfant.

    • Les manipulateurs destructeurs ont effectivement les traits de personnalité pervers narcissiques : l’existence de l’autre est mise au service de la sienne et il se valorise à ses dépens. Mais cela va plus loin car ils présentent également des traits de personnalité paranoïaques, tels que la tyrannie, l’absence de doute et d’autocritique et la jalousie maladive.

    Les manipulateurs destructeurs se situent à un carrefour de pathologies appartenant toutes aux psychoses : ils voient le monde à leur façon, fonctionnent dans une logique qui leur est propre et imposent leur système de pensée à leur entourage. Leur apparence extérieure est sauve, car leurs troubles psychotiques sont bien cachés aux regards extérieurs : ils semblent bien insérés socialement.

    On appelle ces psychoses des « psychoses blanches » ou « psychoses sans symptômes ». C’est ainsi qu’ils peuvent échapper à l’attention de la machine judiciaire et obtenir la résidence des enfants qu’ils vont continuer à détruire pendant des années. Les magistrats n’ont, la plupart du temps, aucunement conscience qu’ils ont à faire à des psychotiques, au même titre que peut l’être un schizophrène pour lequel pourtant, ils prennent des mesures appropriées pour la garde des enfants.

    La prédation morale est-t-elle vraiment en recrudescence ? Hugo ne parle pas d’autre chose quand il décrit dans « Les Misérables » la difformité morale et « l’âme écrevisse » des Thénardier. Est-ce que ce mal, qu’on commence à bien identifier, certes, n’a pas toujours existé ?

    • La manipulation destructrice est probablement née avec l’Homme et on retrouve déjà à l’Âge de pierre des exemples de comportements relevant de ce processus : le besoin de pouvoir et de richesses, l’utilisation des autres qu’on monte et clive les uns contre les autres sous des prétextes divers pour mieux assouvir de funestes desseins. Mais il semble que l’environnement social se détériore depuis le XXe siècle, avec un certain laxisme dans l’éducation des enfants contribuant à faire d’eux des « enfants-rois », ce processus tendrait à se développer, avec toute la violence qui l’accompagne, notamment en milieu scolaire.

    Comment se protéger face à un pervers ou une perverse ?

    • La meilleure protection face à ces personnages toxiques est la fuite. Mais à plus long terme, la prévention s’impose. Seule une connaissance élargie du mode de fonctionnement pervers permettra d’aider les enfants qui sont victimes d’un parent de ce type, d’éviter qu’ils ne deviennent eux-mêmes de tels prédateurs ou de futures victimes de manipulateurs destructeurs.

    Seule cette connaissance peut aider les hommes et les femmes actuellement aux prises avec ce genre de personnages dans le cadre conjugal à les identifier et à s’en préserver. Face à ce genre d’individus, en attendant la séparation, il faut impérativement constituer son dossier de procédure. La victime devra alors éviter toute discussion houleuse. Qu’elle ne laisse pas prise aux critiques, qu’elle se montre neutre. Mais cette attitude de composition ne peut durer qu’un temps assez court et ne préserve pas nécessairement du risque d’un éclat de violence.

     

     
  • Bernard Jean 17 h 45 mi le 27 April 2014 Permalien | Réponse
    Tags : ,   

    L' »amour » que ressent la victime pour le pervers narcissique 


    Publiée le 12 janv. 2014
    Qu’est réellement cette émotion d’amour que ressent la victime pour le pervers narcissique?
    Une vidéo de Geneviève Schmit, experte dans l’aide aux victimes de manipulateurs pervers narcissiques.
    http://soutien-psy-en-ligne.fr

