Leonard Orr : Pourquoi le rebirthing a-t-il l’image d’une thérapie lourde, difficile physiquement et émotionnellement ?

Origine du texte >>> ICI

Parce que beaucoup trop de gens en parlent sans l’avoir expérimentée ! Dans leur esprit règne une grande confusion. Ils mélangent tout : les psychothérapies cathartiques, le cri primal, le psychodrame, la programmation neurolinguistique, l’expression corporelle, la gym acrobatique, et que sais-je encore !
J’ai l’enregistrement d’une émission de télévision française sur les psychothérapies dans laquelle il y avait un petit reportage de deux minutes sur le rebirthing qui montrait sommairement une séance normale. En plateau, un « expert » certifiait que ce n’était pas du rebirthing parce que c’était trop doux, et que « la véritable pratique est violente ». J’ai été atterré par cette débauche d’incompétence. Que cette personne le veuille ou non, le rebirthing est une méthode douce.
Et j’en sais quelque chose : c’est moi qui l’ai inventée !

Lorsque vous parlez d’énergie, vous vous référez à la définition chinoise du qi dont on parle dans le qi gong ou le tai-chi ?

Oui, c’est une bonne image. Ce qui frappe dans le qi gong, c’est cette extraordinaire fluidité des mouvements qui permet de faire circuler l’énergie en soi et autour de soi. Mais dans les arts martiaux, on utilise le souffle pour faire circuler l’énergie ; alors que dans la respiration consciente, on ne l’« utilise » pas, on « est » le souffle.
Dès que l’on a assimilé la technique, on se laisse aller, et le souffle devient le rythme de respiration le plus naturel qui soit. Je vous donne une image : vous partez faire une balade à vélo. Vous êtes sur une route de campagne et, sans forcer, vous pédalez, pédalez… A un moment, vous ne vous en apercevez peut-être pas, mais vous ne faites plus d’efforts : le vélo pédale tout seul ! Vos jambes continuent de tourner, mais vous vous laissez porter par le mouvement naturel du vélo. Voilà ce qu’est la respiration consciente.

Peut-on pratiquer le rebirthing si l’on suit déjà un travail de développement personnel avec une autre méthode ?

Tout à fait ! Chacun a le droit de tester différents outils pour choisir celui ou ceux qui lui conviennent le mieux, cela ne m’a jamais intéressé d’enfermer les gens dans un système unique. De nombreux thérapeutes ont d’ailleurs compris qu’il n’y avait pas de contre-indication à associer différentes méthodes. Et j’aime ce genre de démarche, car je pense que plus on fait d’expériences, plus on s’enrichit.

Propos recueillis par Erik Pigani

Le rebirth en bref

  • Le rebirth, ou rebirthing, est une technique de « respiration consciente » qui ne laisse aucune pause entre l’inspiration et l’expiration. L’exercice consiste à respirer par le nez pendant une heure sans interruption, ce qui permet de se détendre complètement et favorise ensuite l’émergence des mémoires du corps. Des situations traumatisantes peuvent parfois être revécues, notamment celles qui se sont déroulées au moment de la naissance.
  • Une séance dure environ une heure et demie et compte deux temps. Le premier est consacré à la technique de respiration proprement dite. Le second, à un retour sur ce que le patient vient de vivre : le praticien analyse et discute avec lui pour l’aider à dépasser ses blocages.
  • Le rebirth est indiqué dans les états anxieux ou dépressifs, les phobies, en cas de stress ou de trac. C’est avant tout un outil de développement personnel.