Heureux en amour

Origine du texte >>

De la Dépendance à l’Amour

L’enfant dans sa prime enfance a besoin d’être regardé avec attention, écouté, touché, qu’on lui parle, (strokes) d’être encouragé et reconnu dans ses particularités.

Quand les yeux de l’enfant rencontrent le regard de sa mère ou de son père, il est radieux ! …

Il écoute la voix de sa mère, c’est un ravissement …

Mais un manque de reconnaissance, un amour insuffisant, crée un manque à combler et prépare le terrain à la Dépendance.

Peut-être, lorsque vous étiez enfant, avez-vous manqué d’attention. Peut être vos parents avaient ils manqué eux mêmes de reconnaissance et se servaient-ils de vous pour l’obtenir. Il fallait les satisfaire. Et peut-être enfant, pour tenter d’obtenir un peu plus d’attention (être regardé, écouté, touché, et que l’on vous parle), vous vous êtes lentement conditionné à plaire à tout prix et à satisfaire vos parents, maîtres et professeurs afin de combler leurs besoins d’attention et de soulager leurs souffrances.

Ils avaient besoin de vous pour se sentir importants.

En prenant l’habitude de plaire, vous lutiez contre la crainte d’être abandonnés…

Peut-être croyez vous encore qu’il faut plaire pour être aimé(e).

Et pourtant une personne qui vous aime vraiment vous laisse libre d’être vous-même…

Donc vous n’avez pas à plaire ! …

Par le manque d’attention dont vous avez été victime, on vous a inoculé une drogue mentale que sont les besoins excessifs d’être appréciés et approuvés avec ses dérivés ou autres poisons que sont les besoins de réussite sociale de prestige et de pouvoir.

Etes vous encore avide de reconnaissance ?

Lorsque votre partenaire est tombé(e) amoureux(se) il vous a apporté toute cette attention dont vous étiez inconsciemment assoiffé(e); mais pour combien de temps ?

Allez-vous rechercher avidement le sentiment de toute puissance que vous apporte la fusion avec l’être désiré, ou bien allez-vous accepté les limites de la relation ?

Dans la Dépendance, on en vient à compter excessivement sur une personne déterminée pour assurer notre bonheur. Le bonheur d’être reconnu, apprécié. Cette dépendance produira souvent l’attente inconsciente du Prince Charmant.

Si vous allez dans le monde porté par l’amour qu’une personne a pour vous, vous rayonnez non pas par vous-même, mais à cause de l’amour de cette personne alors vous êtes lumineuse mais c’est l’autre qui a la main sur l’interrupteur… Si vous êtes trop dépendant(e) et s’il (ou elle) ne vous accorde plus toute la bonne attention dont il (ou elle) vous gratifiait au début de la relation; s’il (ou elle) vous ignore de plus en plus, vous voilà désemparé(e). Peut être que dans l’enthousiasme effréné des premières rencontres, lorsque vous étiez amoureux(se) vous ne vous êtes pas rendu(e) compte qu’il (ou elle) s’intéressait moins à vous qu’à l’effet que vous faisiez sur lui. Surpris(e) vous découvrez sa relative indifférence à vos besoins.
Nous découvrons alors que chaque membre du couple essaye de « tirer la couverture à soi ». Nous ne sommes plus en amour, nous sommes en lutte pour le pouvoir !

Pour guérir de la souffrance engendrée par cette situation, il faut reconnaître le problème, reconnaître le mal.
« Qui connaît sa faiblesse est fort » ( Tao Te King )
« Qui connaît sa dépendance pourra s’en libérer…)
Pour guérir, notons que l’on confond le plus souvent amour et attachement.

L’attachement = avoir trop besoin de l’autre pour se sentir exister…

Notons aussi qu’un grand nombre d’émotions négatives de peur de peine et d’angoisse proviennent du fait que nous craignons de perdre l’objet de notre attachement ou parce que nous avons peur de ne pas l’obtenir.
L’attachement n’est pas l’amour, l’attachement conduit à la dépendance ( et à la souffrance, parce qu’un jour ou l’autre la personne à laquelle on est attaché vient à nous manquer ou à nous frustrer. La frustration est d’autant plus grande que l’attente est excessive…)

Remarquons que l’on est d’autant plus attaché à ses parents dans l’amour, la haine ou la souffrance; ou attaché à son amoureux(se) que l’on a été for mal aimé(e) !