    Deviens qui tu es ! Nietzsche

    Sortir de l’emprise d’un manipulateur pervers narcissique

    Le manipulateur pervers narcissique, homme ou femme, est considéré comme un psychopathe animé par une vision grandiose de lui-même. Il a un sentiment de toute-puissance qui le fait se sentir au-dessus des lois et des limites de notre société. Pour lui, la « cause justifie tous les moyens » et efface toute notion de moralité et de respect de l’autre. Cette « cause » est la protection de sa personne et le besoin vital de remplir son vide existentiel. Cette réalité souvent inconsciente est tellement insupportable qu’il doit, pour survivre, se créer une nouvelle réalité à la hauteur de son moi grandiose.
    Le manipulateur pervers narcissique est donc un malade qui, par des phénomènes de projection tente de soulager la tension créé par ses propres névroses en rendant l’autre malade à sa place.
    Le pervers narcissique peut être comparé à un adolescent caractériel qui ne supporte aucune frustration et est capable de changer d’état émotionnel d’un instant à l’autre. Ses pulsions sont primaires et ses attitudes aberrantes. Le chantage sous toutes ses formes, les pressions, la violence et même la rage vont lui servir pour obtenir l’objet de son désir.
    Le manipulateur pervers narcissique est uniquement centré sur ses propres besoins et ne tient aucunement compte des conséquences de ses actes dont il rend l’autre responsable.

     
    • Banié 9 h 02 mi le 28 avril 2014 Permalien | Réponse

      Vos interventions audiovisuelles, très intéressantes, sont toujours basées sur une relation perverse à travers le couple.
      Vous serait-il possible d’en consacrer une, prochainement, à la relation perverse entre un parent et son enfant?
      Je vous remercie d’avance.
      Cordialement.

      • Bernard Jean 14 h 44 mi le 30 avril 2014 Permalien | Réponse

        Je vais prochainement aborder ce thème important. Merci de me poser cette question qui est capitale.
        Cordialement,
        Bernard Jean

  • Bernard Jean 13 h 59 mi le 23 April 2014 Permalien | Réponse
    Tags : ,   

    Dans la tête des pervers narcissiques 


    Origine du texte : ICI. Par Estelle Saget, Mai-Lan Tran-Bernaud et E. S., publié le 19/02/2014

    pervers-narcissique-manipulateur-2_4768329-1

    Couple, amis, collègues… les ravages causés dans leur entourage par les manipulateurs destructeurs sont mieux connus. Mais comment les repérer et s’en prémunir? Un témoignage choc venu des Etats-Unis livre la clef de ces prédateurs masqués.

    Désormais, la société actuelle exerce une vigilance d’autant plus grande vis-à-vis des pervers narcissiques qu’elle les a ­ trop ­ longtemps tolérés, au nom du respect de la vie privée.
    Getty Images/iStockphoto/Thinkstock

    « Il y a trois cents ans, à l’époque de Charles Perrault, on avait peur du grand méchant loup. A présent, c’est le pervers narcissique qui occupe sa place dans l’imaginaire collectif. » En écoutant Mathieu Lacambre, on pourrait se croire invité à une soutenance de thèse sur le conte de fées à travers les âges. On a pourtant affaire à un psychiatre du CHU de Montpellier réellement confronté, dans son exercice, à ce type de personnalité dénuée d’empathie, qu’on appelle aussi le manipulateur destructeur. Le médecin s’étonne encore de la rapidité avec laquelle la figure du pervers narcissique s’est imposée comme l’incarnation moderne et terrifiante du Mal. Celle-ci a émergé il y a quinze ans avec le succès du premier livre consacré au harcèlement moral, son mode opératoire privilégié (1). Depuis, on ne compte plus les ouvrages et les émissions consacrés aux moyens de repérer ce type d’individu et de s’en protéger.

