Troubles de l’humeur : le lithium

Origine de l’image >>

Le lithium est le métal le plus léger, la moitié de la densité de l’eau

De part les importantes réserves exploitables au Tibet, il en est l’un des principaux enjeux.

Propriétés

Le lithium est le métal ayant la plus faible masse molaire et le plus léger, avec une densité égale à la moitié de celle de l’eau. Conformément à loi de Dulong et Petit, c’est le solide ayant la plus grande chaleur massique.

Comme les autres métaux alcalins, le lithium réagit facilement avec l’eau (mais moins que le sodium) ; il n’existe pas à l’état natif.

Lorsqu’il est placé au-dessus d’une flamme, celle-ci prend une couleur cramoisie mais lorsqu’il commence à brûler, la flamme devient d’un blanc très brillant.

En solution, il forme des ions Li+.

Troubles de l’humeur

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Science-Sante/2008/02/07/001-lithium-decouverte.shtml?ref=rss

Le lithium, cet inconnu

Le lithium est utilisé depuis plus de 30 ans pour contrôler les variations extrêmes de l’humeur.

Pourtant, son action demeurait largement méconnue.

Des chercheurs de l’Université Laval affirment avoir identifié un mécanisme cellulaire qui expliquerait en partie son mode d’action sur le comportement.

Les travaux de l’équipe du Dr Martin Beaulieu trouvent un prolongement dans une autre découverte, celle-ci consacrée à l’action de la sérotonine, publiée en janvier dernier.

Cette deuxième publication démontre des mécanismes d’actions communs entre le lithium et la sérotonine, un neurotransmetteur modulé par les antidépresseurs.

Ces nouvelles technologies mèneront à de nouvelles formes de traitement de cette maladie qui touche 1 % de la population québécoise et canadienne. — Dr Michel Maziade

Lorsqu’ils sont activés par la dopamine, certains récepteurs (béta-arrestin 2) induisent une cascade d’événements moléculaires responsables de la réponse du neurone.

L’équipe québécoise a montré que le lithium agit sur le comportement de souris modifiées génétiquement en interférant avec des mécanismes de signalisation déterminés par l’activation des récepteurs.

Les chercheurs affirment que les comportements des souris modifiées génétiquement rappellent ceux observés chez un patient ayant pris des drogues comme les amphétamines, une drogue employée pour simuler les comportements maniaques et psychotiques.

Les chercheurs affirment que leur découverte n’explique pas tous les effets thérapeutiques du lithium. Ils estiment cependant qu’elle représente une percée importante pour le développement de nouveaux médicaments.

Les résultats sont publiés dans la revue Cell. Ceux de la précédente étude étaient publiés dans les PNAS.

Effets secondaires

Les effets secondaires possibles incluent les tremblements, une soif accrue, des urines plus fréquentes, la diarrhée, des vomissements, le gain de poids, des troubles de mémoire, une diminution de la concentration, la somnolence, une faiblesse musculaire, une perte de cheveux, l’acné, une baisse du fonctionnement de la glande thyroïde. Certains effets secondaires peuvent s’atténuer après quelques semaines.

La prudence est requise pour la conduite automobile et l’opération de machinerie. La consommation d’alcool doit être réduite.

Le sel et les liquides affectent la quantité de lithium dans le sang. Il est recommandé d’être régulier dans leur consommation.

Des tests sanguins permettent de vérifier le fonctionnement des reins qui peuvent être affectés par le lithium.

Le Lithium du Tibet

En 2005, on estimait à 2 milliards le nombre de téléphones portables dans le monde. S’ils peuvent aujourd’hui entrer dans les poches, c’est grâce aux batteries au lithium qui ont permis leur miniaturisation.

Désormais, les industries du téléphone portable, des ordinateurs portables et de toutes sortes d’appareils électroniques compacts, sont totalement dépendantes de la production de lithium. Peut-être dans quelques années l’industrie de l’automobile le sera-t-elle également.

Le lithium est le 33ème élément le plus abondant sur Terre. On l’extrait en grande partie des lacs de saumure, exploités principalement en Argentine. Aujourd’hui, c’est le lac salé de Chabyer, dans la région autonome du Tibet, qui attise les convoitises.

Situé à 4 400 m d’altitude, il est l’un des 3 plus grands du monde. Pour la Chine, il représente la plus importante ressource de lithium de la région. Ses ressources font du Tibet la 1ère zone dans le monde en terme de perspectives de réserves de lithium, selon le centre d’information chinois sur le Tibet.

Or, selon un rapport de Market Research.com, la Chine est devenue le plus grand producteur et consommateur de batteries au lithium-ion. La production moyenne annuelle du pays a atteint les 19 milliards de pièces.

Il paraît probable qu’une bonne partie du lithium utilisé pour ces batteries provienne du Tibet.

En dehors du lithium, le Tibet dispose de ressources non négligeables :

100 à 150 millions de tonnes de gaz et de pétrole ont ainsi été découvertes en 2005 dans la partie occidentale du nord du Tibet. Son potentiel hydroélectrique est d’environ 200 000 MW, de quoi répondre à environ 30% de la totalité des besoins de la Chine. Le potentiel éolien se situe quant à lui au 7ème rang des provinces chinoises, avec 93 milliards de kWh potentiels par an. Enfin, une centaine de sites pourrait faire l’objet d’exploitation géothermique.

Depuis 2005, la capitale du Tibet, Lhassa, est reliée à Xining, capitale de la province de Qinghai par la liaison ferroviaire la plus haute et la plus longue du monde. Elle possède une capacité de 150 000 tonnes de marchandises par mois.

Les molécules : sels de lithium, précautions d’emploi

Les sels de lithium sont le traitement de référence du trouble bipolaire. Ils sont prescrits dans cette indication depuis les années 60.

Leur toxicité éventuelle et leurs effets secondaires nécessitent d’éliminer certaines contre-indications avant de les prescrire, au moyen d’un bilan médical précis combinant un examen clinique, des bilans sanguins et urinaires et un électrocardiogramme.

Leurs effets toxiques concernent essentiellement le rein et la thyroïde.

Les effets secondaires les plus fréquents sont les suivants :

troubles digestifs, les diarrhées sont fréquentes en début de traitement, mais on observe aussi nausées et vomissements
tremblements, parfois difficulté à parler
syndrome confusionnel
sécheresse de la bouche
sensation de soif et augmentation du volume urinaire
anomalies de la thyroïde
acné ou sensations de prurit

Les contre-indications principales du lithium sont les maladies rénales graves et l’allaitement.

Advertisements