Le syndrome de Guillain-Barré

Origine de l’image >>

Voir ce lien : http://www.spreadthetruth.fr/?p=5357

Le virus de la grippe A/H1N1 aurait’il muté ? Serait-il devenu une forme semblable à la grippe espagnole de 1918 ? Les patients mourants en Ukraine souffrent de la destruction totale de leurs poumons !

Il semblerait que de nombreuses femmes enceintes vaccinées, prioritaires ont des fausses couches.

Le virus de 1918

Voir ce lien >>
Les caractéristiques génétiques du virus ont pu être établies grâce à la conservation de tissus prélevés au cours d’autopsies récentes sur des cadavres inuits et norvégiens conservés dans le pergélisol (sol gelé des pays nordiques). Ce virus est une grippe H1N1.
Virus père, souche inconnue : virus de grippe source, à forte contagiosité mais à virulence normale qui, par mutation, donna le virus de la grippe espagnole. Le virus père ne fut identifié et suivi rigoureusement qu’à partir d’avril, et jusqu’à juin 1918, alors qu’il sévit probablement dès l’hiver 1917-1918 en Chine.
Virus de la grippe espagnole, souche H1N1 : virus à forte virulence apparemment apparu aux États-Unis et ayant finalement tué plus de 21 millions de personnes à travers le monde ; cette appellation inclut généralement aussi son « virus père ». Cette version plus létale sévit en deux vagues meurtrières, l’une de mi-septembre à décembre 1918, l’autre de février à mai 1919. Tous les continents et toutes les populations ont été gravement touchés.
Grâce au travail de plusieurs équipes de chercheurs, en particulier américains, il a été en 2004 possible pour la première fois de synthétiser artificiellement le virus de 1918.

La pandémie de 1918-1919 a été, avec 30 millions de morts selon le consensus généralement admis 5, la première grande pandémie de l’ère moderne. Elle est l’une des plus grandes pandémies humaines, comparable en nombre de victimes à celles de la peste et du sida. Ce dernier continue cependant à tuer au-delà des 24 millions de victimes déjà comptabilisées.
Peste pulmonaire en Inde ?

Origine de l’article >>

La population indienne vie maintenant dans la peur, après plusieurs décès après plusieurs décès attribués, dans un premier temps, au virus H1N1, sauf qu’il n’y avait aucune trace du virus dans les corps des décédés. A l’hôpital Sassoon de Pune, en Inde, jusqu’à 30% des décès attribués à des personnes que l’on pensait infectées par la grippe porcine, ne l’étaient pas.

Le Directeur des principaux hôpitaux de Sanjay Oak, communique le BMC, a écrit à l’Institut National de Virologie à propos de cette observation. « Récemment, nous avons perdu deux patients à l’Hôpital Nair, qui avaient les symptômes classiques de la grippe porcine, mais qui étaient testés négatifs, raconte-t-il. « Cela pourrait être une variante du virus H1N1, mais ce n’est pas le H1N1 classique, dans la mesure où les tests se montrent négatifs », dit-il.

Arun Jamkar, doyen du BJ Medical College, à Pune, a également déclaré : « Nous avons remarqué que 36 patients, décédés dans le Sassoon hôpital, avaient tous les symptômes classiques du H1N1 ainsi que la même réponse au Tamiflu, mais ils sont testés négatif au virus H1N1 »

Les fournisseurs [pharmaceutiques ?] sont aussi pointés du doigt, dans ce qui se passe.

Le Directeur de l’Institut de Recherche Haffkine Abhay Chaudhary a également dit que cela pourrait être une variante de la grippe saisonnière.

Cela conduit certains à penser que c’est la même peste pulmonaire, qui se propage en ce moment à travers l’Ukraine, qui sévit à présent en Inde, même si aucune confirmation officielle ne permet de préciser si ces 30% de morts sont effectivement dus à de la peste pulmonaire.

Peste pneumonique ou pulmonaire (fr.wikipedia.org)

Forme plus rare que la peste bubonique, mais nettement plus dangereuse et extrêmement contagieuse, la peste pneumonique ou pulmonaire survient lorsque le bacille pénètre directement dans l’organisme par les poumons (et non par la peau, après une piqûre de puce). Les humains sont contaminés par les projections d’expectorations purulentes et microscopiques contenant le germe. Après une incubation de quelques heures, s’installe une pneumopathie aiguë sévère avec état septique. Même avec un traitement antibiotique approprié, cette forme de peste est souvent mortelle en quelques jours par œdème pulmonaire aigu et défaillance respiratoire.

Advertisements