    >> Lire aussi: Pervers narcissiques: « Ils ne sont pas incurables »
    Les plus accomplis finissent généralement derrière les verrous.
    La société actuelle exerce une vigilance d’autant plus grande vis-à-vis des pervers narcissiques qu’elle les a ­ trop ­ longtemps tolérés, au nom du respect de la vie privée. Pour le Dr Lacambre, il ne faut pas non plus s’imaginer qu’on croise tous les jours des meurtriers en puissance cachés sous le masque de la banalité. « Je suis bien placé pour savoir que les manipulateurs destructeurs sont dangereux, témoigne le médecin, chargé de suivre les cas lourds, soumis à obligation de soins par la justice. Mais pas tous au même degré! Les plus accomplis, les « ceintures noires » de la perversion, pour reprendre les grades du judo, finissent généralement derrière les verrous. Ceux qui parviennent à rester à couvert sont plutôt des « ceintures jaunes », le niveau de base. « Pourtant, les temps sont durs, même pour les « ceintures jaunes »! Ces pervers narcissiques « ordinaires » oeuvrent le plus souvent dans le registre de la violence psychologique, moins visible que les coups mais tout aussi efficace pour briser le conjoint ou asservir les enfants. Avec le changement des mentalités et un droit en pleine évolution, leur impunité n’est peut-être plus qu’une question de mois.
    Le gouvernement vient en effet de lancer l’offensive sur le terrain des violences conjugales. Parce qu’un homme ou une femme sous l’emprise de son conjoint ne choisit pas toujours les heures ouvrables pour appeler au secours, le numéro gratuit d’aide aux victimes, le 3919, est opérationnel vingt-quatre heures sur vingt-quatre depuis le 1er janvier.
    Une campagne sur le thème « Libérons la parole » vient d’être diffusée par le ministère des Droits des femmes afin de les inciter à rompre le silence et encourager les témoins à dénoncer ces situations. Enfin, les travailleurs sociaux, les magistrats et les policiers devraient être formés à reconnaître les signes d’agression psychologique et à démasquer les conjoints manipulateurs. On peut donc espérer davantage de condamnations prononcées sur la base de la loi de 2010 contre le harcèlement moral au sein du couple, jusqu’ici peu nombreuses.
    Sur le terrain des violences conjugales, la lutte s’organise
    Il y a plus prometteur encore. Pour la première fois, une disposition juridique se propose de traiter ces agresseurs domestiques. Attention, rien d’aussi ambitieux qu’un programme de soins qui tenterait de guérir les pervers narcissiques de leur absence pathologique de considération envers les autres. Juste un stage de « responsabilisation » imposé aux auteurs de violences conjugales, à leurs frais, comme pour les conducteurs soucieux de récupérer des points sur leur permis de conduire. Une mesure discrète, incluse sans grande publicité dans le projet de loi sur l’égalité femmes-hommes défendue par Najat Vallaud-Belkacem, la ministre des Droits des femmes. Le texte doit encore repasser devant le Sénat avant d’être définitivement adopté. Mais le principe du stage constitue, en soi, une révolution. Car il rompt avec le dogme en vigueur, selon lequel les pervers narcissiques seraient incurables, autrement dit des causes perdues.
    >>>A LIRE. Pervers narcissiques: comment notre société les fait prospérer?
