Le triangle infernal

Origine du texte >>

Le triangle infernal : persécuteur, sauveur, victime

Édition septembre 2007. Un texte de Lilyane Clémente

L’analyse transactionnelle, par le biais du triangle de Karpman, a remis au goût du jour la pensée de Socrate qui maitrisait l’art du questionnement en utilisant la technique de la maïeutique, méthode par laquelle il amenait ses interlocuteurs à découvrir les vérités qu’ils portaient en eux-mêmes sans le savoir.

Les observations de Stephen Karpman sur les comportements du Sauveur et les rôles correspondants (Persécuteur et Victime) lui ont permis de mieux comprendre cette dynamique qu’il résume dans un triangle étonnamment véridique.
Un individu n’aura pas uniquement le comportement d’un Sauveur, d’un Persécuteur ou d’une Victime mais il sera les trois à la fois à des moments différents selon la situation donnée.

La dynamique du triangle est telle qu’un individu (homme ou femme) ayant ces comportements, ne restera jamais seul (tout comme un boxeur n’est jamais seul sur un ring) et il aura donc besoin d’un autre (ou d’autres) triangle pour exister. Des liens relationnels subtils tels que décrits ci-dessous apparaîtront alors :
Lorsque sa phase Persécuteur sera active, il ira à la recherche d’une Victime (Schéma I) puis lorsque son âme de Sauveur sera en émoi , il cherchera également une Victime prête à se faire ‘sauver’ (Schéma II) puis lorsque cet individu  se sentira mal-aimé dans son rôle de Victime il partira à la quête de son Sauveur … (Schéma III)

Schéma I                                            Schéma II                          Schéma III

Ce jeu infernal ne s’arrête pas à une seule action. Prenons l’exemple d’un Sauveur  déçu de ne voir son action reconnue, se transformera d’abord en Persécuteur (en insultant, menaçant, manipulant l’autre) puis, si la victime ne cède pas le Persécuteur se transformera en Victime (Quoi que je fasse, personne ne m’aime !).
Notre individu (homme ou femme) va donc devenir à son tour  Victime de la situation et  ira donc à la recherche de son Sauveur : a)  soit en retrouvant la personne qu’il vient de tyranniser (Schéma IIIa), b) soit en allant chercher un autre Sauveur (Schéma IIIb).

Schéma IIIa                                                                                Schéma IIIb

LA PHASE SAUVEUR

Au départ, le Sauveur agit toujours avec une bonne intention. Il est convaincu qu’il doit absolument faire quelque chose pour aider l’autre, croit savoir mieux que quiconque ce qu’il faut faire, se sent indispensable et irremplaçable, fait les choses à la place de l’autre  même si on ne lui a rien demandé !

Il est porté à croire que le monde ne peut fonctionner sans lui, que la personne en face de lui est incapable de se débrouiller seule ou de se prendre en charge elle-même.  En fait, il se croit plus compétent que la personne elle- même pour décider de ce qui est bon pour elle… mais il la protège sans tenir compte de ses besoins réels.

J’ai pu constater que le comportement du Sauveur peut être de trois types différents :

Le ‘Sauveur’ complètement tourné vers l’autre , qui se sacrifie totalement, qui est soumis aux ordres de l’autre, perdant son argent, sa dignité, sa raison. Il se sent indispensable et irremplaçable.

« Sans moi il/elle n’est rien »

Le deuxième type est un savant mélange du premier et du troisième :

Aider… pour être aidé .

« Je t’aide mais quand je serais dans le besoin, tu m’aideras. »

Le troisième type, quant à lui, est complètement tourné vers lui-même : é-go- ïste, tout pour lui et rien pour les autres.

« De toute façon quoi que je fasse, ils ne sont jamais contents »
Le type peut varier au gré des situations et transformer un Sauveur de type 2 en Sauveur de type 1 voir en type 3.

LA PHASE PERSECUTEUR

Comme nous l’avons vu plus haut, le Sauveur s’il est déçu de ne voir son action reconnue, se transformera dans un premier temps, en Persécuteur en insultant, menaçant, manipulant l’autre.

Il imposera des règles sévères qui devront être respectées à la lettre, surveillera attentivement le comportement de l’autre et au moindre écart, interviendra sévèrement.

Il se mettra en colère et menacera de couper les privilèges. En harcelant, contrôlant et persécutant l’autre, le Persécuteur finit tôt ou tard dans le coin de la Victime. Les sentiments à cette étape sont extrêmement douloureux et vont de la perte d’estime de soi à une sensation profonde d’inadéquation voir de dépression.

Malheureusement, le cycle continue de se répéter tant que le Persécuteur ne se rendra pas compte de cette dynamique. Il parcourra à nouveau le triangle de Karpman, quelquefois en une journée, quelquefois en plusieurs mois.

