L’inceste

Origine de l’image >>

Origine du texte >>

L’enfant est incesté quand il lui est proposé par un adulte de confondre tendresse parentale ou familiale avec désir sexuel.

La mise en place de l’inceste nécessite un ensemble d’ingrédients indispensables à son développement funeste.

les liens familiaux
les non dits
le silence
la honte
la peur
le secret

Parole et secret.

L’inceste représente le secret des secrets tant son existence est socialement prohibée et tabou.

De la place de l’abuseur, la parole est meurtrière quand elle se situe dans une relation de séduction de l’adulte et de complicité imposée à l’enfant « toi et moi sommes amoureux, tu es ma princesse, notre amour est merveilleux mais il ne faut pas en parler à maman, elle ne comprendrait pas, c’est notre secret, promets moi ». Par amour pour son parent, l’enfant promet. Il est pris au piège. D’autant qu’intuitivement il sait que la révélation provoquerait des dégâts familiaux. Et il se tait se faisant le gardien infaillible d’un secret qui va le détruire inéluctablement le conduisant à la mort psychique.

De la place de l’abuseur, la parole est encore meurtrière quand elle menace l’enfant de tous les enfers – « si tu parles, je tue ta mère ou je te tue. Si tu dis à ton père, il te tuera. Si tu dis à l’école, à tes copains, papa et moi irons en prison, tu iras à la DDASS ». Autant de menaces et de chantages affectifs qui condamnent inexorablement l’enfant au silence, un silence dont la violence va se retourner contre lui sous forme de symptômes physiques et psychiques.

L’abuseur agit en cachette et arrache à l’enfant sous forme de gentillesse ou de pressions physiques et psychologiques l’assurance qu’il gardera le secret.

L’enfant est piégé.

De la place de l’enfant, la parole est dangereuse. Elle menace l’ordre et la cohésion familiale. L’ordre car l’enfant incesté prend la nouvelle place qui lui est attribuée par un adulte incestueux qui vient le confondre avec l’amant ou la maîtresse qu’il n’a pas su aller chercher hors du cercle familial. Déplacé l’enfant quitte la triangulation familiale normale père-mère-enfant pour entrer dans un « triangulaire conjugal », facteur d’angoisse, dont il devient membre et dont il se sent acteur, coupable et responsable.

Propulsé dans une place d’adulte, il perd sa place symbolique dans sa fratrie et se retrouve l’égal abusé de ses parents. En réalité, il n’a plus de place et ses parents perdent la leur, repères fiables, guides et garants de sa construction physique et psychique. Il entre en errance.

Mutique l’enfant préserve la cohésion familiale de l’éclatement que provoquerait, le croit-il, la révélation de son lourd secret. Il deviendrait le bras destructeur d’une famille unie dans le silence au risque de la perte et de l’abandon. Il est ficelé par la peur et la honte.

En quelques mots tout est dit hormis que l’enfant n’est jamais responsable de l’inceste. Or il porte la faute de cette déviance comme s’il l’avait recherchée, appelée ou n’avait pas su l’empêcher. Il se sent coupable et nourrit de tels sentiments de honte qu’il va trouver l’énergie optimum pour cacher l’adulte défaillant au risque de son propre équilibre.

Une prise de conscience des traumatismes qu’il a vécu enfant va aider l’adulte qu’il est devenu  à se dégager des emprises physiques et psychologiques subies pour se dégager de son passé, intégrer le traumatisme et s’approprier sa propre vie.

Quand se faire aider ?

Quand vous ne vous sentez plus en mesure de conduire votre vie de façon efficace et harmonieuse.

Quand vous éprouvez un profond sentiment de solitude. Il est durable et résiste aux situations qui vous mettent en relation avec des amis, vos proches. Vous vous sentez rejeté.

Quand vous souffrez moralement et/ou physiquement. Vous éprouvez des sentiments violents de peur, d’angoisse, d’irritation, de colère, des idées suicidaires. Vous pleurez souvent. Vous vous sentez jugé par autrui et vous portez sur vous des jugements sévères et réducteurs.

Quand vous signez des passages à l’acte. Vous quittez votre conjoint, votre domicile pour revenir et repartir et revenir incessamment. Vous vous alcoolisez, vous jouez trop d’argent aux jeux de hasard. Vous êtes violent dans vos mots et vos comportements avec votre entourage familial et /ou social. Vos comportements sexuels vous semblent inadaptés à vos choix de vie. Vous rencontrez trop de situations conflictuelles…

Quand vous avez des difficultés relationnelles et souffrez d’une mauvaise intégration dans votre milieu familial, professionnel, social.

Quand vous sentez que vous avez besoin d’aide et qu’aucun de vos amis ou de vos proches ne vous est secourable.

La suite ici >>

Advertisements