    Jusqu’ici, psychiatres et psychologues parlaient d’une seule voix, clamant haut et fort qu’il n’existe aucun traitement pour ce trouble de la personnalité. On le retrouve sous un autre nom, la sociopathie, dans la classification américaine des maladies mentales, le DSM. Pour les sociopathes non plus, pas de solution. Mais le médecin de Montpellier, le Dr Lacambre, est d’un autre avis. « Nous obtenons certains résultats avec des violeurs et des pédophiles qui pratiquent la manipulation au plus haut degré, remarque ce psychiatre référent du Centre de ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles (Criavs) de la région. On devrait pouvoir aussi amener des pervers narcissiques à remettre en question leur fonctionnement. »
    « On ne naît pas pervers narcissique »
    Autre lieu, même son de cloche. A l’université Paris-Descartes, la chercheuse en psychologie Yvane Wiart plaide pour la redécouverte des travaux du psychiatre britannique John Bowlby, décédé en 1990, dont elle vient de traduire en français les principales conférences. « On ne naît pas pervers narcissique, on le devient en grandissant auprès de parents qui ne satisfont pas les besoins essentiels d’écoute, de compréhension et de soutien de leurs enfants, affirme-t-elle. Cette construction de la personnalité est réversible si le thérapeute s’appuie sur ces fondements de la théorie de l’attachement élaborée par Bowlby, dont les neurosciences prouvent aujourd’hui la validité. »
    Existerait-il une forme de rédemption pour les pervers narcissiques? Et, sinon, faudra-t-il se résoudre à les éliminer, comme le faisaient jadis les Inuits? Ce peuple les désigne sous le nom de « kunlangeta », des indésirables qu’autrefois on poussait de la banquise quand personne ne regardait.
    >>> A LIRE. Avant, après: comment se protéger d’un pervers narcissique?
    Sociopath world: un blog tenu par une perverse narcissique
    Ces observations anthropologiques figurent dans un témoignage inédit, publié l’été dernier aux Etats-Unis et qui vient d’être traduit en français. Celui d’une ex-avocate américaine devenue professeure de droit, qui raconte, dans le détail, comment vit, raisonne et agit un pervers narcissique en prenant comme exemple quelqu’un qu’elle connaît bien: elle-même. A ce titre, son livre, Confessions d’une sociopathe (Larousse), est un événement.
    >>> A LIRE. Les pervers narcissiques difficiles à traquer
    Cette femme de 30 ans, parfaitement intégrée socialement, se serait sans doute épargné cet exercice difficile d’introspection si elle n’avait essuyé une série d’échecs aussi bien professionnels que sentimentaux, en dépit d’une assurance à toute épreuve. Lassée de devoir régulièrement rebâtir de zéro sa carrière et son cercle d’amis, elle a commencé à s’interroger sur ce qui clochait chez elle. Jusqu’au jour où une collègue sensible et attentive lui a demandé, dans le but de l’aider, si elle ne pensait pas être sociopathe. Ce fut le début d’une longue enquête qui l’a notamment menée à créer son blog, Sociopath World (Le monde des sociopathes), destiné à échanger avec ses semblables.
    >>> A LIRE: Confessions d’une perverse narcissique: « Je suis entirèement dénuée de remords »
    Parce que son témoignage paraît sous un pseudonyme, la jeune femme s’autorise une sincérité absolue dans la retranscription de ses pensées les plus inavouables. Inaccessible au remords, elle dépeint un monde intérieur terrifiant, dont toute émotion est bannie. « Le portrait que l’auteur dresse d’elle-même et le récit de son enfance sont tout à fait cohérents avec ce qu’on sait de la construction psychique et des comportements des manipulateurs destructeurs », confirme la psychologue Yvane Wiart. Les lecteurs y trouveront exposés au grand jour les mécanismes de la manipulation sur lesquels les intéressés gardent habituellement le secret. Dérangeant, mais terriblement instructif.
    >>> A LIRE. Pervers narcissiques: le point de vue de quatre experts

