Leonard Orr : Qu’entendez-vous par respiration consciente ?

Origine du texte >>> ICI

Pour la décrire, je préfère préciser d’emblée… ce qu’elle n’est pas : elle n’a rien à voir avec une technique d’hyperventilation, cette respiration rapide et forcée que l’on pratique en respiration holotropique ou en bioénergie par exemple. Ce n’est pas non plus un processus cathartique pour libérer les émotions – même si certaines personnes obtiennent parfois ce résultat.
La respiration consciente est une pratique douce et profonde de la conscience du souffle. En résumé, c’est une respiration calme et lente, sur laquelle vous focalisez toute votre attention et toute votre conscience. Au cours d’une séance, le praticien vous accompagne en tant que présence rassurante pour vous aider d’abord à bien respirer ; ensuite à explorer vos sensations intérieures, à les exprimer, à mettre en mots les images qui vous viennent à l’esprit.

Comment le fait de respirer « autrement » permet-il de résoudre des problèmes ?

Regardez ce qui se passe lorsqu’il vous arrive quelque chose de désagréable, comme apprendre une mauvaise nouvelle : vous bloquez votre souffle. Parfois, on a même le « souffle coupé ». Chaque fois que vous avez rencontré un problème, une simple contrariété, un accident ou même le décès d’un proche, vous avez inconsciemment bloqué votre respiration.
Or, ces blocages et ces douleurs restent inscrits dans une espèce de « mémoire du corps ». C’est ainsi que, petit à petit, vous avez construit votre propre façon de respirer, avec ses blocages et ses limites. Regardez autour de vous : combien de personnes savent vraiment respirer ? Sans compter tous les gens qui se plaignent d’« étouffer »…
Si c’est votre cas, essayez d’observer la façon dont vous respirez, et vous comprendrez pourquoi vous avez l’impression d’étouffer. Vous verrez que ce n’est pas une impression, mais une réalité : vous ne respirez pas !

Respirer consciemment peut donc dénouer certains blocages ?

En effet. Lorsque vous pratiquez une respiration ample, la conscience du corps et l’apport en oxygène font remonter les mémoires du corps et les dénouent. Ce processus nous permet également d’intégrer nos expériences négatives avec une très grande souplesse, même lorsqu’elles ont été très douloureuses.

Advertisements