Pierre Rabhi : « Vivre sobrement, c’est une forme de libération »

La Une du « Monde Magazine » daté 4 juin 2011. Le Monde Magazine

DANS UN CHAT SUR LEMONDE.FR, PIERRE RABHI, PHILOSOPHE, AGRICULTEUR, CHANTRE DE LA « SOBRIÉTÉ HEUREUSE » ET DE LA DÉCROISSANCE, EXPLIQUE QUE « NOUS SOMMES DANS LE TOUJOURS PLUS, MAIS JAMAIS DANS UN RETOUR RÉALISTE À LA MODÉRATION ».

 Béa : J’ai déjà entendu parler de vous mais n’ai lu aucun de vos ouvrages. Qu’appelez-vous « la sobriété heureuse », que défendez-vous ?

Pierre Rabhi : Cela fait quand même une cinquantaine d’années que je suis en protestation, en quelque sorte, contre un monde et une modernité en particulier qui a cessé de donner de l’importance à la nature et à l’être humain pour donner de l’importance à l’argent, au lucre. La vision qui s’est instaurée, surtout à partir des préceptes de la modernité, a donné à l’être humain démiurge une sorte de pouvoir qui a fait qu’il a instauré un principe qui l’a de plus en plus séparé de la nature, avec une sorte de « hors-sol » appliqué à l’humain et une subordination du vivant.

Nous sommes dans la civilisation de la combustion énergétique, de l’accélération du temps par la thermodynamique, et d’une espèce de rupture grave par rapport à la réalité vivante. Et avec un souci qui n’est pas à la hauteur où il devrait être du destin collectif.

Lire la suite >>> ICI

Publicités