     

     
  • Bernard Jean 8 h 32 mi le 21 April 2014 Permalien | Réponse
    Tags : , riviéres   

    Des loups qui changent le cours des rivières 


    Mais le plus intéressant, c’est que les loups ont changé le comportement des rivières.

    Elles ont commencé à serpenter moins. Il y avait moins d’érosion.
    Les courants ont rétréci, des mares et étangs se sont formés, créant un habitat idéal pour la faune. Les rivières ont changé en réponse aux loups parce que les forêts régénérées ont stabilisé leurs bancs, qui s’effondrent moins.

    Les cours d’eau se sont stabilisés : en chassant le cerf de certains endroits et favorisant l’installation de la végétation dans la vallée, le loup participe à la lutte contre l’érosion des sols.

    Ainsi, les loups, en petit nombre, ont transformé non seulement l’écosystème du Parc National de Yellowstone mais aussi sa géographie physique.

     
  • Bernard Jean 13 h 08 mi le 17 April 2014 Permalien | Réponse
    Tags : ,   

    Bande-annonce « Pierre Rabhi, Au nom de la Terre » 


    Ce film retrace l’itinéraire de Pierre Rabhi, du désert algérien à son expertise internationale en sécurité alimentaire. L’histoire d’un homme, et de sa capacité hors du commun à penser et à agir pour un monde différent, fédérant à chaque instant ce que l’humanité a de meilleur pour préserver notre planète des souffrances qu’elle subit. Un homme qui défend un mode de société plus respectueux des hommes et de la terre et qui soutient le développement de pratiques agricoles accessibles à tous et notamment aux plus démunis, tout en préservant les patrimoines nourriciers.
    Sortie en salles le 27 mars.
    Plus d’infos : colibris-lemouvement.org

    Un film de Marie-Dominique Dhelsing
    Grand succès au cinéma, ce film est disponible en DVD ! Pour (re)découvrir le parcours, la pensée de Pierre Rabhi et les initiatives principales qu’il a soutenues. Une véritable immersion dans la vision du fondateur de Colibris.
    Un cadeau inspirant !

    Prix : 19€

    Pour acheter le film : ICI

     

     
  • Bernard Jean 15 h 06 mi le 15 April 2014 Permalien | Réponse
    Tags : medium,   

    Chico Xavier VOSTFR 


    Ce film décrit l’histoire du médium Chico Xavier qui vécut jusqu’à l’âge de 92 ans au Brésil.

    Un film complet de plus de 2 heures

    Basé sur le livre « La vie de Chico Xavier » du journaliste Marcel Souto Maior, ce film décrit l’histoire du médium Chico Xavier qui vécut jusqu’à l’âge de 92 ans. C’est une vie de médium spirite, que vous découvrirez, entièrement dévouée à son prochain bénévolement. C’est aussi une vie de luttes avec une production médiumnique impressionnante, plus de 400 ouvrages psychographiés sous l’influence des Esprits vendus à plus de 30 millions d’exemplaires. Il a fait don de tous les droits à des organismes de bienfaisance. « Je n’ai rien écrit, Ils, les esprits, ils ont écrit » répéta-t-il sans cesse. Francisco Cándido Xavier fut le médium brésilien le plus célèbre et le plus prolifique du XXe siècle.

    Il popularisa grandement la doctrine spirite au Brésil. En 1981, le Brésil proposa officiellement Chico Xavier comme candidat au Prix Nobel de la paix. Sorti sur les écrans au Brésil en 2010, ce film a connu un très grand succès national. Resté en salle pendant 6 semaines, il a remporté le plus fort taux de fréquentation dans son pays pour l’année 2010.

    Daniel Filho — 2010 — 125 min — fiction — VOSTF

    Scénario : Marcos Bernstein

    Montage : Diana Vasconcellos

    ABC Photographie : Nonato Estrela

    ABC Son : Carlos Alberto Lopes

    Producteurs : Julio Uchôa

    Production : Lereby Produções

    Avec : Matheus Costa, Angelo Antonio, Nelson Xavier, Tony Ramos

     
  • Bernard Jean 7 h 47 mi le 10 April 2014 Permalien | Réponse
    Tags : olives,   

    Seul est vaincu celui qui renonce – Babeth et Raphaël Colicci – Un film de Jean-Yves Bilien 


    colicci1Avec : Pierre Bardina , André Bervillé, Maurice Chaudière, Jean Luc Daneyrolles, Dr Jacques Dubois, Marion kaplan, Dominique Lussan, Franck Poirier, Pr Henri Pujol, Pierre Rabhi, Raphael Souchier.

    Dans le cadre naturel et sauvage des contreforts du Larzac ,dans un petit village languedocien, Babeth et Raphaël Colicci (Agriculteurs et thérapeutes) nourrissent depuis longtemps une passion, une philosophie de la culture de l’olivier, des fruits oubliés ,et des médecines douces .

    Ils vont avec force se battre pour faire pousser sur une terre aride, stérile de roche et d’argile des oliviers ,des fruitiers dans ce chaos de la nature qui semble insurmontable,pour créer une extraordinaire oasis de la biodiversité .

    Nous partirons à la rencontre de leurs amis avec lesquels ils construisent ce monde de demain. Dans une démarche de développement durable, fondée sur le respect de l’être et de l’environnement qui sert d’écrin aux arbres et plantes qu’il essaiment sur leurs terres. Pour commander le film de 75 minutes…

     
c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler
%d blogueurs aiment cette page :