L’amour, lui, en aucun cas ne peut conduire à la dépendance et à la souffrance.

L’amour est un état d’être fait de joie… Par contre, l’attachement est un état qui engendre des sentiments pénibles d’inquiétude et de manque.
Le chemin de la guérison nous amènera à devenir plus « aimants », moins « attachés ».
Par l’attachement irrationnel, vous espérez une consolation future à votre souffrance. En fait, vous perdez beaucoup de temps.

Si vous aimez vraiment, et si votre partenaire vous aime vraiment, rappelez-vous : l’Amour attire l’Amour.
Lorsque vous irradiez la paix, l’amour, le bien être et le bonheur, vous l’attirez immanquablement…
Plus vous diffusez de l’Amour, plus votre pouvoir magnétique s’accroit.

Mais pour aimer il faut avoir reçu suffisamment d’attention et d’encouragement (de strokes). On en est d’autant moins dépendants que l’on est rassasié(e) !
Nous avons besoin d’être rassasié(e)s, comblé(e)s. Nous avons faim d’amour. Mais il ne s’agit pas de dévorer son partenaire ! … Ni d’être un mendiant de l’amour.

Rappelez vous qu’un bon partenaire satisfait quantité de vos besoins mais ne les satisfaits pas tous.

Nous sommes faits pour donner et recevoir ; refuser et demander = (les 4 fonctions relationnelles de base) (le carré magique).

Si vous ne recevez pas assez votre relation ne marche pas !

Il y a plusieurs hypothèses possibles :

Par exemple :

1/ Peut être êtes vous avec une personne qui vous convient mais vous n’aimez pas d’une bonne façon (aimer ce n’est pas toujours tout accepter…)
2/ Vous êtes (peut être) avec une personne qui vous convient mais vous ne communiquez pas avec elle de la bonne façon.
3/ La communication avec votre partenaire est défectueuse. Vous ne savez pas faire ce qu’il faut pour l’améliorer. Peut être faites vous trop d’erreurs pour que la relation soit bonne !
4/ Peut être êtes vous avec une personne incompatible (par exemple si vous n’avez pas les mêmes valeurs; ou le même type de sensibilité).

En tout état de cause l’amour n’est pas suffisant pour qu’une relation marche bien.
Car il faut aussi ajouter d’autres ingrédients comme la compréhension véritable c’est à dire efficace, la compatibilité et l’engagement ( dans un contrat clair et sans non dits…)

Lorsque vous vivez une relation qui vous fait souffrir

Rappelez-vous :

Autrefois dans le passé, la plupart des gens acceptaient de rester Accrochés à une relation morte pendant leur vie entière parce qu’elle leur apportait la stabilité matérielle et affective, la sécurité.

Mais de plus en plus de personnes recherchent une relation qui leur donne plus de joie de vivre, d’entente, de dialogue…

a) Si une relation vous fait souffrir, c’est peut-être parce que vous avez tendance à rechercher les situations émotionnelles vécues dans l’enfance (que celles ci soient positives ou négatives) c’est le syndrome de répétition
Exemple: Si vous êtes encore en colère contre vos parents et que cette colère n’a jamais été exprimée, cette colère est refoulée et voilà que vous déprimez… ou bien encore vous avez tendance à attirer des partenaires avec qui rentrer en conflit si, inconsciemment, vous cherchez à vider enfin l’abcès…

b) D’autre part, si inconsciemment vous voulez encore guérir à tout prix vos parents ; vous attirez des partenaires qui ont besoin d’être guéris ; vous voulez les sauver à tout prix et vous vous rendez malheureuses !

c) Si vous avez peur d’être envahie et de perdre votre autonomie vous aurez aussi peur d’une grande intimité relationnelle et surtout peur de l’engagement = vous aurez tendance à attirer des partenaires qui ne peuvent pas s’engager ou qui ne vous plaisent pas vraiment, ou qui sont déjà engagés ailleurs…

Mais surtout :

N’oubliez pas !

En amour, vous obtenez ce que vous pensez inconsciemment mériter et pas plus !

Advertisements