J’ai pu constater que le Persécuteur peut également être de trois types différents:

Le Persécuteur de type 1 est complètement tourné vers la Victime qu’il assujettit, culpabilise, domine, effraye,
frappe, humilie, insulte, manipule, menace, violente, tyrannise, etc.

( » Tu est nul/le, tu ne vaux rien ! « )

Le Persécuteur de type 2 quant à lui, persécute l’autre mais se culpabilise lui-même

(Je me suis fâchée avec
elle/lui c’est de ma faute si la situation ne s’arrange pas.)

Le Persécuteur de type 3 est complètement tourné sur lui-même, n’extériorisant pas son agressivité mais la

tournant sur lui-même. Elle se transforme en automutilations, tentatives de suicide voir se suicide. (Je ne vaux rien !)

Si le 80% des Persécuteurs sont du type 2, la roue peut vite tourner et se diriger soit vers le type 1 soit vers le type 3.

LA PHASE DE LA VICTIME

Lorsque le Sauveur finit par s’épuiser et abandonner l’aide à l’autre, il se sent alors exploité, vidé et devient lui- même une Victime.   Cette souffrance muette, encastrée dans les abîmes de son subconscient a formé et créé ce triangle infernal.
Je me suis fâchées
Il est important de noter que plus la souffrance endurée est difficile et ancienne , plus le trait de ce triangle sera épais , c’est-à-dire plus son côté Persécuteur (extériorisé ou intériorisé) sera violent et son côté Sauveur important (extériorisé ou intériorisé).
Le jeu subtil de la thérapie va consister à travailler sur la souffrance de la ‘Victime’ afin de diminuer petit à petit les traits de ce triangle jusqu’à ce qu’il disparaisse et faire en sorte que la personne devienne enfin, un électron libre.

Prendre conscience de l’existence de ce triangle permet déjà à certains individus de comprendre une situation soit qu’ils endurent soit qu’ils provoquent. Savoir déjà « qui est-ce qu’on a en face de soi’, permet déjà de prendre un certain recul face à la situation et de pouvoir ainsi mieux la gérer.

TEST : Faites-vous partie de ce triangle ?

Etes-vous un Sauveur malgré vous ?

  • Vous arrive-t-il de venir en aide à des personnes qui ne vous ont pas clairement  exprimé qu’elles avaient besoin de vous ?
  • Vous sentez-vous coupable ou fautif lorsque quelqu’un de votre entourage éprouve des difficultés à se prendre en charge ?
  • Vous sentez-vous quelquefois en colère parce que vous êtes convaincu que cette personne irait beaucoup mieux si elle suivait vos directives ?
  • Vous arrive-t-il de vous sentir exploité dans votre travail et d’avoir l’impression que vous n’êtes pas apprécié malgré tout ce que vous faites pour aider les autres ?

Avez-vous une attitude de victime ?

  • Lorsque vous blâmez les autres pour vos problèmes;
  • Lorsque vous vous diminuez aux yeux des autres;
  • Lorsque vous attendez que quelqu’un vienne vous sauver de votre malheur;
  • Lorsque vous accordez plus d’importance aux perceptions que les autres ont de vous qu’à votre propre perception de vous-même;
  • Lorsque vous vous plaignez de vos problèmes sans rien faire pour les résoudre;
  • Lorsque vous jugez, blâmez, critiquez les autres parce qu’ils ne font pas ce que vous attendez d’eux;
  • Lorsque vous vous rendez malade afin d’obtenir l’attention des autres;
  • Lorsque vous rejetez le beau et le bon qui est en vous en rejetant votre propre valeur; etc.
  • Lorsque vous placez votre énergie uniquement sur ce qui est négatif dans votre vie sans jamais regarder ce qui est positif…
  • Ne savez-vous pas résister au chantage affectif ?

Vous a-t-on déjà reproché d’être un tyran ?

  • Sentez-vous le besoin d’humilier une personne de votre entourage
  • Avez-vous l’impression de manipuler vos amis, parents, collègues, etc. afin d’obtenir ce dont vous avez besoin;
  • Etes-vous colérique ?
  • Dévalorisez-vous votre entourage, vos critiques sont-elles plus destructives que constructives ?
  • Vous a-t-on déjà reproché d’être sévère ? de dominer ?
  • Faites-vous du chantage affectif ?

Si vous avez répondu OUI à trois questions ou plus, il est possible que vous adoptiez à l’occasion des comportements de sauveur/persécuteur ou victime à l’égard de votre entourage.

Ces comportements vous placent dans une situation inconfortable et risquent de vous mener à l’épuisement.

Ils peuvent vous empêcher d’aider les personnes qui ont légitimement besoin d’aide et le demande car effectuer un sauvetage prive souvent l’autre de sa liberté d’action….

« Celui qui veut faire quelque chose trouve un moyen, celui qui ne veut rien faire trouve une excuse. »

© Fotolia.com Photographes par ordre chronologique : Anatoly Tiplyashin – Stefan Schejok – Foto.fritz –